Commentaires : Sortie simultanée des films en VOD et en salles : pourquoi ça coince

cinéma
vod
chronologiedesmédias
Tags: #<Tag:0x00007f920ac8a458> #<Tag:0x00007f920ac8a278> #<Tag:0x00007f920ac8a138>

#32

Je m’en fous de ce film, le propos n’est pas là.


#33

exploitation 1961 semaine 13 Paris (fichier CNC):
La Princesse de Cleves 6.30 Francs au Colisée
La Novice 5.35 Francs au Balzac
Le monde de Suzi Wong 5.35 au Georges V et à l’Elysée cinémas
Rocco et ses frères 5.35 Francs au Normandie
La nuit 6.30 Francs à L’Avenue

Exploitation 1969 - source Film Français semaine du 5 au 11 novembre 1969

Hibernatus 12 Francs à l’Ambassade
La Horde sauvage 10 Francs au Caravelle
My fair Lady 12 francs au Richelieu
Une Veuve en Or 12 Francs au Paramount
Ben Hur 12.50 Francs au Gaumont palace

En 1990 je payais 50 balles au Forum Horizon, 100 balles a 2 le samedi soir…

Wikipédia c’est sympa, mais bon

Pardonnez moi, mais la marmotte vous savez ce qu’elle vous dit ? Elle allait au cinéma quand vous suciez encore le téton de votre mère.


#34

Mais si bien sûr, le propos est là....
Merci de votre réponse lumineuse


#35

Ce n’est pas du tout le même business model…Ceci étant je vous accorde que la SNCF c’est hors de prix.
Prix du kilomètre pour une ligne TGV : 24 millions d’euros !! Pourquoi un tel prix : Parce que les entreprises de BTP se sont goinfrées à mort à la grande joie des actionnaires sur le dos des usagers ! Parce que les entreprises qui fabriquent les trains se sont goinfrées durant des années avec des marges colossales. Parce que la SNCF a été une belle entreprise pour recaser des centaines de fonctionnaires qui n’étaient plus dans les cabinets ministériels… Etc… Là je suis d’accord après un goinfrage énorme tout le monde pleure…

Il n y a rien de honteux à prendre un bus neuf aussi confortable que le train…
Le co voiturage est une solution plaisante si les personnes s’entendent bien durant le trajet…


#36

C'est ça...Bonjour chez vous.


#37

Mon commentaire était du second degré.

Les cris d’orfraies de la très sclérosée industrie me fatiguent depuis un long moment, tous les prétextes sont bons (et il y en a même quelques rares de légitimes dans le lot) pour sauvegarder un business model moribond.

La chronologie des médias est, une fois de plus, un artifice servant à créer un écran de fumée pour masquer les intérêts d'une petite frange de l'industrie.

Le fait est qu'entre les choix arbitraires des distributeurs à propos des films et le manque de choix (en province surtout) de salles, le discours sonne vu de loin comme un message destiné aux grandes métropoles de notre pays.

Si je reprends ton exemple, imagine la même sortie avec la première salle qui distribue le film que tu as envie de voir avec ta famille à 30Km de chez toi et sans transports en commun...
Ce n'est plus une sorties, c'est une expédition...

Dans ce cas de figure, on comprend vite l'avantage de la VOD et aussi le fait que cela générerai des recette supplémentaires pour le film mais pas pour les distributeurs...

Donc, levée de boucliers pour ne pas lancer le système en France.


#38

France ? Paris
Fallait préciser que tu parlais de Paris quand tu disais “En 1987 une place de ciné c’était 8 euros…”
C’est faux à l’échelle nationale, et les chiffres donnés par RoadRash sont issus d’un rapport du sénat sur l’évolution du secteur de l’exploitation cinématographique, comme il l’a d’ailleurs précisé dans son message… donc pourquoi parler de wikipedia ?

Ce qui est cocasse, c’est que les tarifs indiqués sur wikipedia, que tu tentes de décrédibiliser au passage, sont justement issu …du CNC, comme les tiens, mais à l’échelle du pays et non de quelques salles parisiennes hors de prix :bravo:


#39

On me l’a déjà sorti cet argument concernant Amazon ( pas de librairies en Province, pas de choix de livres)


#40

Tu peux faire des comparaisons hors de propos si tu veux, il n'en demeure pas moins que les faits sont têtus.

