L'ONU appelle les acteurs privés à mieux protéger les femmes sur In

Inscrit le 13/08/2002
26334 messages publiés
Envoyer un message privé
Guillaume Champeau , sujet ouvert le 25/09/2015 à 13:05



Internet est nécessaire au développement. Les femmes sont nécessaires au développement. Donc les femmes sont nécessaires sur Internet, et il faut dès lors lutter contre les violences sexistes qui les découragent d'y être actives. C'est en somme le sens du rapport remis jeudi par un groupe de travail spécialisé de la Commission des Nations Unies sur le Haut Débit, créée en 2010 pour favoriser l'adoption d'Internet dans le monde, dans le cadre du droit au développement, que d'aucuns analysent parfois comme un devoir de croissance.

Le groupe est composé d'une part d'organisations publiques comme l'Union Internationale des Télécommunications (UIT) qui fait partie du système de l'ONU, l'UNESCO ou encore l'ONU-Femmes, et d'autre part d'acteurs privés tels que Microsoft, Alcatel-Lucent, la GSMA, ou encore Cisco. Il s'appuie sur diverses études pour constater que 73 % des femmes auraient été confrontées à de la violence sur internet, et que les "femmes âgées de 18 ans à 24 ans sont les plus exposées aux violences en ligne de toutes sortes", qu'il s'agisse de harcèlement sexuel, d'humiliations publiques, ou de menaces physiques voire de passages à l'acte.

Or, "les menaces de viol ou de mort et la traque furtive représentent pour les femmes une source d'anxiété supplémentaire, accaparent du temps de l'argent (par exemple frais de justice, services de protection en ligne), et entraînent un manque à gagner" (sic), analyse le groupe. "Une attitude laxiste et l'incapacité à trouver une solution à la cyberviolence envers les femmes et les jeunes filles pourraient nuire considérablement à l'adoption du [haut débit] par les femmes partout dans le monde".

"DES PROCÉDURES DE RETRAIT DE CONTENUS PLUS EFFICACES"

Le rapport appelle donc les états membres de l'ONU à prendre les mesures législatives pour assurer la protection des femmes, en ligne comme hors-ligne, notamment contre le harcèlement. Mais surtout, au delà des pouvoirs publics, "les entreprises et les cybercitoyens doivent tous reconnaître le principe de base selon lequel si la sécurité n'est pas assurée sur l'Internet, les femmes utiliseront moins librement la toile, ce qui aura de lourdes conséquences sur la société et l'économie".

Ainsi la Commission des Nations Unies sur le Haut Débit appelle le secteur privé à prendre les mesures de sauvegarde des droits des femmes sur internet, même lorsque le droit national ne l'impose pas. Elle liste une série d'actions possibles comme :


"l'amélioration des systèmes de coopération avec les membres des forces de l'ordre" ;



"l'application de procédures de retrait plus efficaces concernant les contenus préjudiciables et répréhensibles" ;



"la possibilité de fermeture d'un compte en cas de comportement répréhensible" ;



"l'élaboration de rapports au titre des mesures de transparence sur les dossiers portant expressément sur des cyberviolences envers les femmes et les jeunes filles, présentant de manière détaillée les dispositions prises pour faire face à ces violences et précisant les délais correspondants".


En France et sous l'impulsion de la ministre Najat Vallaud-Belkacem qui avait voulu "bannir le sexisme sur internet", la loi pour l'égalité réelle entre les femmes et les hommes du 4 août 2014 a déjà modifié la loi pour l'économie numérique (LCEN) qui aménage le régime de responsabilité des acteurs privés sur internet. Elle a ajouté à l'article 6-I de la LCEN la nécessité de lutter contre "l'incitation aux violences faites aux femmes", à travers les mécanismes obligatoires de signalement de contenus illicites qui doivent être retirés par les hébergeurs dès qu'ils en ont connaissance.

Mais toute la difficulté démocratique est de laisser à des acteurs privés le soin de qualifier la licéité des contenus publiés. Quelle est par exemple la frontière, s'il faut en tracer une, entre une blague sans arrière pensée jouant sur les stéréotypes hommes/femmes, et une plaisanterie de mauvais goût cherchant à rabaisser les femmes ? A quel moment la tentative légitime de séduction entre-t-elle dans le champ répréhensible du harcèlement ?

