Commentaires : Une campagne veut rendre public le code source des logiciels financés par le contribuable

logiciellibre
programmation
opensource
servicepublic
Tags: #<Tag:0x00007f3d361de2a8> #<Tag:0x00007f3d361de140> #<Tag:0x00007f3d361ddf88> #<Tag:0x00007f3d361ddda8>

#1

Lorsque de l’argent public est employé pour développer des logiciels, le code source qui leur est associé devrait-il être rendu public ? Oui, répondent en cœur trente-cinq organisations proches du mouvement du logiciel libre. Et parce que ce point de vue n’est de toute évidence pas partagé par tout le monde, elles ont lancé une campagne pour expliquer au public les enjeux de cette demande. Baptisée « Argent public, code public », l’initiative appelle le législateur européen à créer le cadre juridique adéquat qui…. Publié sur http://www.numerama.com/politique/289690-une-campagne-appelle-a-rendre-public-le-code-source-des-logiciels-finances-par-le-contribuable.html par Julien Lausson


#2

Économies fiscales : des applications similaires n’ont pas besoin d’être programmées à partir de zéro à chaque fois.

Sur un développement qui dure 5/10a, difficile de réutiliser quelque chose qui a plus de 5a d’age, surtout dans ce domaine.

Coopération : les efforts sur les projets d’envergure permettent de partager l’expertise et les coûts.

Le cout est franchement peanuts comparé au volume de citoyens/usagers/clients gérés. C’est en train d’être initié tout doucement quand même.

Service public : les applications payées par la collectivité devraient être accessibles à tous.

Tlm cotise et tlm n’a pas accès aux prestations si on suit le même raisonnement.
Cependant, cela permettrait d’améliorer l’opinion envers l’administration à moindre frais.

en profitant des failles découvertes par la communauté des chercheurs en sécurité informatique.

Une application n’est pas un service web. La plupart sont déconnectées du réseau public et l’interaction est à sens unique (extérieur -> appli).
Bien sur il y a des failles, encore faut-il qu’elles soient exploitables. Puis croire qu’elles ne sont pas cherchées à l’heure actuelle est une erreur.
On demande pas à une application d’être parfaite. On demande à l’utilisateur de l’application d’être parfait. C’est à dire analyser ce que l’application lui renvoie et effectuer des actions correctives grâce à son analyse et sa connaissance du comportement de l’application.
C’est aussi comme ça qu’on valorise l’être humain face aux machines/ordinateurs. Sinon on se passe d’êtres humains et on économise tout autant.

Le plus gros enjeu est la souveraineté (et pas la sécurité). Par facilité (qui est une conséquence des baisses/stagnations de budget à répétition), on se laisse aller à des “packages” US pour la plupart car on est trop limite pour le faire en interne par manque de ressources.


#3

Ce sujet a été automatiquement fermé après 60 jours. Aucune réponse n'est permise dorénavant.