Libre à toi de le reconnaître ou non, ça ne change rien.

Je suis un cinéphile convaincu et, effectivement, un film en salle reste un spectacle seulement c'est beaucoup plus simple pour un célibataire en milieu urbain que pour une famille en milieu rural.

Par ailleurs, nombre de films sont distribués de façon confidentielle même sur Paris (je me souviens encore de la difficulté de trouver une séance pour A Scanner Darkly).
Que dire des salles où le tarif est le même quelles que soient les condition dans lesquelles tu visionne le film (tarif identique pour une salle minuscule avec une qualité audio passable pour une salle de cinéma).

Je suis persuadé que la VOD en même temps que la sortie en salle ne serait pas préjudiciable à la majorité des salles (peut-être quelques unes à la marge mais je n'en suis pas certain).
Les bonnes salles sont des adresses qu'on s'échange pour la variété des films diffusés ou l'amabilité du personnel, etc...

La VOD, à la sortie du film en salle, pourrait tout à fait contribuer à augmenter sa notoriété.

Et au final, que vaut-il mieux, financer la production d’œuvres de qualité ou les réseaux de distribution dont le comportement est limite ?...


#41

Je suis un cinéphile convaincu et, effectivement, un film en salle reste un spectacle seulement c’est beaucoup plus simple pour un célibataire en milieu urbain que pour une famille en milieu rural.

Bien d’accord.

Je ne vais plus du tout au ciné depuis que j’ai un gamin & que j’habite plus dans le centre de ma petite ville de province (déjà qu’il n’y avait que 2 petites salles, et j’ai dû y aller 2 fois en 4 ans)

Dans tous les cas ils ont 100% gagné, avec moi. Je n’achète plus de musique (mais j’en écoute plus non plus, sauf ce qui est gratuit (podcast, webradio)) , et je ne regarde plus la TV , ni films. Quelques séries sur mon ordi , mais de + en + rarement.

Maintenant, pour moi, j’ai désormais la sensation que payer pour un bien culturel n’est plus rétribuer un créateur mais payer pour la 4ème merco de l’année de Pascal Nègre & ses collègues (même si je sais bien, lucidement, que c’est pas aussi simple).
Du coup, si je pouvais plus partager sans but lucratif, simplement je ne serais pas spectateur, mais je ne dépenserais certainement pas plus.


#42

C’est peut-être bien vrai ce que tu dis.

Malheureusement, je pense pas que tes petites salles de spectacle ou de ciné associatif soient ceux qui fassent le max. d’entrée en France, ni ,surtout, ceux à qui on pense quand on pense “cinéma”.

Je ne comprends pas pourquoi c’est toujours avec l’événementiel que les gens contestent toujours le plus les tarifs alors que c’est quasiment le seul bien économique vendu à un prix au moins 10x inférieur au coût réel !

Si le coût réel est très largement supérieur au prix que les gens sont prêt à le payer, c’est qu’il faut peut-être songer à arrêter de le produire (ou bien de réfléchir à baisser les coûts de production) .
C’est un peu facile de produire quelque chose de très cher, puis de venir pleurer ensuite que c’est trop cher & ça se vends pas pour toucher de la subvention. Tu imagines si tous les domaines d’activité faisaient cela ?

C’est bien dommage, mais non , on est à une époque où les gens décident de ne plus consacrer d’argent à l’immatériel. Il faut en prendre son parti & changer sa manière de produire/concevoir la rente d’exploitation, voire arrêter si on est pas capable de remettre les habitudes en question.
On y perdra , culturellement parlant ? Certainement. Au moins le temps que la filière se reconstruise avec ces nouveaux paramètres.
En attendant, on a jamais tourné plus de films ni monté autant de spectacles qu’aujourd’hui…


#43

Sauf votre respect, le message de wykaaa est peut-être d'une rare bêtise, mais il n'en résume pas moins en peu de mots ce que bon nombre de gens pensent.

Pour moi (et , j'ai la vanité de le penser, pour de nombreuse personne de ma génération) , le problème n'est pas tant le prix que la volonté de contrôle d'usage des oeuvres. Que ce soit en VOD (avec DRM), streaming, cinéma, .... on est dans un monde où les gens veulent pouvoir voir ce qu'ils veulent, quand ils veulent, sur le support qu'ils veulent (même si ce support est une tablette chinoise à 59€ chez lidl, qui n'a pas payé pour la licence MPEG4 et que ca supporte pas les DRM).
Et les gens veulent aussi l’exhaustivité, et se contre-foutent du problème des droits géographiques des oeuvres.

