Commentaires : Sortie simultanée des films en VOD et en salles : pourquoi ça coince

cinéma
vod
chronologiedesmédias
Tags: #<Tag:0x00007f920c55fa28> #<Tag:0x00007f920c55f8e8> #<Tag:0x00007f920c55f6b8>

#1


Ce n'est pas demain la veille que les films pourront sortir simultanément en salles et en vidéo à la demande (VOD). Alors que des expérimentations de ce type ont actuellement lieu dans plusieurs pays européens, la France reste très en retrait sur ce sujet. La raison ? Les propriétaires et exploitants de salles refusent tout bonnement d'en entendre parler.

"Rien n'est comme la France"

"On nous parle effectivement d'expériences européennes partout, mais rien n'est comme la France. Rien ! Aucun pays au monde n'a un réseau de salles de cinémas comme le nôtre et de circuits de cinémas itinérants", a ainsi clamé Richard Patry, le président de la Fédération nationale des cinémas français, qui représente 2000 membres contrôlant 5612 salles, lors des Rencontres cinématographiques.

"Nous, on est contre. Vous connaissez le discours que je fais tout le temps : rien avant la salle, rien pendant ; après, on est des gens responsables prêts à discuter sur des assouplissements qui sont possibles pour permettre à certains films d'accéder un peu plus rapidement à la VOD, à la vidéo ou aux nouveaux entrants", a-t-il ajouté, interrogé par le magazine Édition Multimédi@.

La chronologie des médias prise en otage

Et la Fédération nationale des cinémas français (FNCF) a un argument de poids pour peser dans les discussions : elle est signataire de l'actuelle chronologie des médias. Or, c'est justement ce mécanisme qui organise la disponibilité d'un long-métrage sur les différents modes de diffusion existants. Et la FNCF a justement bien l'intention à maintenir les choses en l'état.

Selon le dispositif actuel, il doit s'écouler quatre mois pour qu'un long-métrage sorti au cinéma arrive sur un service de vidéo à la demande avec paiement à l'acte. Des dérogations exceptionnelles peuvent parfois être décidées, pour réduire ce délai (si le film n'a pas bien marché) ou l'allonger (s'il connaît un succès tout particulier dans les salles obscures).

Faute d'accord professionnel, les expérimentations de sortie simultanée doivent être réalisées à l'étranger. Quant à une évolution effective de la chronologie des médias visant à autoriser un alignement de la VOD sur la sortie en salle, c'est aujourd'hui du domaine du fantasme. Au mieux y aura-t-il des évolutions à la marge de la marge, pour des œuvres très anecdotiques.

Pas de cannibalisation entre la VOD et les salles

Une étude présentée ce printemps lors du Festival de Cannes a pourtant indiqué que les films qui sortent simultanément en vidéo à la demande et au cinéma sont d'abord regardés dans les salles. Le choix de la VOD est surtout privilégié dans les régions où le film n'est pas proposé à l'affiche. Autrement dit, les deux modes d'accès ne se cannibaliseraient pas l'un l'autre.

Et justement, les salles de cinéma ont une capacité de rotation limitée. Même les plus grands multiplexes ne sont pas en mesure de projeter tous les films. Ceux qui sont malgré tout proposés à l'affiche ne restent pas toujours très longtemps (sans parler de certains blockbusters, qui occupent plusieurs salles à la fois).  Or, la VOD pourrait justement apporter un début de solution.

Bruxelles a lancé en 2012 une initiative publique consistant à expérimenter cette piste pour "évaluer les avantages de la sortie de longs-métrages sur différentes plates-formes le même jour". Un premier test grandeur nature a eu lieu en 2013 avec un film documentaire sur l'artiste brésilien Gilberto Gil.

Lire la suite


#2

Qu'ils réduisent le prix de la projection et on en reparle. C'est du vol, ils le savent et, bien entendu, ils ne lacheront pas leur poule aux yeux d'or.


#3

[size=5]La chronologie des médias prise en otage[/size]

Mon Dieu !

Après la SNCF qui prend ses usagers en “otages”, voici que maintenant on prend même une idée en otage.

Il est vrai qu’entre la SNCF et la FNCF il n’y a qu’une lettre qui change. :non:

Il faudrait peut-être arrêter avec ces titres à la con qui ne veulent rien dire, et qui sont une insulte pour les gens qui sont réellement pris en otage et qui eux vivent un calvaire.


#4

Les cinés pourraient devenir eux-mêmes fournisseurs de VOD en proposant les blockbusters & nouveautés @ 10€ l'unique séance.


#5

alors là je plussoie un million de fois ...

halte aux titres à la con et aux tics journalistiques comme ce "pris en otage"....


