Commentaires : Une intelligence artificielle globale et agnostique peut-elle exister ?

intelligenceartificielle
longformat
Tags: #<Tag:0x00007f3d2a4a57e0> #<Tag:0x00007f3d2a4a56a0>

#1

« Nous vivons une époque à la fois fantastique et dangereuse. En effet, nous sommes témoins de bouleversements majeurs, auxquels nous allons nécessairement devoir nous adapter. Notre manière d’apprendre, en particulier, va devoir changer. » En novembre dernier, au Web Summit de Lisbonne, Antoine Blondeau donnait le ton dès le début de son intervention. Dans le privé, si le phrasé est plus relâché, le discours reste le même : l’évolution, l’adaptation sont pour lui les clefs ouvrant les portes du futur. Un futur…. Publié sur http://www.numerama.com/sciences/225439-une-intelligence-artificielle-globale-et-agnostique-peut-elle-exister.html par Guillaume Renouard


#2

À terme, peut-être que les machines deviendront plus intelligentes que l’homme, mais cela va prendre beaucoup de temps, et cela sera surtout un processus progressif : on ne va pas se réveiller un matin en réalisant que les machines sont devenues conscientes.

Ca, on n’en sait rien. De toutes façons, je ne suis pas sûr que confondre ainsi intelligence et conscience soit une bonne approche pour faire ce genre de pronostic.

Cette notion d’IA agnostique ressemble à l’hypothétique singularité technologique (une idée pas si neuve que ça). Mais il est vrai que l’approche Darwiniste de la chose est plutôt fascinante.

Quant à l’idée que ça pourrait résoudre tous les problèmes humains… faut arrêter quand-même là : la connerie survivra.


#3

J'en profite pour ressortir deux articles à ce sujet :

http://www.techniques-ingenieur.fr/actualite/articles/comment-donner-une-conscience-a-un-ordinateur-2392/

http://web.archive.org/web/20151203185245/http://www.larecherche.fr/savoirs/dossier/science-pourra-t-elle-expliquer-conscience-01-08-2013-124354

Scientisme, quand tu nous tiens... :weary:


#4

Le premier lien est intéressant. C'est juste dommage qu'à la fin, il retombe dans le syndrome de Frankenstein (désolé, mais ça me sort par les yeux).

Ouaip. Comme le disait si finement Einstein : Deux choses sont infinies : l’Univers et la bêtise humaine. Mais, en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue.


#5

Comment une intelligence artificielle pourrait être autre chose qu'agnostique?


#6

Par agnostique, il entend une intelligence indépendante de son créateur (l'humain ici).


#7

C’est quand meme confus.

agnostique \a.ɡnɔs.tik\ masculin et féminin identiques
[…]

(Informatique) Qui peut s’adapter aux composants avec lesquels il interagit.
Le « socket » (lien, connexion) de la couche de communication est agnostique en ce qui concerne les mécanismes de transports sous-jacents - il est « transport-agnostique ».
https://fr.wiktionary.org/wiki/agnostique

ou :


#8

Je t'avoue que j'ai tiqué aussi en lisant la phrase la première fois, mais il faut se mettre à la place de l'IA pour en saisir le sens ici... et ne pas faire l'analogie avec l'abus du terme agnostique en informatique (où aucune entité supposée créatrice n'est impliquée).

En bref, l'idée d'une IA agnostique serait qu'elle serait capable d'évoluer seule sans intervention du créateur. Ce n'est pas encore le cas en apprentissage profond, il faut quand-même régler certains paramètres, il ne s'agit pas seulement de lui faire bouffer quantité d'informations (même si c'est 99% du processus en termes de volume de données).

Je t'accorde volontier qu'il s'agit aussi d'un abus de langage ici.


#9

Justement l'article ne précise pas quel sens d'agnostique il utilise. Si c'est dans le sens technologie agnostique, il devrait renvoyer à une définition. Si c'est dans le sens agnosticisme, on voit pas bien comment l'intelligence artificielle pourrait douter de l’existence de l'humain qu'elle croise tous les jours.


#10

Le problème, c’est que cette définition là n’existe pas encore :wink: L’article devrait plutôt détailler le sens dans un paragraphe.

Justement, ce n’est pas dans ce sens là. Faut voir… peut-être qu’avec le temps, on trouvera un autre mot plus approprié (à moins que celui-ci soit adopté).


#11

Employer dans un article un mot qui n'est pas défini et qui peut conduire a un contresens. Bravo...