C'est l'impossible quadrature du cercle entre d'un côté, la nécessité de sauvegarder le droit des femmes, et de l'autre la nécessité de préserver l'état de droit dans une société qui, de fait, est bien davantage dominée et régulée par les acteurs privés que par les pouvoirs publics traditionnels. La question se pose avec les violences faites aux femmes comme elle se pose en de nombreux autres domaines, où la justice étatique tend à s'effacer au profit du pouvoir de censure privée des entreprises, qui ont non seulement le droit mais le devoir de protéger les droits de leurs clients et des tiers.


Lire la suite
38 réponses
Inscrit le 10/09/2015
19 messages publiés
Internet est nécessaire au développement. Les femmes sont nécessaires au développement. Donc les femmes sont nécessaires sur Internet

Inscrit le 13/05/2009
361 messages publiés
Vendredi c'est trolledi C'est bien que Guillaume ait lâché ça en début d'article ça te donne presque envie de lire un article dont le reste est assez nauséabond (je veux dire son sujet, loin de moi l'idée de critiquer le travail journalistique de Guillaume).

Cela dit,
> Elle a ajouté à l' article 6-I de la LCEN la nécessité de lutter contre "l'incitation aux violences faites aux femmes"

Ça c'est peut-être un (joli) troll de la part de Mme. Belkacem mais ce n'est pas drôle du tout. C'est même très inquiétant.
Inscrit le 03/11/2011
94 messages publiés
Avez-vous déjà essayer à votre sœur d'accéder à Facebook... Mission impossible !
Inscrit le 18/06/2014
612 messages publiés
moi non plus, je n'ai jamais rien compris à la logique féminine.
Inscrit le 10/07/2008
4585 messages publiés
On va aller jusqu'où, dans la division catégorielle de la société? La violence, c'est la violence. Chacun doit être protégé. Je n'aime pas cette compétition victimaire qui crée des nouveaux délits chaque jour.
Inscrit le 20/02/2015
1049 messages publiés
+1    J'allais écrire à peu près la même chose.
Diviser sans cesse, ça commence à suffire. Rhétorique pour décérébrés.
Inscrit le 13/05/2009
361 messages publiés
Tout le monde le sait, mais tout le monde s'en fout. "Protéger les gens" ça rapporte beaucoup moins de crédit médiatique que "protéger les femmes", de même que "blâmer les vilains grecs qui font rien qu'à pas payer leurs impôts" c'est mieux que de rappeler qu'on est tous dans le même merdier, juste un peu moins profond.

Du populisme, quoi. Et puis c'est pratique, ça détourne le sujet de la lutte des classes.

Edit : j'ai rajouté "rien" (véridique)
[message édité par Arvil le 25/09/2015 à 14:29 ]
Inscrit le 10/07/2008
4585 messages publiés
Diviser sans cesse, ça commence à suffire.

On peut se demander si ce n'est pas fracturer la société en communautés : les hommes contre les femmes, les hétéros contre les homos, les blancs contre les noirs, les non-musulmans contre les musulmans, les non-juifs... ça n'en finit pas. La Justice a su depuis toujours apprécier les facteurs aggravants sans qu'on lui mette des croix dans les cases, qu'on ajoute une loi, un délit, et une cause nationale dont on ne sait plus laquelle est prioritaire. Ils ont la bouche pleine de mots en -isme, c'est un vrai concours. A croire que si tu n'es ni femme, ni homo, ni sectateur du bidule cosmique, ton agression n'intéresse personne. La violence est la violence, je n'en démords pas.

Quand au chiffre avancé (73 %), je me demande si on ne confond pas "haine" avec "contrariété". A quand remonte la dernière incitation aux violences faites aux femmes sur Numerama?
Inscrit le 13/05/2009
361 messages publiés
> Quand au chiffre avancé (73 %), je me demande si on ne confond pas "haine" avec "contrariété"

Bien d'accord... s'il y a manipulation, généralement c'est soit ça (aux US par exemple il y a une controverse sur l'"étude" ayant abouti à annoncer - en grande pompe - qu'une femme sur quatre se faisait violer en Université car les questions posées étaient extrêmement évasives et l'éventail de réponse "positif" assez hypocrite) soit l'échantillonage qui foire (par-exemple en France, avec l'annonce récente selon laquelle "100% des femmes ont déjà été harcelées dans le métro" qui se basait sur des réponses à un questionnaire dans un colloque sur le harcèlement - donc à un panel de personnes au moins intéressées par le sujet).