#6

VOD en même temps que sortie ciné, ça veut dire la fin des screeners tout pourris ^^


#7

Les films en VOD en même temps qu'au cinéma, c'est pas tellement le problème ... Si déjà ils pouvaient être dispos en VOD à la sortie du DVD/BR, ça serait déjà merveilleux ...


#8

Pourquoi rien en France ?
Mais c’est la même raison que les taxi et les vtc, la même raison que les pharmaciens et les grandes surfaces, les même raisons que hadopi, les mêmes raisons que … plein de choses :
Il y a des groupes d’intérêt économique qui on prit un pouvoir politique.
.
Pourquoi ?
Parce qu’on a un système politique qui est mal foutu et permet la corruption.
Il a été conçu comme ca, volontairement je pense.
Quelle autre raison pourrait-il y avoir ?
La stupidité pourrait en être une, mais elle peut expliquer seulement quelques dysfonctionnements du pays, pas un dysfonctionnement généralisé comme on a chez nous.

Remarque: Si on veut être gentil on parlera de lobbying plutôt que de corruption, mais ce mot à mon avis ne reflète pas la réalité.
Cette manie en France de changer les mots dans le but de masquer des choses… tout un sujet lui aussi, et grave lui aussi, puisque jouer du langage permet de mettre des choses importantes à l’abri des regards.
.
L’avenir ?
Bah c’est simple… les lignes Maginot ca ne tiens de toutes façon qu’un temps.
Le seul problème, ce sont les dégâts causés au pays le temps qu’elle soient contournées ou submergées.
“Submergée” parce que de toutes façons si quelque chose de bien ne se fait pas en France, il se développe ailleurs… et comme c’est “quelque chose de bien”, il se développe bien… ensuite, la France a pris un tel retard que la situation n’est plus tenable (on en est la pour plein de sujets) et la ligne Maginot est submergée.
.
Cette manie en France de mettre des lignes Maginot partout…
Certains partis en font même leur projet politique.
C’est vous dire à quel point “on” (pas moi, merci) a pas encore compris…
C’est dingue ca.
.
Pour le ciné, la ligne Maginot est déjà contournée par le piratage,
Elle sera un jour submergée.
.
Cela dit je dis tout ca, je ne sais même pas s’il serait préférable que les films sortent en simultané ou pas,
Ce que je sais en revanche, c’est que ca coince parce qu’un groupe d’intérêt économique a des raisons que ca coince.
Ils ne se posent même pas la question : Ils se foutent de l’intérêt d’autrui et du pays. C’est ca qui me chagrine.


#9

Le prix correct, c’est le prix que le client est près a payer.
C’est peut être aux gens de ne plus y aller si c’est trop cher, non ?
.
Alors j’avoue, moi j’y vais… mais uniquement parce que j’ai des places à moins de 50% du prix grâce à mon CE.
Je pense que s’ils remplissent leurs salles, c’est parce qu’ils ont su négocier ce genre de trucs
(Parce que si non, je n’irai presque jamais parce que oui… le prix à 100% c’est trop cher… non pas pour ma bourse mais à cause du sentiment de se faire tondre, qui fâche)


#10

La place de cinéma est en moyenne a 7 euros en France (sources CNC)
Les moins de 14 paient 4 euros
Les - 26 ans: 5.9 euros

Le cinéma en France c’est 200 millions d’entrées
En Italie et en Allemagne entre 90 et 100 millions. Le cinéma en Allemagne s’effondre…

La VOD en temps réel signera la fin de l’exploitation dans les cinémas. C’est un des plus beaux parcs d’Europe…

Mais je comprends, vous préférez découvrir les films sur les tablettes et régler des plateformes VOD entièrement automatisées, sans personnel… Bonne idée… Surtout qu’un film diffusé en VOd se retrouve immédiatement gratoche sur le net…

Rien de plus beau que le cinéma dans les salles… MAis je dois être un con surement


#11

@renaud045
le cinéma en salles peut exister en parallele de la vod, pas forcément en concurrence.

Pour ta généralisation de la vod, remplace “tablette” par “bon écran, bon casque/enceintes, bon fauteuil avec de la place pour les jambes”, et le contact avec le personnel ne suffit pas pour moi à conpenser les multiples inconvénients du confort et de la convivialité (au sens négatif, avec les voisins) du cinéma.

Les casques hifi et les écrans assez qualitatifs ne sont plus très chers


#12

Désolé, moi avoir tout ça, mais moi préférer cinéma…
Rien ne remplace le cinéma


#13

Mais non, c'est là que tu te trompes, on te l'a dit et répété, si la fréquentation des salles baisse, ce n'est ni à cause de a médiocrit4 enfants, ça commence à faire un sacré budget !) c'est à causes des vilains pirates qui plombent l'industrie en pillant les œuvres et en les diffusant en P2P sur Internet !

