Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Zataz reçoit 4000 euros de dons et ne ferme pas ses portes

Zataz ne fermera pas ses portes. Condamné en cour d'appel à verser 3.500 euros de pénalités à une société dont il avait dévoilé une négligence de sécurité, le journaliste Damien Bancal a reçu en quelques jours près de 4000 euros de dons de la part des internautes.

Il avait dit en avoir "plein le cul", mais finalement, Damien Bancal ne fermera pas son site Zataz.com, spécialisé dans la sécurité informatique. Le journaliste a publié des remerciements vendredi et annoncé qu'il ne fermera pas les portes.

"Sur le plan des dons Paypal, j'ai reçu 3.983 euros à ce jour. Tout simplement énorme, merci !", a fait savoir Damien Banal, qui indique avoir reçu "plus de 96.000 messages (Courriels, SMS, Skype, téléphone, ...) de soutien, d'aides, de réconfort". Un exploit en soi d'avoir réussi à les compter. Par ailleurs, il dit avoir reçu le soutien technique de plusieurs "très grands groupes français", qui hébergerons gracieusement le site et permettront de faire disparaître la publicité sur le site.

Damien Bancal a été condamné au civil par une cour d'appel pour avoir révélé sur son site, après l'avoir signalé à l'entreprise et que la faille fut corrigée, qu'une multinationale avait laissé ouvert un FTP anonymous sur ses serveurs. Des données bancaires non chiffrées y étaient stockées, et avaient pu être indexées par les moteurs de recherche. Une procédure d'appel est toujours en cours dans le volet pénal, la date de l'audience sera connue le 7 octobre prochain.

Plus que Zataz, c'est l'ensemble de la presse en ligne qui est concernée par cette affaire. La solidarité des internautes avec le journaliste montre leur attachement à la préservation de la liberté de la presse face à des groupes qui, pour contrôler leur image, n'hésitent parfois pas à traîner devant les tribunaux ceux qui font leur devoir d'information du public.