Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Obama "croit fermement" dans la neutralité du net, mais sera-t-il pratiquant ?

Barack Obama a été interrogé ce week-end sur une série de thèmes par les utilisateurs de YouTube. Parmi les questions, un internaute a demandé au président des Etats-Unis de se positionner sur son attachement à la neutralité du net. "Quel est votre engagement à maintenir un Internet ouvert et neutre en Amérique", lui demandait l'internaute.

"Je crois fermement dans la neutralité du net", a répondu Obama. "J'ai fais campagne sur ce thème, je continue de le soutenir, mon président de la FCC (le régulateur américain des télécommunications, nldr), Julius Genachowski a fait savoir qu'il partageait l'idée que nous devions préserver un internet ouvert", a-t-il conclu. 

Mais sa réponse n'est pas aussi rassurante qu'elle y paraît, alors que la FCC semble accepter l'idée que des FAI puissent bloquer ou brider BitTorrent aux Etats-Unis.

On se souvient en effet que dans son premier grand discours à la tête de la FCC, le fameux Julius Genachowski cité par Obama avait déclaré à un mot près que les FAI "ne pourront pas bloquer ou dégrader du trafic sur leurs réseaux". C'était une garantie forte de respect de la neutralité du net. Mais le mot près qui change tout le sens de la phrase, c'est "légal". Genachowski avait en fait déclaré que les FAI "ne pourront pas bloquer ou dégrader du trafic légal sur leurs réseaux", ce qui sous-entendait déjà qu'ils pourraient atteindre à la neutralité du net en vérifiant la licéité de ce qu'ils transportent d'un point à l'autre du réseau.

"Le respect du droit d'auteur et d'autres lois et les obligations d'ouverture du réseau peuvent et doivent co-exister", avait-il terminé. Une formule au moins aussi évasive que la réponse de Barack Obama, qui s'est entouré de gens très proches de l'industrie culturelle, à commencer par le vice-président Joe Biden.