C'est pourtant facile à retenir comme message, non !? ^^


#14

"Rien ne remplace le cinéma"
C'est à peu prés ce que dit également Richard Patry dans l’article...
Mais si rien ne remplace le cinéma, pourquoi avoir peur de la sortie simultanée en VOD ?

Si les exploitants de salles avaient confiance en leur "produit" et en sa valeur ajoutée (image et son au top, salles confortables et autres services...), ils ne devraient pas craindre la prétendue concurrence de la VOD.
Mais s'ils préfèrent imposer leur point de vue et bloquer toute réforme de la chronologie ("rien avant la salle, rien pendant") c'est parce qu'ils savent très bien que leur offre ne correspond pas/plus à la demande d'une partie du public.
Ce qu'ils n'ont pas compris c'est que cette partie du public, ils ne l'ont jamais eu, ou l'ont perdu depuis longtemps...

Il y a des avantages à la diffusion en salle (je les ai cité + haut, et on pourrait ajouter que c'est avant tout l'occasion de "sortir" en famille ou entre potes pour beaucoup), mais il y a aussi des inconvénients qui sont tout à fait rédhibitoires pour certains (files d'attente, tarifs élevés, ambiance pourrie par des gens qui téléphonent ou discutent, pas de possibilité de mettre le film en pause, etc.) donc pourquoi ne pas laisser le choix ?

Cette interview de Michel Hazanavicius et Vincent Maraval montre bien que cet avis tranché des exploitants de salles est très loin d'être partagé par tous les professionnels du cinéma, à commencer par les réalisateurs et producteurs... Quelques extraits :
"Pourquoi interdire de montrer un film en VOD au bout d’un mois alors que les salles ne sont pas capables de le garder sur leurs écrans et de faire fonctionner le bouche à oreille??"
"Un système d’avant-première sur Internet permettrait à certains films de se faire mousser un peu, et même la sortie simultanée salle/VOD pourrait être dans certains cas utile. Les gens qui vont voir le films sur Internet, ce ne sont pas forcément des personnes qui auraient été le voir le film en salles."
"Si j’écoute les gens, on est au moins à la huitième mort du cinéma de mon vécu. À chaque innovation, on nous fait le coup. Il y a eu la VHS, la Betamax, Canal Plus ; la TNT, le home cinema, etc. Le cinéma n’en finit plus de mourir. Pourtant Canal Plus n’a pas nui à la salle, ça a même créé de la cinéphilie. Pour la VOD c’est la même chose, elle booste la fréquentation en salles."

Si la sortie directe en VOD est à la fois voulu par les réalisateurs/producteurs et répond à une demande des spectateurs, j'ai une petite idée de comment ça va se terminer pour les intermédiaires, c'est à dire les exploitants de salles...
On en voit les prémices avec le choix de ne pas diffuser Tigre et Dragon 2 en salle en France, justement à cause d'une chronologie des médias beaucoup trop rigide. Si cette "expérience" se généralise, il ne faudra pas que les exploitants de salles viennent s'en plaindre, car ça sera la conséquence directe de leur volonté de ne pas assouplir la chronologie des médias (et pour le coup on pourra effectivement parler de "fin de l'exploitation dans les cinémas").


#15

Disons que c'est plutôt une peur irraisonnée, encore plus que pour la musique (ou là tu as la même qualité, que ta musique soit piratée ou pas), car le client de la SVOD n'est pas du tout le même que celui du cinéma. Celui qui va au cinéma, il y va pour plusieurs raisons, dont les deux principales me semblent :

  • Déjà, le fait de sortir tout simplement. La majorité des gens y vont en couple, entre amis ou en famille (avec enfants), et vont pour certains également manger ensuite, ou boire un verre, bref pour le fait de se socialiser.
  • J'imagine que certains aiment voir leur film sur un écran géant et donc que ça joue.

Donc dans ces deux cas, je ne vois pas que ce changera le fait que la SVOD soit dispo. La majorité de ces gens continueront d'aller au cinéma, que le film soit disponible sur le net en même temps.

J'ai un ami qui est pas mal pro-piratage, dans le sens où il est très aisé financièrement, mais que ça ne l'empêche pas de pirater des jeux ou autres (l'habitude, j'imagine), et pourtant, ça lui arrive d'aller au cinéma quand même. Et même si les films étaient disponibles sur le net le jour même, je pense qu'il continuerait à y aller. Le but d'y aller, dans son cas, c'est de sortir, pas juste d'aller voir le film en question.

Et la personne qui veut pirater le film, elle n'ira pas au cinéma pour autant. Elle attendra quelques mois que le film soit disponible en blu-ray/dvd et le prendra sur le net, donc le cinéma n'y gagnera rien dans tous les cas, qu'il y ait une SVOD dès le premier jour ou non.

