Commentaires : Steam et son contrat qu'on ne peut refuser, menacé d'une plainte en ju

justice
allemagne
steam
valve
drm
dadvsi
Tags: #<Tag:0x00007f920cd57028> #<Tag:0x00007f920cd56ee8> #<Tag:0x00007f920cd56da8> #<Tag:0x00007f920cd56c18> #<Tag:0x00007f920cd56ad8> #<Tag:0x00007f920cd56970>

#41

Je ne crois pas que le véritable problème soit dans les licences ou l’amalgame vente/location, mais plutôt dans le positionnement de Valve.

Mettons-nous dans la peau du consommateur. Le marché de la dématérialisation grandissant, il est quasi obligatoire de se créer un compte par site qu’on visite. Et il faut bien l’admettre, c’est chiant. Il y a bien des tentatives de centralisation, style facebook ou autre, mais vu comment ils gèrent les données… Bref, c’est un autre débat.
Le gros avantage de Steam, c’est qu’avec un seul compte, on peut acheter les jeux de n’importe quel éditeur, et le choix est vaste. Certes, tous les jeux ne sont pas sur Steam, mais la grande majorité y est présente.

Regardons du côté des éditeurs, maintenant. Leur principale préoccupation, c’est la visibilité. Car plus ils sont visibles, plus ça augmente les chances d’avoir des clients. Et ils savent très bien que pour un utilisateur, plus c’est simple et facile d’accès, mieux c’est.
C’est donc tout naturellement qu’ils utilisent Steam, car ça leur apporte la visibilité dont ils ont besoin tout en restreignant les contraintes pour nous, consommateurs.

Le problème se situe au niveau de Valve qui, profitant de son statut d’intermédiaire, impose des contraintes aux 2 parties pour ses services. En soi, si Steam n’était qu’une plateforme parmi tant d’autres, ça ne serait pas un soucis. Si on est pas d’accord, on va ailleurs et point barre. Sauf que là, des plateformes qui proposent les mêmes services (qualité + sécurité + promos de malades), il n’y en a pas (en tout cas, à ma connaissance). Steam se retrouve donc en position dominante, tout comme Microsoft qui imposait IE ou Google qui traficotte son moteur de recherche pour mettre en avant ses produits avant ceux de la concurrence.
Dans ce cas de figure, Valve n’a pas le droit de s’imposer entre les deux parties, car ça empêche justement la concurrence de se développer.

Pour prendre un exemple concret, j’ai plus de 180 jeux sur mon compte Steam (quasi tous achetés en promos, je vous rassure. Je suis loin d’être plein aux as). Et j’ai bien conscience que si un jour il arrive quelque chose à Steam ou à mon compte, je perdrais probablement tout, en l’état actuel des choses.
Ce que je trouve inadmissible en revanche, c’est que :
1- si Steam change ses conditions et que je ne suis pas d’accord, je perds mes jeux. Je dis non ! Où avez-vous vu un accord commercial avoir des effets rétro-actifs ? C’est une hérésie.
2- Partout sur la plateforme, il est marqué “Acheter”. Après, je m’en cogne de savoir si c’est le jeu ou la licence, quand je paie, j’achète quelque chose et en deviens donc propriétaire. Je suis donc parfaitement dans mon droit de le copier, le céder ou le revendre.
3- La licence est un mix de la licence de l’éditeur et de celle de Steam, et qui stipule que mon jeu ne peux pas être utilisé sans Steam. Ok, mais dans ce cas, je devrais pouvoir le copier (rendre offline), céder et revendre sur, et uniquement sur, Steam. Et ils ne sont pas réglos là dessus.

Après, je ne m’y connais pas assez en droit pour savoir si mon avis est pertinent ou pas. Mais il ne faut pas avoir un bac +50 en droit pour comprendre que Valve abuse de sa position dominante sur le marché et se cache derrière son statut d’intermédiaire.


#42

(argh, bug dans l'editeur... message passe a la trappe.)


