Commentaires : Ubuntu : des paquets snaps pour toutes les distributions Linux

linux
ubuntu
canonical
Tags: #<Tag:0x00007f9210a79e10> #<Tag:0x00007f9210a79c80> #<Tag:0x00007f9210a79ac8>

#1

Mark Shuttleworth n’est pas peu fier de la création des équipes de Canonical. Nombreux sont les utilisateurs et développeurs qui ont rêvé d’un format de paquet logiciel compatible sur tous les systèmes GNU/Linux, capable de se mettre à jour et de fonctionner sans briser des dépendances. Bonne nouvelle ! Après de longs mois de développement, les équipes de Canonical ont réussi à créer ce fameux format. Ils l’ont appelé Snap. Ne cherchez pas de rapport avec Snapchat, il n’y en a…. Publié sur http://www.numerama.com/tech/179368-ubuntu-des-paquets-snaps-pour-toutes-les-distributions-linux.html par Corentin Durand


#2

C'est vrai qu'avoir un seul format "user friendly" pour GNU/Linux serait pas vilain du tout, ça éviterais pour les utilisateurs non compétents de ne pas être dépendant du market
Par contre, être lié à Windows ou Android, bof


#3

Ca parait tellement évident qu'on se demande pourquoi ça n'existe pas depuis longtemps. Ah mais au fait les logiciels sur mac ils ne sont pas empaquetés en un seul icone depuis toujours ?


#4

Le monde de GNU/Linux a toujours connu autant de formats de paquets logiciels qu'il y a de distributions. Entre les fichiers .deb qui ne fonctionnent que sur Debian ou les paquets .rpm pour Red Hat

Pas du tout. La majorité ou presque des distributions est basé sur Debian et supporte le deb comme format de paquet "officiel". Le reste supporte en bonne partie le RPM comme format de paquet (Fedora, RHEL, OpenSUSE, etc). Ensuite il y a quelques autres formats plus ou moins exotiques, mais on est très loin d'un format par distribution.
On peut noter qu'il existe des convertisseurs, comme alien (pour convertir certains formats en deb).

Les snaps sont donc des paquets logiciels qui contiennent dans une sorte de sandbox à la fois les fichiers binaires ainsi que les dépendances du logiciel en question — à l’inverse des .deb par exemple.

Le logiciel va être sandboxé, mais pas le paquet lui-même. Le paquet est une archive (plusieurs fichiers dans un seul) avec des règles sur comment ranger les fichiers au sein de l'archive et sur les fichiers nécessaires (avec un format particulier pour être compris par le logiciel de gestion de paquets).

Concrètement, cela veut dire qu’au moment de télécharger un programme avec un snap, vous n’aurez pas à vous inquiéter des dépendances de celui-ci.

Mais s'il y a une faille dans une librairie, chaque snap la contenant devra être mis à jour (bande passante et temps d'installation accrus par rapport au modèle "standard" sous GNU/Linux) et il n'est pas sur qu'il y ait une mise à jour (problème de sécurité).

Toutefois, pour les gérants de serveurs Ubuntu, les snaps leur permettront d’installer la dernière version instable d’un logiciel

Mettre un logiciel instable sur un serveur, hormis pour le développement c'est une idée saugrenue.

Il est dommage de ne pas avoir signalé que Canonical faisait cavalier seul (comme avec Mir), alors que le reste des distributions va probablement adopté Flatpack (ancien xdg-app). http://flatpak.org/
J'ai récemment lu un article d'un packageur qui expliquait en détail tous les avantages de son travail, je n'arrive malheureusement pas à le retrouver. Un des éléments est qu'il vérifie un peu ce qu'il y a dans les paquets et retire ce qui est mauvais quand quelque chose est signalé, le packageur sert donc d'intermédiaire entre l'utilisateur et le programmeur ce qui offre une couche intéressante de verification et de purge potentielle.


#5

Moi je me demande surtout comment ça peut être intéressant en dehors de quelques logiciels clé. Les paquets “clés” d’une distribution resteront dans leurs formats actuels… sinon imaginez avoir 2500 fois la même dépendance à 1mo, ça fait 2Go dans les dents, pour une seule dépendance, au lieu d’1mo…


#6

Flatpak is the new name for GNOME’s XDG-App initiative, though ‘…95% of the commits come from one Red Hat employee,’ Shuttleworth cheekily noted. ‘We would be delighted if they’d work with us.”

Selon le très informé Joey Sneddon d’OMG Ubuntu.


#7

15 logiciels, 15 logiciels qui utilisent la même dépendance dans plusieurs versions différentes, c'est autant de faille possible (même sandboxer) et de paquet mis a jour en retard.

Pour l'utilisateur, ok, pourquoi pas. Pour un serveur non... D'ailleurs j'ai pas de chiffre, mais je serais curieux de connaitre la proportion de serveur linux sous ubuntu.


#8

Je pourrais pas te donner une proportion, mais je peux te dire "une majorité" sans hésiter. C'est la distro utilisée sur quasi tous les serveurs tiers, vps et autres box. Quant aux serveurs d'entreprises, je ne sais pas, et je ne sais pas si de tte façon ces nombres sont publics x)


#9

Oui mais ça représente peu de serveur les box et vps. Et surtout c’est généralement a cause des tuto qu’on trouve a foison. Perso j’en ai quelques une et je tourne sous Debian.

Pour les entreprises, ça dépend de l’utilisation, mais j’aurais tendance a penser (basé sur mon expérience et en fonction des usages), qu’on va retrouver surtout du debian, red hat et suse. J’ai toujours lut que 80% des serveurs web dans le monde tournaient sous Debian(aux dernières nouvelles c’est le cas des serveurs de google par exemple), mais les chiffres ont peut être changés (ce genre de chiffre dans un livre sur debian peut perdurer assez longtemps ^^).


#10

Ah moi j'avais entendu que Google tournait sous Goobuntu (ubuntu google), mais je ne suis sûr de rien.


#11

Alors Goobuntu c'est une version client pas une version serveur de production. (ici https://www.quora.com/Which-Linux-distribution-does-Google-run-on-its-production-servers )

D'ailleurs, je precise, quand je parle de Red Hat j'inclue également CentOS avant de me faire flageler par un puriste ^^ (Facebook utilise a priori du centos)

Alors evidement, des boites comme google et facebook utilisent limite des forks pour leurs serveurs, mais la base est la ^^