Après 73% je ne sais pas si c'est réellement si grand que ça (en particulier par-rapport au nombre de mecs que j'ai vu se faire harceler dans le métro, même si peu de monde y prête réellement attention). Il y a beaucoup d'échanges de mots violents sur Internet, qui passeraient beaucoup moins bien dans la vie réelle. Mais sauf des cas vraiment extrêmes il faut vraiment être très vulnérable pour se laisser intimider par des insultes d'un(e) crétin(e) qui te dit d'aller "te faire enculer, sale fils de pute" parce que tu ne partages pas son avis...
Inscrit le 06/09/2014
332 messages publiés
Parce que ces groupes de personnes sont encore largement discriminés dans la société d'aujourd'hui, l'homme blanc cis hétéro reste encore très avantagé socialement.
Inscrit le 10/07/2008
4585 messages publiés
Parce que ces groupes de personnes sont encore largement discriminés dans la société d'aujourd'hui, l'homme blanc cis hétéro reste encore très avantagé socialement.

Les petits sont largement discriminés aussi, le cis-grand reste encore très avantagé socialement.
Inscrit le 03/11/2011
94 messages publiés
Cela s'appelle "La politique de l'identité" ou "politique identitaire".

Le but est de diviser le peuple sur des différences futiles d’identité :
- français contre non-français (qui n'a pas un arrière grand-père étranger lève la main)
- femmes contre hommes
- blanc contre homme de couleur
- homo contre hétéro
- catholique contre musulman
- etc

Ainsi le peuple se déchire sur de faux problèmes, qui permettent aux politiciens d'être élus, et pousser des politiques économiques qui vont contre les intérêts du peuple.
Inscrit le 06/09/2014
332 messages publiés
La société reste encore sexiste, la discrimination positive reste nécessaire car les hommes ont encore de nombreux avantages aujourd'hui, comme ne pas subir le harcèlement de rue par exemple.
Inscrit le 20/02/2015
1049 messages publiés
Dans "discrimination positive" il y a... discrimination       Et ça, il paraît que ça n'est pas bien.
On lui colle un adjectif et d'un seul coup ça devient correct ?
Est-ce que marche ça pour d'autres principes, au fait ?

Violence positive ?
Peine de mort positive ?
Truandage positif ? ...

"Liberté, Egalité, Fraternité"... on le colle où le "plus positif que positif" là ?
[message édité par Morison le 26/09/2015 à 10:02 ]
Inscrit le 06/09/2014
332 messages publiés
Tu attaques sur la forme, mais tu n'as pas compris le fond. La discrimination positive est nécessaire pour aider la condition des femmes car elles sont encore trop souvent victimes du sexisme. Si personnes ne fait rien la société n’évoluera pas. Lorsque l'on vivra dans une société non sexiste la discrimination positive n'aura plus lieu d'être, mais on en est encore loin.
Inscrit le 13/05/2009
361 messages publiés
Oh, il a très bien compris le fond, c'est simplement qu'il - et beaucoup d'autres comme tu peux le constater - ne lui accorde aucun crédit, et comme ce qui est affirmé sans preuve peut être réfuté sans preuve il ne perd pas de temps en circonvolutions inutiles.

Je crois que c'est toi qui n'as pas compris le fond de sa critique. L'utilisation de critères aussi vagues qu'une couleur de peau ou un sexe (qui, contrairement à la catégorie sociale ne reflète pas directement le pouvoir) comme prétexte pour faire de la discrimination, fut-ce avec un joli adjectif pour dire que c'est du sexisme ou du racisme avec des fleurs, est au contraire un problème de fond.

Fond que l'on ne tardera pas à toucher dans cette conversation si tu continues dans cette voie.
[message édité par Arvil le 26/09/2015 à 15:13 ]
Inscrit le 20/02/2015
1049 messages publiés
Merci Arvil, tu m'évites d'écrire des pleines pages pour justifier des choses qui n'ont pas à l'être.