#43

quote name="Shivaan" date="26/09/2012 - 13:29" timestamp="1348658949" post="1529958"
[/quote]
Ces positions sont raisonnables, mais il me semble que rien dans la loi ne force Valve a avoir un contrat "raisonnable". (Il interdit juste que le contrat soit "abusif".) De plus, on parle de droit francais et d'une societe americaine, ca n'aide pas.
Par ailleurs, la loi est un peu trop lourde sur le sujet. Il devient delicat de nos jours, sur des sujets de ce genre de se conformer a l'adage "nul n'est cense ignorer la loi" vu l'empilement legislatif auquel nous avons affaire. (Et que personne ne semble presse de corriger, en particulier pas le parti actuellement au pouvoir.)
Notons au passage deux elements sur cet adage bien connu, mais parfois mal interprete:
- il ne signifie pas que tout le monde doit connaitre toutes les lois. Il interdit juste d'utiliser l'ignorance d'une loi comme ligne de defense. Ce serait un peu facile. XD (Par contre, il est possible d'en pointer des incoherences, mais cela necessite a l'inverse une connaissance tres poussee.)
- la citation originale, avant qu'elle ne devienne un argument de loi, apportait une nuance tres utile: "Nul n'est censé ignorer la loi, surtout quand il est facile de la connaître". La deuxieme proposition n'est plus vraie depuis longtemps, surtout dans le domaine de la "propriete intellectuelle" (yuck!). Invoquer l'adage devient donc de plus en plus bancal a chaque "reforme". Difficile en effet de se conformer a une loi qui n'est plus concue pour proteger la societe, mais pour "pieger" le citoyen.


#44

J'attends de voir le "résultat" car je doute que d'un point de vue pratique Valve puisse avoir 10000 versions de leur contract en activité ça ficherai un bordel pas possible et mettrait en péril les évolutions futures de la plateforme.


#45

[quote name="DoubleJ" date="26/09/2012 - 09:49" timestamp="1348645797" post="1529800"]

Hmmpf... je suppose qu'il est vain de vouloir rappeler aux gens à chaque news sur Steam:

Que "Le Logiciel est concédé sous licence, et non vendu. Votre licence ne vous confère aucun droit ni titre de propriété sur le Logiciel. Pour utiliser le Logiciel, vous devez être en possession d'un Compte Steam et vous pouvez être invité à exécuter le client Steam et à maintenir une connexion à Internet." (Steam SSA, clause numéro 2, partie A)

Ca, je pense que maintenant tout le monde l'a compris.

Mais aussi, selon eux le téléchargement de la "copie" et l'acquisition de la licence sont indivisibles (alors que des milliers de développeurs permettent/doivent permettre, pour des raisons techniques et professionnelles, le téléchargement de la "copie", et la vente de la licence à côté), qu'ainsi l'entière activité de distribution numérique (mise à jour incluses) n'est pas retenue comme un service, mais comme un simple droit lié à la "copie" achetée : ainsi pour la vente d'une seule licence d'un programme, l'ayant-droit serait tenu de fournir toute la bande-passante et la disponibilité des serveurs que cette licence pourrait engendrer (1 ou 2000 "propriétaires" différents de la "copie").

L'argument "technique me fait bien rigoler" : c'est justement ici que cela devient polémique. Et je dirai : pourquoi pas ? Si ils font le choix du dématérialisé, ils doivent assumer. A ce moment là, qu'ils passent sur un model type "onlive" : une location d'utilisation, bien clair et non pas une "vente" présentée comme telle (le peuple ne lit pas les contrats).

Ici, le problème n'est pas ce que l'on accepte dans un contrat mais le fait que ce contrat soit modifié et que l'ancien ne s'applique plus alors qu'au moment de la transaction, elle a été effectuée sous ce régime. On rentre quand même, si on laisse passer ça, dans une dangereuse mentalité économique pour la population : on vous vend des trucs, on joue sur les termes employés (licence / propriété / oeuvre de l'esprit / bien physique / matériel / immatériel / etc) sachant très bien que le grand public n'y verra que du feu, on pond des contrats avec des paramètres alléchants (dématérialisé, pas cher, toujours accessible, non détériorable, updates, jeu en ligne, réseaux sociaux, etc.) et du jour au lendemain, une fois que les société se sont faîtes des couilles en or et qu'ils tiennent les clients par les leurs, allez hop : on modifie tout le contrat avec effet rétroactif sur tout l'existant, clauses abusives à l'appuie dans la plupart des pays et on doit accepter ?

J'espère franchement que ce principe ne se généralisera pas car là, on rentre carrément dans de la location au final sans contrat ni garanties puisque tout peu changer sans qu'on n'ait rien à dire. Navrant. Ca revient à louer une maison, sans bail ni état des lieu, en signant un papier qui au final ne veut rien dire et aussi pouvoir se retrouver à la porte du jour au lendemain sans même pouvoir se dérendre alors qu'on a tout payé... sympa.

