Commentaires : YouTube et la SACEM signent un accord pour trois ans

youtube
sacem
universal
universalmusic
Tags: #<Tag:0x00007f920c7a7498> #<Tag:0x00007f920c7a7358> #<Tag:0x00007f920c7a7218> #<Tag:0x00007f920c7a70d8>

#1
 En 2010, Google et la société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (SACEM) ont signé un accord rétroactif fixant la répartition des gains engendrés par la publicité diffusée dans les clips hébergés sur YouTube. Le contrat, prévu pour durer jusqu'à fin 2012, réglait ainsi la question des vidéos mises en ligne depuis le lancement de la plateforme américaine.

L'échéance approchant, Google et la SACEM ont naturellement ouvert de nouvelles discussions afin de prolonger le contrat pour trois nouvelles années. Seulement, les négociations se sont révélées plus difficiles que prévu. Et finalement la date du 31 décembre 2012 est passée sans qu'aucun arrangement ne soit trouvé. Google et la SACEM se sont alors lancés dans un bras de fer temporaire.

À l'expiration du contrat signé en 2010, Google a suspendu le versement des gains auparavant réservés aux ayants droit. L'entreprise américaine estimait en effet ne plus avoir à partager ses revenus publicitaires, faute d'accord. Agacé par l'attitude de la firme de Mountain View, le stratège numérique qu'est Pascal Nègre a alors menacé de retirer tous les clips appartenant à Universal Music

En fin de compte, Universal Music n'aura rien retiré du tout. En revanche, Google et la SACEM ont trouvé un terrain d'entente. Le nouvel accord, rétroactif jusqu'au 1er janvier 2013, durera jusqu'à fin 2015. Ensuite, il faudra que les deux parties retournent une nouvelle fois à la table des négociations. Selon Les Échos, l'accord porte sur toutes les ?uvres gérées par la SACEM (62 millions) et couvre 27 pays dans le monde.

Pour la filière musicale, le partenariat avec YouTube est indispensable. Le site d'hébergement est en effet la première destination des internautes souhaitant regarder des vidéos, avec plus d'un milliard de visiteurs chaque mois. Impossible de composer sans, surtout que les clips musicaux sont les contenus les plus recherchés sur la plateforme.

Lire la suite


#2

Agacé par l’attitude de la firme de Mountain View, le stratège numérique qu’est Pascal Nègre a alors [url=/magazine/24937-pascal-negre-menace-youtube-et-y-publie-le-dernier-mylene-farmer.html]menacé de retirer tous les clips appartenant à Universal Music

Ah oui, cet épisode m’a toujours fait marrer.

Par exemple, Sire, Léodagan et moi on fait semblant de vous prendre en otage : on vous met une dague sous le cou et on traverse le camp adverse en gueulant : " Bougez pas, bougez pas ou on bute le roi!"…


#3

... et le roi trébucha sur un caillou... ^^


#4

nan la il faut dire : c’est pas faux ;)


#5

c'est possible... pas lu l'histoire :rougi:


#6

Pour la filière musicale, le partenariat avec YouTube est indispensable.

Et inversement.
Google prouve à nouveau qu'il est autant dépendant des fournisseurs de contenu que eux de lui.


#7

J'aurais préféré que Google soit totalement indépendant de l'Etat. Sinon demain on va nous imposer 50% de musiques PURES.


#8

Ce sujet a été automatiquement fermé après 60 jours. Aucune réponse n'est permise dorénavant.