#12

AlphaGo est peut-être le meilleur joueur de Go de tous les temps, il demeure incapable d’aligner trois mots ou de discerner une chèvre d’un hibou, ce dont serait bien sûr capable n’importe quel joueur de Go humain débutant.

C'est vrai que c'était important de le préciser!


#13

En informatique, il y a des résultats assez fondamentaux qui dit que les ordinateurs ne peuvent calculer que les choses faciles (en gros). (Théorème de Rice, Théorème d'incomplétude de Gödel, Tous les théorème d'indécididabilité).

Maintenant, parmi les choses faciles, il y en a qui sont simple conceptuellement (le jeu de go) mais difficile à cause d'une explosion combinatoire. Mais du point de vue de la calculabilité, résoudre le jeu de go c'est pas plus difficile que résoudre le morpion.

Il y a des choses autrement plus difficile que ça, conduire typiquement, c'est déjà plus difficile. Comme pour le jeu de go, les ordinateurs s'en sortent en faisant un peu n'importe quoi, mais un n'importe quoi "good enough", qui permet de faire illusion. Je rentrerais pas dans les détails là.

Mais il y a des choses vraiment difficile, des choses que les ordinateurs ne sauront jamais faire, mais des choses que nous, humains, pouvons aborder avec une relative sérénité. Par exemple faire preuve d'abstraction, découvrir les concept qui transcendent les disciplines, avoir des idées neuves tout simplement.

Alors, c'est un peu toute l'histoire de l'intelligence artificielle cette alternance de « Mon dieu c'est fantastique, ça y est ! On l'a ! » et de « ah non, la vie c'est compliqué, finalement c'est tout pourri ce qu'on fait ».

Une citation tronquée de Flaubert :

la parole humaine est comme un chaudron fêlé où nous battons des mélodies à faire danser les ours, quand on voudrait attendrir les étoiles.


#14

Tu t’appuies sur quoi pour affirmer cela ?


#15

Je vais être un peu terre-à-terre et salir ce bel article avec mon cambouis mais je doute un peu de la possibilité du fait de développer une IA capable de s’adapter à la volée.

Un programme est pensé pour résoudre un “problème”, ce programme a besoin d’un code qui est une traduction de l’algorithme de résolution du problème.

Par conséquent si l’on souhaite qu’un programme s’adapte à un nouveau problème lors de son exécution il faudrait qu’il puisse changer son code.
C’est faisable (code automodifiable) mais pour des raisons de sécurité c’est peu conseillé.

Si quelqu’un a une idée d’implémentation je veux qu’il me la partage (peut-être que je suis complètement à l’ouest, l’IA n’est pas vraiment mob domaine).


#16

La réponse est dans l'article : réseaux de neurones artificiels et algorithmes génétique.
Soient deux techniques où ce n'est pas l'humain qui programme directement la solution mais la machine elle-même.
L'humain intervient au début pour donner la "procédure" qui permettra à la machine de créer ses propres solutions à partir d'une base d'apprentissage et de "mutations" artificielles.


#17

Un réseau de neurones n'est pas un algorithme. Maintenant, je comprend que beaucoup de monde soit confus quand on voit régulièrement des rédacteurs de Numerama parler de deep learning en supposant que la machine explore des milliards de combinaisons pour arriver à ses fins (ce qui est strictement faux dans le cas d'un réseau neuronal, tout comme c'est faux chez un champion de Go).


#18

Elle est loin l’époque ou Ratiatum permettait de se tenir au courant.


#19

L’intelligence artificielle atteindra le stade de la conscience quand elle atteindra les mêmes sommets de bêtise que les humains.


#20

AlphaGo est peut-être le meilleur joueur de Go de tous les temps, il demeure incapable d’aligner trois mots ou de discerner une chèvre d’un hibou, ce dont serait bien sûr capable n’importe quel joueur de Go humain débutant. C’est pourquoi de nombreux experts relativisent les récents progrès de l’intelligence artificielle et récusent toute comparaison possible avec l’intelligence humaine.

Je récuse tout notion de progrès dans l'industrie automobile parce que ma voiture est incapable de tricoter un pull.

Non, mais sérieux. Si vous programmez une machine à faire quelque chose, ne vous étonnez pas qu'elle fasse autre chose.

Par exemple, est-ce qu'on peut dire qu'il ne faut pas parler d'intelligence humaine parce que 99,9% de la population ne sait pas extraire une racine carrée à la main ?