Juste, quand même : poupette nous récite, comme toujours, les fadaises bien-pensantes des associations bien-pensantes qui ne représentent qu'elles-mêmes. C'est marrant, dans la vraie vie, je connais toutes sortes de gens, en France et au-delà, de toutes les couleurs, religions, homos ou hétéros, et un "certain nombre" de femmes  

Aucune de ces personnes, je dis bien aucune, ne s'exprime ni ne revendique comme le font ces putains d'associations inutiles qui courent après la notoriété, les projecteurs des médias (et les financements !). Chacune, en fonction de ses expériences a bien sûr l'une ou l'autre anecdote à raconter, mais s'évite bien d'en tirer des conclusions générales et de pratiquer l'amalgame. Parce qu'il y a malheureusement des cons et des salauds dans chaque société, aux quatre coins de la planète.
Pour ces fameuses associations, la cible est simple : on tape sur l'élément masculin blanc, dans tous les cas de figure. Comme s'il s'agissait d'une entité bien déterminée, une et indivisible. Et tout ceci se passe, bien entendu, dans nos "sociétés occidentales" ou du moins européennes... c'est tellement plus facile que d'aller prêcher ailleurs. Or, ces sociétés où il est tellement facile d'ouvrir sa gueule et de revendiquer tout et son contraire... sont justement celles qu'on dit avoir été construites et dirigées par les "mâles blancs" qu'il faut absolument rabaisser et abattre.
Inscrit le 03/11/2011
94 messages publiés
En réalité, il s'agit d'opposé "l'égalité d’opportunité" contre "l'obligation de résultat".

L'égalité d'opportunité, paraît plus juste.

L'obligation de résultat force à mettre en place des "discriminations positives".

La "discrimination positive" suppose qu'il y a un biais de la société qui se perpétue lui-même et que l'égalité d'opportunité ne serait donc pas suffisant.

La "discrimination positive" est donc injustifiée si le biais ne se perpétue pas.

Or on ne peut répondre à cette question sans parler de théorie du genre contre théorie essentialiste.

Les théoriciens du genre n'ont jamais réussi à prouver quoique ce soit. D'ailleurs la théorie n'existe qu'en psycho : une science molle où se retrouve ceux qui n'ont pu faire médecine, math ou science physique. La théorie du genre c'est avant tout de l'endoctrinement politique, et n'a aucun fondement scientifique.
Inscrit le 21/08/2013
27 messages publiés
"La violence, c'est la violence. Chacun doit être protégé."

Tout à fait d'accord pour cette égalité. Encore faudrait-il qu'il y ait égalité de violences entre hommes et femmes. On en est loin (victimes de viols : 93 % de femmes, 7 % d'hommes ; victimes de violences conjugales : 90 % de femmes, 10 % d'hommes). Il y a une spécificité de la violence envers les femmes qui se retrouve naturellement sur internet.

Je ne me souviens pas d'avoir vu un jour un commentaire incitant une femme à violer un homme ou à taper sur son conjoint. Un truc à l'inverse de ça par exemple : https://dikecourrier...b-marsille1.pdf
Inscrit le 03/11/2011
94 messages publiés
Légalement, le viol de femmes sur hommes n'existe pas : c'est une agression sexuel, pas un viol.

Pas étonnant que les féministes s'accroche à un crime que les femmes ne peuvent pas commettre : de base les chiffres sont faussés !

D'ailleurs le agressions sexuels de femmes sur hommes rapportés par les hommes sont bien en dessous de la réalité, car il y a une croyance populaire qui dit que les hommes ne peuvent être agressé par une femme, et qu'ils doivent se sentir honorer si une femmes les agressent. Sans parler de la honte d'avouer avoir été violé.
Inscrit le 30/04/2012
255 messages publiés
C'est vrai que le harcelement et les menaces sur les hommes n'existent pas.
Inscrit le 06/09/2014
332 messages publiés
Mise à part les pays en guerre, le harcèlement sur les hommes est bien moindre que pour les femmes.  
Inscrit le 13/05/2009
361 messages publiés
Merci pour ta contribution
Inscrit le 03/11/2011
94 messages publiés
C'est faux !! Les études prouvent que les hommes sont plus "harcelés" que les femmes : c'est simplement qu'ils ne considère pas cela comme du harcèlement.

