Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

60 % des Français approuvent la censure de l'Hadopi

On ne peut pas nier aux Français une certaine constance. Selon un sondage BVA pour BFM et La Tribune, rendu public lundi soir, un total de 60 % des français approuvent la décision du Conseil constitutionnel de censurer le volet sanction de la loi Création et Internet*, qui crée l'Hadopi et la riposte graduée. Or c'est précisément 60 % des Français qui s'étaient déjà opposés au texte de loi dans un sondage IFOP en avril dernier. Ou plus exactement 60 % des internautes, ce qui montre soit que la population française est indissociable de la population internaute, soit que l'opposition à l'Hadopi a gagné des rangs depuis le mois dernier.

Dans le détail, la proportion de Français qui approuvent la décision du Conseil constitutionnel est de 55 % chez les sympathisants de droite, et de 68% chez les sympathisants de gauche. 30 % des personnes interrogées désapprouvent cette décision, et 10 % ne se prononcent pas.

Là, la contestation a gagné du terrain... chez les électeurs de la majorité. Dans le sondage IFOP, 51 % des internautes sympathisans UMP étaient opposés à l'Hadopi en avril dernier, contre 67 % chez les sympathisans socialistes.

* la question posée était la suivante : " Le projet de loi Hadopi du gouvernement visant à lutter contre le téléchargement illégal vient d'être censuré par le Conseil Constitutionnel. Celui-ci refuse qu'une autorité administrative puisse couper Internet aux personnes suspectées de piratage. Dans sa décision, le Conseil a estimé que la liberté de communication et d'expression que permettait Internet était un droit plus important que le droit d'auteur. Vous personnellement, approuvez-vous ou désapprouvez-vous cette décision du Conseil constitutionnel ?"