Vos arbitrages pour ce quinquennat ?


#1

Il ne vous a pas échappé que ce quinquennat sera placé sous le signe de la finance, de la productivité, d'une fiscalité favorable à l'investissement et défévorable à l'épargne et la pierre. Allez-vous (ou l'avez-vous déjà fait pour les plus prévoyants) arbitrer vos actifs ?

Ecrêter votre assurance-vie à 150k€ pour échapper aux 30% de taxation ? Ou au contraire, la gonfler dans les jours qui viennent dans l'hypothèse où la taxe ne s'appliquera que sur les nouveaux versements ? Allez-vous liquider vos valeurs monétaires/fonds euros pour acheter des actions ou OCP, en anticipant des mesures favorables aux investisseurs ? Ou peut-être vendre votre appartement pour devenir locataire, empocher la taxe d'habitation et échapper à la hausse du foncier ?

Comment comptez-vous mettre votre capital en marche ?


#2

Je vais essayer de finir de saturer mes livrets A et développement durable...
Mon assurance vie est loin des 150k€ pour l'instant.


#3

Mon livret A est saturé depuis pas mal d’années. J’avoue ne pas y prêter beaucoup d’attention, ça rapporte tellement rien… et j’avoue aussi ne pas être vraiment intéressé par ces choses là : en gros, je ne capitalise pas. Pour moi, la banque, c’est qu’un matelas.

C’est peut-être con (je ne dis pas tout sur ma manière pathétique de gérer mon capital, j’en suis pas bien fier), mais le pognon, moins j’y pense, mieux je me porte. Après bon, c’est facile à dire quand on est plus à découvert depuis bien longtemps (mouarf, j’envoie même chier mon banquier quand il m’appelle pour causer de tout ça : j’suis pas à découvert, alors fichez-moi la paix).

Mais quand-même : le sujet est suivi. L’avis des nununautes m’intéresse, même si ce n’est sans doute pas le meilleur ;)


#4

Je suis pas fan des placement à risques, donc je vise l'épargne, sans non plus perdre sur la durée, et c'est pas du tout un truc qui m’intéresse, je cherche pas à faire du pognon avec du pognon, seulement à pas perdre ce que j'ai.

Livret A plein (plafond 23k), ça tourne pour les intérêts (minables). C'est pour moi une sorte de réserve d'urgence en cas de gros pépin.
LDD, (plafond 12k) c'est plus un "complément du compte courant" qu'autre chose, il est rarement plein, c'est juste pour mettre le surplus du compte courant pour le mois

Personnellement, l'assurance vie me sert de réduction d’impôt. Comme y'a un plafond (1500 € / an déposé pris en compte pour 380€ de réduction en gros), et qu'elle est prévue pour 10 ans, je resterais sous les 150k. Même avec un taux "pourri", mais garanti, rien que la réduction d’impôt me rend gagnant.

J'ai un "ancien" PEL à 2.5% (plafond 60k) qui a encore de le marge.

Après, je fais aucun crédit, j'achète tout comptant (y compris la voiture: je me fais mon crédit de mon coté, je mets l'argent de coté, et j'achète quand j'ai assez, au lieu de payer les intérêts d'un crédit, je touche les intérêts du placement)


#5

Pas de quoi épargner le moindre €uro. C'est dèjà un miracle que j' ai plus acheter une maison. Après si le foncier augmente trop je revends tout et je me casse.


#6

Ca fait plaisir de voir qu’il y a des capitalistes parmi nous.

Livret A, LDD … oui bien sûr, la tranquilité du sans risque. J’en ai aussi. Mais ça n’est pas vraiment l’esprit du quinquennat. C’est de l’argent qui dort, pas de l’argent qui marche. L’assurance-vie est un support bien plus flexible. Si la plupart des banques y mettent des fonds euros, vous pouvez panacher comme vous voulez. J’y ai mis 20% d’unité de comptes. Les banques maintenant indiquent les niveau de risque, et gèrent pour vous les OCP/FCP, et assez bien. Faut bien qu’ils servent à quelque chose, avec tout l’argent qu’on dépose chez eux. Faites-les bosser !

Mais pour être en marche, c’est évidemment le PEA.

@Neuro T’as une maison, tu es donc dans le marché. Elle ne peut que prendre de la valeur. Il faut juste espérer que Macron ne tabasse pas trop la pierre. Je trouve que ce serait dommage de confondre bailleurs et résidence principale. Avoir un toit n’est pas un luxe et si la taxe d’habitation est adossée à des services rendus, la foncière est juste du vol. Mais comment pourra-t-il compenser le manque à percevoir de la première sans augmenter la seconde? Ponctionner les retraités ne suffira pas.