Donc étonnamment (ironique) les hommes sont moins "sensibles" que les femmes.

Mais aussi, les hommes changent leur comportement en présence d'une femme : ils s'insultent moins (à croire qu'ils veulent baiser... Attendez !)

Donnez-moi l'argent de vos recherches, moi aussi je peux enfoncer des portes ouvertes !!
Inscrit le 21/08/2013
27 messages publiés
"C'est vrai que le harcèlement et les menaces sur les hommes n'existent pas."

Bien sûr que ça existe également mais est-ce dans les mêmes proportions ? Plus de filles ont été tuées au cours des 50 dernières années (parce qu’elles étaient des filles) que les hommes ne l’ont été dans toutes les batailles du 20e  siècle.
Inscrit le 18/09/2015
195 messages publiés
Tu devrais revoir tes chiffres. 
Inscrit le 21/08/2013
27 messages publiés
"Selon l'ambassadeur suisse à l'ONU Theodor Winkler, directeur du Centre sur le contrôle démocratique des forces armées à Genève, le nombre de femmes décédées dans le monde à cause des violences, des discriminations et des privations liées à leur sexe est supérieur au bilan humain de toutes les guerres du XXe siècle réunies."

C'est une étude de novembre 2005, réalisée par 60 experts et intitulée "Les femmes dans un monde peu sûr" issue du Centre sur le contrôle démocratique des forces armées à Genève.
Inscrit le 13/05/2009
361 messages publiés
Je n'arrive pas à mettre la main sur ledit rapport aka. la source, si jamais tu peux me le linker ça m'intéresse.

D'un autre côté la littérature est dense et contradictoire sur le sujet, d'autant plus qu'il est assez ridicule de grouper "les femmes" (comme d'ailleurs déjà évoqué plus haut dans le thread) alors que les situations auxquelles "les femmes" ont à faire sont extrêmement variées. C'est ridicule d'associer une française middle class avec une nigériane ouvrière, en particulier parce que la première est socialement bien plus proche de n'importe quel homme français auquel elle va être "opposée" à travers l'invention de ce groupe que de la seconde.

J'aime beaucoup cette référence personnellement : http://link.springer...2119-013-9194-1 (dont une bibliographie pas à jour mais en libre accés est ici : http://web.csulb.edu...rt/assault.htm) c'est un vrai travail scientifique, sur les populations qui nous concernent (càd les personnes ayant le plus de chance d'accéder à Internet).

J'aime également celle-ci (en libre accés) qui analyse les raisons pour lesquelles les chiffres de la violence domestiques sont si peu représentatifs de la réalité (c'est une manière de dire "manipulés") : http://pubpages.unh....dence-PV_10.pdf

Bon, tout ça pour dire qu'il faut toujours faire gaffe avec le matériel qu'on manipule, notamment sur le sujet où les "analyses" partisanes et les "études" où transpirent le biais de l'auteur sont foison.
Inscrit le 18/09/2015
195 messages publiés
C'est un peu abusif de comparer 2 chiffres sans expliquer ce qu'il y a derrière. 
Inscrit le 03/11/2011
94 messages publiés
C'est pour cela qu'en 1945 il y avait plus de femmes que d'hommes :
http://www.insee.fr/.../html/p1945.htm

Et dans une société encore plus patriarcal en 1920 c'était encore plus visible !!
http://www.insee.fr/.../html/p1920.htm

Mais je vois que les féministes essaient de réécrire l'histoire !
Inscrit le 18/09/2015
195 messages publiés
C'est clair en 1918, aucun homme n’était mort à la guerre, ce qui n'a pas influé sur les chiffres. . 
Inscrit le 03/11/2011
94 messages publiés
Je ne comprends pas la remarque.

En 1914-1918, la guerre n'a fait que des morts chez les hommes et si peu chez les femmes.

Mais en plus, cela a généré une encoche de non-naissance des deux côtés de la pyramide.

Cette encoche est visible chez les 25 à 30 ans en 1945.
Mais en comparant les pyramides de 1939 et 1945, on constate que la pyramide des femmes est inchangée, quand celle des hommes s'est creusée.

