Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

La Chine exige de rencontrer physiquement tout éditeur de site web

Désormais, les éditeurs de sites Internet chinois devront se rendre physiquement dans les bureaux de l'administration pour déposer un nom de domaine. Une première mondiale.

La censure sur Internet s'intensifie en Chine. On connaissait déjà la fameuse Grande Muraille virtuelle créée avec l'aide de Cisco, la censure des moteurs de recherche ou les règlements qui imposent par exemple aux sites de vidéos à la YouTube d'obtenir une homologation de l'Etat pour exercer légalement. Mais désormais, c'est tout éditeur de site web qui souhaite bénéficier d'un nom de domaine en .cn qui devra au préalable rencontrer les autorités chinoises.

Selon Associated Press, le ministère chinois des technologies a en effet annoncé mardi que tout déposant d'un nom de domaine administré en Chine devra désormais se présenter en personne devant les autorités de contrôle qui gèrent les domaines en ".cn". Ils devront se munir d'une carte d'identité et de photographies, pour garantir leur identité et faciliter ainsi les représailles en cas de comportement litigieux.

"Officiellement, cette mesure fait partie du vaste plan du gouvernement de lutte contre la pornographie", explique Associated Press. Sous couvert de lutter contre la simple pornographie qui reste interdite en Chine, les autorités annoncent avoir arrêté l'an dernier 5 400 personnes suspectées d'opérer des sites illicites. Mais c'est bien sûr un contrôle beaucoup plus vaste de l'ensemble du net auquel souhaite aboutir la Chine.

La décision de vérifier physiquement l'identité des déposants d'un nom de domaine chinois suit de quelques jours l'annonce selon laquelle tout site web non enregistré auprès du ministère de l'Industrie et de la Technologie de l'Information pourrait être bloqué.