A l'heure actuelle, le piratage est la seule réponse universelle à ce problème. Sinon, il y a TOUJOURS un truc qui marche pas, ou alors une plate-forme mieux supporté que d'autres (On le voit par exemple avec les applis de "replay" officielles des chaines, qui sur Android restent calamiteuses).

Là encore , sur la VOD, de toute façon on est bien d'accord, 2h après la mise en VOD c'est sur les trackers torrents. C'est absolument évident & inéluctable.

Donc il y a les gens comme toi, qui aiment le cinéma en tant qu'expérience particulière (le film étant secondaire , tu en vois tellement...) , et d'autres qui veulent profiter de l’œuvre en elle même, même si c'est en 320x240 sur un coin du 22' du bureau. Et oui, on se fout complètement de l'avis des ayants-droit quant au mode de distribution.

Après, le problème du financement existe fort bien, mais reste très différent du problème spécifique de la distribution.
J'en ai déjà parlé dans un message au-dessus, de ce problème de financement. Et à mon avis , il est plus que temps que ce problème du financement soit pris à bras le corps en prenant comme hypothèse que le piratage est là pour rester, qu'il est inéluctable et obligatoire, et trouver des solutions adaptés.
Ce travail a d'ailleurs déjà été fait, il y a plein de papiers sur le sujet, avec moult solutions.
Le vrai problème reste l'harmonisation des droits internationaux sur le sujet, alors que le système actuel "tourne" depuis longtemps et que tous les pays rechignent à en changer (voire même tentent de le consacrer, comme avec ACTA/TAFTA , plutôt que de réfléchir ensemble)


#44

A bon !

Moi, sur Popcorn Time, j'ai la sortie VOD des films qui sont actuellement en salle.
Bon, je suis un peu bobo, j'aime regarder les films en VO.
VOD = version originale à la diffusion


#45

"La VOD en temps réel signera la fin de l'exploitation dans les cinémas."

Dire cela ne repose sur rien de concret. Si les professionnels continuent de se battre contre le vents, contre les marée, là, oui, ils vont souffrir.


#46

Mais non, c’est là que tu te trompes, on te l’a dit et répété, si la fréquentation des salles baisse, ce n’est ni à cause de a médiocrit4 enfants, ça commence à faire un sacré budget !)

La fréquentation ne baisse pas, elle augmente. Elle n’a cessé de chuté depuis 1940 jusqu’au début des années 90, mais remonte peu à peu depuis. 2013 fut une mauvaise année, mais il semblerait que 2014 soit nettement mieux (donc la baisse entre 2012 et 2013 ne peut être considérée comme emblématique)


#47

Surtout que ce genre d’affirmation signifie ce qu’ils pensent de leur profession: «Personne ne veut de mon produit, si on n’a pas de loi pour le protéger il disparaitra.»


#48

le Cinéma est cher.
mais il y a des moyens d’éviter le plein tarif

4€ pour les moins de 14 ans
1 sur 2 de gratuit avec Orange Cinéday


#49

Lors d'une des conférences des Rencontres cinématographiques de 2012, les professionnels du cinéma parlaient déjà des expérimentations de sortie simultanées en VOD menées en Europe.
Ils abordent ce sujet précisément à partir de 1h48 environ de la vidéo.

La discussion est vraiment très intéressante. A l’époque, ils n'avaient absolument rien contre des expérimentations sur la sortie simultanée en VOD ou avaient en tout cas des avis beaucoup moins tranchés que celui des exploitants de salles.

Edit : Pour en savoir plus sur les différents intervenants du débat c'est ici.


#50

en même temps le pop-corn tout le monde s’en passe. J’ai vu “le labyrinthe” la semaine dernière et un pop-con (je les appelle comme ça) s’est installé juste derrière moi. La moitié du film gaché… jusqu’à ce qu’il finisse le paquet.
Achetez des glaces, pas du pop-corn ffs!


#51

Tu dois absolument lire cela:

Après, on pourra parler.