Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

La Quadrature du Net appelle à un blackout de l'internet français

HADOPI - Le Net en France : black-out

L'opération symbolique a fait reculer la Nouvelle Zélande"Devant le ridicule d'un gouvernement qui s'entête à vouloir déconnecter du Net des familles entières sans preuves valables ni procès", dénonce la Quadrature du Net, le collectif "appelle les citoyens épris de liberté à procéder au " black-out " de leurs sites, blogs, profils, avatars, etc.".

"Comme en Nouvelle-Zélande, seul pays avec la France où la " riposte graduée " devait être imposée par la loi, pour finalement être repoussée : le Net français s'il veut repousser cette loi imbécile et sa " liste blanche " de sites autorisés doit agir et se draper de noir", demande la Quadrature du Net qui fournit toutes les explications et des bandeaux sur son site internet.

"C'est un signal fort qui illustre la bêtise et la dangerosité de cette loi", estime Jérémie Zimmermann, le porte-parole de la Quadrature du Net. ".La "riposte graduée" fera condamner des innocents, sans preuve valable et sans procès. Elle ne fera pas gagner un centime de plus aux artistes et ne changera rien aux problèmes stratégiques et structurels à l'origine de la crise que traversent les industries qui la demandent".

"Pour aller au bout de cette logique répressive, le gouvernement a déclaré qu'il imposerait de filtrer tous les accès wi-fi publics à une "liste blanche"1 de sites autorisés. Cela n'a pas de sens. Il faut réagir en montrant l'immensité de ce web décidé à ne pas devenir définitivement noir".

Parallèlement, notre appel à auditionner Christine Albanel réunit déjà plus de 6500 membres. Etrangement, le seul de nos confrères à l'avoir relayé est... le Nouvel Observateur, dirigé par Denis Olivennes. Nos amis ne sont pas toujours où on croit :-)