Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Licence 3G de Free : Bouygues fait du chantage à l'emploi

Interrogé dans Les Echos, Martin Bouygues s'est élevé contre la possibilité d'accorder à Free la quatrième licence 3G qui permettrait à l'opérateur d'ADSL d'investir le marché de la téléphonie mobile. Alors que le patron de Free Xavier Niel a promis de diviser par deux le coût des forfaits mobiles, Martin Bouygues prévient que "si le gouvernement autorise un nouvel entrant à venir faire de l'ultra-" low cost " dans le mobile, il prend une lourde responsabilité". "A terme, précise-t-il, une guerre des prix peut provoquer de 10.000 à 30.000 pertes d'emplois chez les opérateurs."

"Ce sont des choix lourds de conséquences, surtout s'il s'agit de favoriser quelqu'un qui n'investit pas ! Sur la seule année 2008, je rappelle que Bouygues Telecom a investi 800 millions d'euros dans son réseau. En treize ans, Bouygues Telecom a créé 8.000 emplois, sans compter ceux des sous-traitants et des fournisseurs, et investi plus de 6 milliards d'euros pour son réseau."

L'héritier du groupe Bouygues doute de la capacité de Free à déployer un réseau mobile avec un milliard d'euros d'investissement. Cela "me paraît impossible, sauf à faire le coucou sur le réseau des opérateurs en place", explique l'industriel, qui ajoute que "mettre en place, en ville, de nouvelles antennes pour un nouveau réseau est infaisable compte tenu des pressions environnementales". Bouygues est particulièrement bien placé pour le savoir, puisqu'il a été récemment condamné à démonter des antennes.

Enfin, Martin Bouygues jalouse la réussite de Free sur le marché de l'ADSL, et redoute probablement la même performance sur le marché mobile. "Quand je compare la rentabilité des uns et des autres, je constate que Free est bien plus profitable que Bouygues Telecom", indique Martin Bouygues. "Si l'on veut plus de concurrence et faire baisser les prix pour le consommateur, Free serait donc déjà bien inspiré de réduire un peu ses marges sur l'ADSL avant de penser à venir sur le mobile".

Après avoir ouvert puis enterré le dossier, le gouvernement a de nouveau laissé la porte ouverte à une entrée de Free sur le marché de la téléphonie mobile. La décision pourrait être prise dès le début de l'année prochaine.