Ah oui au fait ! Si vous n’êtes pas retraités, vous le serez un jour. Si je m’autorisais à donner un conseil, ce serait de constituer un gros matelas parce qu’elles vont se réduire comme peau de balle. Il est question de tabasser à partir de 1300€. Les vieux, ça produit pas. Faut les saigner.


#7

Sauf si c'est dans une zone qui est désertée.


#8

Ou mal repeuplée. Les moins-values peuvent être dramatiques.


#9

M’en fous, ma maison est en brique :slight_smile:

Sinon, LDD, PEA, complémentaire au LDD, assurance vie, épargne retraite, il faut panacher.

Et rien à battre que ce soit Macron ou un autre : parce que ce sont des placements à long terme, certains favorisés à un instant donné, d’autres pas. En particulier le PEA : tu achètes, tu laisses grimper pendant de très longues années. Quand tu as une entrée d’argent inattendue et dont tu n’as pas besoin, tu en mets une partie sur le PEA.

Côté immobilier : la maison est finie de payer dans deux ans. On envisage d’acheter un appartement pour mettre en location, ce qui fera des revenus complémentaires à la retraite.

Ah oui, le livret A : j’y ai tellement peu touché depuis des années qu’il a été clôturé et les fonds transférés à la Caisse des Dépôts. Maintenant, je m’amuse pour les récupérer.


#10

Je suis déjà sur un modèle de retraite par capitalisation:
A l'heure actuelle, j'aurais "droit" à une retraite vers les 75 ans... (si rien ne change, ce dont je doute, et en étant en "plein emploi" jusque la)

A titre de comparaison, mon père, qui était "simple" ouvrier dans l'agro-alimentaire, il touche 2000 € net / mois en retraite à 60 ans. Beaucoup de gens qui travaillent les touchent pas.... Et il était en bas de l'échelle, même pas chef d'équipe.

Après, sur le principe, au risque de faire hurler, d'un point de vue sociale, j'estime que les cotisations retraites devraient servir uniquement à payer le minimum vieillesse (donc la même retraite pour tout le monde, mais plus haut que l'Aspa actuel, plutôt autour du SMIC pour tous)


#11

A ce moment-là, je ne dois cotiser que sur la part “smic” de mon salaire et pas sur son intégralité. Le reste de ce que je cotise actuellement doit donc m’être laissé à disposition afin que je puisse l’utiliser à ma guise, notamment par des cotisations retraite volontaires.

Ce qui signifie donc la mort de système de retraite actuel : si tu veux que 13 millions de retraités touchent un équivalent smic, il faut donc en gros que 50% du salaire “smic” des 28 millions d’actifs (soit grosso-modo 750 euros) soit prélevé, quelque soit le revenu de la personne. Ce qui est bien évidemment complètement impossible.


#12

Plus ton salaire est haut, plus tu cotises pour la sécu, …, c’est pas pour autant que ça te donne droit à plus de médocs / plus cher.

Pour moi, l’aide sociale publique, c’est assurer le minimum pour vivre décemment, en prenant plus, à ceux qui ont plus, c’est le principe de la solidarité. C’est pas fait pour permettre à certains de vives “dans le luxe”.

A noter que je l’applique aussi au chômage, je trouve particulièrement “mauvais” d’un point social de verser “plus” que le nécessaire pour vivre. J’ai une vision “aide sociale / solidarité, des plus riches envers les plus pauvres”, et non “placement financier / ça doit me rapporter plus”

Après, j’ai conscience que c’est un point de vue très peu partagé / qui ferait hurler dans les chaumières, c’est pas prêt d’arriver ^^

Pour ton calcul, y’a aucune raison que le système de retraite soit financé que par les salaires, bien au contraire.
Autant en période de plein emplois, population jeune, ça peut se faire, autant dans notre société actuelle, ça peut aller que dans le mur: la situation actuelle, c’est les gens cotisent… mais ils toucheront rien en réalité (ce qu’on leur vers en retraite, ils le toucheront pas en Aspa, car en dessous du plafond, donc l’état est gagnant: il a faut cotiser les gens, mais au final, leur donne pas “en plus” ce qu’ils ont cotisé, c’est juste pas la même caisse qui paye, mais d’un point de vue global des citoyens, c’est pareil: t’as cotisé pour rien toucher de plus…).
(actuellement, les retraités touchent en moyenne 1400 € brut , donc le SMIC pour tous, c’est largement possible… à conditions que ceux au dessus touchent aussi le SMIC ^^)


#13

Ca me donne droit à des indemnités plus élevées en cas d’arrêt de travail.