Et si un jour Steam ferme ses portes ? Qu'advient t'il de nos achats ?[/quote]

Y a qui pour défendre les consommateurs qui comme moi ne veulent PAS avoir a louer leurs jeux et que se satisfont très bien du model actuel?

Montre moi un bail de location ou tu ne paye ton loyer qu'une seule fois dans ta vie?


#46

[quote name=“Shivaan” date=“26/09/2012 - 13:29” timestamp=“1348658949” post=“1529958”]Je ne crois pas que le véritable problème soit dans les licences ou l’amalgame vente/location, mais plutôt dans le positionnement de Valve.

Mettons-nous dans la peau du consommateur. Le marché de la dématérialisation grandissant, il est quasi obligatoire de se créer un compte par site qu’on visite. Et il faut bien l’admettre, c’est chiant. Il y a bien des tentatives de centralisation, style facebook ou autre, mais vu comment ils gèrent les données… Bref, c’est un autre débat.
Le gros avantage de Steam, c’est qu’avec un seul compte, on peut acheter les jeux de n’importe quel éditeur, et le choix est vaste. Certes, tous les jeux ne sont pas sur Steam, mais la grande majorité y est présente.

Regardons du côté des éditeurs, maintenant. Leur principale préoccupation, c’est la visibilité. Car plus ils sont visibles, plus ça augmente les chances d’avoir des clients. Et ils savent très bien que pour un utilisateur, plus c’est simple et facile d’accès, mieux c’est.
C’est donc tout naturellement qu’ils utilisent Steam, car ça leur apporte la visibilité dont ils ont besoin tout en restreignant les contraintes pour nous, consommateurs.

Le problème se situe au niveau de Valve qui, profitant de son statut d’intermédiaire, impose des contraintes aux 2 parties pour ses services. En soi, si Steam n’était qu’une plateforme parmi tant d’autres, ça ne serait pas un soucis. Si on est pas d’accord, on va ailleurs et point barre. Sauf que là, des plateformes qui proposent les mêmes services (qualité + sécurité + promos de malades), il n’y en a pas (en tout cas, à ma connaissance). Steam se retrouve donc en position dominante, tout comme Microsoft qui imposait IE ou Google qui traficotte son moteur de recherche pour mettre en avant ses produits avant ceux de la concurrence.
Dans ce cas de figure, Valve n’a pas le droit de s’imposer entre les deux parties, car ça empêche justement la concurrence de se développer.

Pour prendre un exemple concret, j’ai plus de 180 jeux sur mon compte Steam (quasi tous achetés en promos, je vous rassure. Je suis loin d’être plein aux as). Et j’ai bien conscience que si un jour il arrive quelque chose à Steam ou à mon compte, je perdrais probablement tout, en l’état actuel des choses.
Ce que je trouve inadmissible en revanche, c’est que :
1- si Steam change ses conditions et que je ne suis pas d’accord, je perds mes jeux. Je dis non ! Où avez-vous vu un accord commercial avoir des effets rétro-actifs ? C’est une hérésie.
2- Partout sur la plateforme, il est marqué “Acheter”. Après, je m’en cogne de savoir si c’est le jeu ou la licence, quand je paie, j’achète quelque chose et en deviens donc propriétaire. Je suis donc parfaitement dans mon droit de le copier, le céder ou le revendre.
3- La licence est un mix de la licence de l’éditeur et de celle de Steam, et qui stipule que mon jeu ne peux pas être utilisé sans Steam. Ok, mais dans ce cas, je devrais pouvoir le copier (rendre offline), céder et revendre sur, et uniquement sur, Steam. Et ils ne sont pas réglos là dessus.

Après, je ne m’y connais pas assez en droit pour savoir si mon avis est pertinent ou pas. Mais il ne faut pas avoir un bac +50 en droit pour comprendre que Valve abuse de sa position dominante sur le marché et se cache derrière son statut d’intermédiaire.[/quote]
Tu dois pas connaitre Desura toi.


#47

[quote name=‘dieangel’ date=‘27/09/2012 - 13:14’ timestamp=‘1348744480’ post=‘1530563’]
Y a qui pour défendre les consommateurs qui comme moi ne veulent PAS avoir a louer leurs jeux et que se satisfont très bien du model actuel?[/quote]

Ben j’ai essayé plusieurs fois.
Mais apparemment les gens qui sont satisfait du contrat actuel sont des idiots/moutons qui se font exploités et qui du coup ont des opinions qui ne comptent pas.


#48

Ce sujet a été automatiquement fermé après 60 jours. Aucune réponse n'est permise dorénavant.