"Le nombre de femmes décédées dans le monde à cause des violences, des discriminations et des privations liées à leur sexe est supérieur au bilan humain de toutes les guerres du XXe siècle réunies."

J'ai toujours du mal avec ces affirmations ans preuve, en particulier qu'est-ce qu'on entends par "discriminations et privations liées à leur sexe". Comment fait-on la différence entre les actions qui est liées ou pas à leur sexe ? L'affirmation se démonte d'elle-même tellement elle est absurde.

Mais nous pouvons aussi comparer :
- le nombre de morts au travail
- le nombre de suicide

Car souvent un homme meurt au travail pour nourrir sa famille, pendant que sa femme élève les enfants. (parce que la nounou ça coûte cher)

Car souvent un homme se suicide s'il n'arrive pas à nourrir sa famille.

C'est bien pour ça que le féminisme est inutile : il ne sert qu'à mettre en compétition les hommes et les femmes (pour savoir qui a le plus de morts, par exemple : super mentalité !) au lieu de voire qu'ils ont des rôles complémentaires dans un foyer.
Inscrit le 02/09/2015
6 messages publiés
Au fait, la femme, c'est est une catégorie sociale depuis quand ?
Inscrit le 21/08/2013
27 messages publiés
Depuis que l’homme peut représenter toute l’humanité, tandis qu’une femme ne peut représenter que d’autres femmes. Autrement dit, depuis toujours.
Inscrit le 03/11/2011
94 messages publiés
Donc Margaret Tatcher et la Reine d'Angleterre ne représentent que les femmes de GB. Ha ha  !
Inscrit le 03/11/2011
94 messages publiés
Wikileaks a déclaré que cet étude bidon avait pour but de censurer Internet sur de faux prétexte.

Si vous lisez l'étude, 52% des références sont BIDONS !!!!

Certaines sont vides.

Un site web qui n'existe pas.

Plein sont redondantes (tromperie par effet boule de neige !!)

Et parmi les "valides", plein proviennent de Kotaku (le site qui est rempli de journalistes idiots corrompus).

Protéger les femmes sur internet ne va pas les infantiliser du tout ! Ces féministes d'arrière garde sont les pires paternalistes qui soient.

Et Anita S qui sans rire dit lors de la présentation : "Je subis de cyber-violence toute la journée car des gens sur internet disent que je suis une menteuse". Mais c'est une menteuse, et c'est normal que quand elle met ses idées sur la place publique des réseaux sociaux, le public critique ces idées.

Mais qui sont-elles ces idiotes pour choisir quelles idées sont meilleures que d'autres !

Un beau rapport direct à la broyeuse !
Inscrit le 13/05/2009
361 messages publiés
Quel effet ça fait d'avoir eu raison rétrospectivement ?
Inscrit le 03/11/2011
94 messages publiés
NON : la "cyber-violence" n'existe pas. Comparer le harcèlement en ligne avec de la violence physique est un MENSONGE.

L'un des exemples du rapport est une étudiante qui a subi un viol collectif physiquement avant de se faire harceler en ligne. Sauf qu'il est plus probable qu'elle se soit suicider à cause des violences physiques que du harcèlement qui en a suivi. Utiliser cet exemple relève du pire cynisme de la part de ces idiotes féministes.

Ce rapport n'est qu'un prétexte pour censurer Internet, au moyen de fausses idées de gauche.

Le féminisme a toujours été le loup dans la bergerie de gauche : une bande d'idiotes qui pousse une politique identitaire afin de diviser la gauche.

Tony Cliff, dans Class Struggle and Women’s Liberation (1984) :
Pour le féminisme, la division fondamentale de la société est celle entre les hommes et les femmes […] Pour le marxisme, par contraste, l’antagonisme social le plus important se situe entre les classes et non entre les sexes […] Il n’y a pas de réconciliation possible entre ces deux positions, même si ces dernières années des « féministes socialist » ont tenté de les rapprocher (Cliff, 1984: 7).

Tous les champs doivent être remplis.

OU

Tous les champs doivent être remplis.

FORUMS DE NUMERAMA
Poser une question / Créer un sujet
vous pouvez aussi répondre ;-)
Numerama sur les réseaux sociaux

prix indicatifs sujets à variation