Il n’y a que toi pour oser dire que le chômage est un placement financier.

Développe. Tu veux les financer par la TVA sur les chips ?


#14

Avoir des revenus en fonction de ce qu'on a versé, ça ressemble plus à un placement qu'un une aide sociale.....

J'ai une vision sociale "forte": des droits importants (je suis aussi pour la prise à 100% par la sécu de tous les soins de santé, mais 0% de tout ce qui est "annexes" / confort, ou encore, aucune limite de durée pour le chômage, la départ à la retraite suivant l'age / santé, peu importe la durée de cotisation, ...) , mais ça va de pair avec des devoirs tout aussi importants. Je suis notamment pour une taxation très forte des revenus, peut importe la source (y compris placements financiers, vu que c'est le sujet : du 70% de taxation me choquerait pas du tout, si à coté, on redistribuerait à tous, pour augmenter drastiquement le niveau de vie minimum). Même avoir un salaire de 200€ net me dérangerait pas du tout, si à coté la société prenait intégralement en charge les couts "de base" (logement, nourriture, chauffage, éducation, santé, transport, ....). Plutôt qu'un "salaire universel", je serais pour des "services universels garantis".

Globalement, les revenus financiers / immobiliers sont très peu taxés comparés aux revenus du travail (le vrai, le superbrut, on approche les 50%), en plus d'avoir énormément de "niches" fiscales (le salaire va se reprendre une claque sur l’impôt sur les revenus, alors que les revenus financiers / immobiliers, dans certains cas, ça revient même à se faire payer par l'état pour les avoir....)

Pour recentrer par rapport au sujet, le bon "placement" d'un point de vue financier, si on cherche plutôt la sécurité, c'est plutôt niches, ces "exceptions", qui font que tes revenus sont "passé à la trappe". Si on veut bien quelques "risques", on peut se tourner sur ce qui rapporte beaucoup plus (des croissances à 2 chiffres minimum)


#15

Quitte tout de suite ce fil, SATAN !!!


#16

Si ça peut te rassurer, tant que c’est pas la règle, je me prive pas pour quand même bénéficier de quelques avantages.

En réduction d’impôt “social”, exemple fictif :D, mère aux minimum sociaux: ASPA, 800 € / mois, non soumis à l’impots sur les revenus (chose que je trouve débile sur le fonctionnement, mais c’est comme ça, alors profitons en …). Bah hop, suffit de lui donner de l’argent, c’est déjà plus confortable pour elle, c’est non impossible de son coté (à moins de donner bcp), et c’est en réduction de revenus de son coté à soit (donc au final, les revenus touchés sont pas imposés, et sont dépensé pour une personne proche)


#17



#18

Moi j'ai pas un radis et quand j'en ai je flambe. Macron peut faire ce qu'il veut, j'en ai rien à battre...tant qu'on me laisse tranquille dans un coin avec mon statu de parasite social.

Pas eu un bulletin de paye depuis 2009.


#19

Les indemnités chômage et maladie ne sont pas des aides sociales. Ce sont des assurances.


#20

Est-ce que l'un de vous pense à épargner de manière utile ?
Macron est élu et cautionne un système financier que beaucoup considèrent comme étant à bout de souffle, et qui ne leur convient absolument pas.
Il est peut être temps de réagir de manière citoyenne, par exemple en ne laissant plus son argent "travailler" pour des causes qui ne me correspondent pas, sans transparence et sans recours possible. Pour ce faire, vous pouvez demander la fermeture des livrets bancaires pour tout transférer vers un livret éthique à la NEF.
Voici leurs arguments qui me paraissent les plus importants :
- Transparence réelle sur les projets soutenus
- Pas de spéculation boursière
- Orientation possible suivant l'un des trois axes proposés : Ecologique / Social / Culturel
- L'argent placé reste disponible à tout moment
Le seul gros bémol à prendre en considération, ce sont les intérêts, bien plus bas que les livrets classiques, avec un taux symbolique à 0,10% Mais regardez la rémunération de votre livret A, elle est très faible aussi. A vous de juger si ça vaut le coup.
Il existe aussi le crédit coopératif qui fonctionne d'une manière similaire.
A creuser, changer le monde dans lequel on vit et qui ne nous plait pas ne se fait pas forcément en votant mais en agissant !