Si je prends mon exemple, je ne vais jamais au cinéma, tout simplement car je ne suis pas trop films, à choisir, je préfère les séries (je suis plus partisan d'une intrigue développée qu'une intrigue de 2h, donc les séries me conviennent mieux), qu'il y ait une SVOD ou pas dès la sortie des films, ça ne me fera pas aller plus ou moins au cinéma. La majorité de ceux qui y vont continueront à y aller, la majorité de ceux qui n'y vont pas continueront à ne ps y aller, donc c'est bien une peur irraisonnée.

Ou alors, le cinéma est contre le fait que la SVOD fasse un peu plus de profit juste car ils se disent que quitte à ce que des gens n'aillent jamais au cinéma, ils ne veulent pas que ces gens se transforment en clients pour d'autres si eux, les cinémas, ne peuvent pas les avoir (en gros, le syndrome du "si tu me files pas ton argent, ne le donne pas à d'autres !").


#16

C'est sûr que chez toi, tu n'aura pas des gens qui t'éclaireront la face à utiliser leur smartphone pendant toute la séance. Pour ça, rien ne remplace le cinéma ^^ (j'y vais extrêmement rarement, j'y suis allé avec un ami il y a quelques mois, lorsque j'étais en vacances chez lui, en belgique, et purée, j'avais envie de lui faire bouffer son smartphone à cette fille, pourtant la salle était quasiment vide, mais non, il faut que des gens se mettent près de toi, ils doivent avoir peur de la solitude, faut croire...)

Je ne l'ai jamais trop fréquenté mais je pense que le cinéma devait être bien plus agréable dans les années 90, lorsque toutes ces choses n'existaient pas.

Personnellement, si tu me donnes le choix entre le cinéma actuel et un écran de 1 à 2 mètres avec un son 7.1 et un très bon fauteuil chez moi, je pense que je choisirai le second choix, et c'est probablement ce que craignent les cinémas. De nos jours, un très bon écran et une très bonne sono, ça ne coûte pas des millions d'euros, donc on peut avoir un très bon confort de visionnage chez soit, sans avoir tous les inconvénients (personnes qui parlent, qui utilisent leur smartphone, temps d'attente, déplacement l'hiver, etc...). Mais dans mon cas, je n'y vais déjà pas au cinéma (ou extrêmement rarement), donc c'est bien la preuve qu'une disponibilité en SVOD ne changera rien à leurs finances.

Mais comme je le dis dans un autre commentaire, la majorité des gens y vont, en grande partie, pour le côté social, donc pour ces personnes, même si tu leur propose tout ce confort chez eux, ils continueront d'aller au cinéma, donc la SVOD ne changera rien dans leur cas. Pour la majorité des gens, je pense que c'est avant tout "une sortie", plutôt que la volonté de voir tel ou tel film (la preuve, c'est qu'on voit souvent les gens se demander "le film qu'ils vont regarder une fois là-bas, ou demander à leurs amis ce qu'ils veulent voir, alors qu'ils ont déjà décidé d'y aller de toute façon).


#17

Si la FNCF veut continuer à favoriser le piratage, c'est son problème...
Sortie en salle et simultanément sur tous les supports, c'est la seule solution.Ce n'est pas à la FNCF de choisir pour les "clients". Leur dictature ça suffit.


#18

Attends, excuse-moi mais on parle des exploitants de salle là. Bien sûr il y a UGC et Pathé… Mais pour tous les petits si tu t’imagines que c’est rentable tu te trompes! Ils tiennent sur du semi-bénévolat et sur les ventes de boisson/nourriture mais ils sont très loin d’un seuil de rentabilité économiquement sain!

Il faut bien vous rendre compte que l’événementiel (cinéma, théâtre, concert, expos,…) n’est pratiquement JAMAIS rentable. Les seuls exceptions sont les monstres économiques mais généralement ce sont aussi les acteurs qui prennent le moins de risque et sont le moins intéressant culturellement parlant.

C’est pour cela que parler de stopper les subventions à la culture en argumentant que ce qui ne marche pas économiquement n’est sans doute pas assez bon est totalement absurde! En effet, il y a des théâtres qui sont complets tout le temps mais ne tournent pas sans subvention, tout simplement parce que pour être rentables ils devraient fixer le prix du billet à 300€ ! Du coup, à ce prix là, qui aurait encore les moyens ? Et attention, ce n’est pas parce que derrière il y a des gens qui se gavent ! Vous regardez les budgets des petites productions ciné et théâtre, (donc l’immense majorité de ce qui se fait) et vous verrez que tout le monde est en CDD et payé au minimum légal.

Quand vous achetez votre paquet de clopes, vous vous faites effectivement voler. Quand vous achetez votre ticket de parking vous vous faites bien souvent voler. Mais quand vous achetez un billet de spectacle ou de cinéma, à moins d’être dans une salle UGC ou à une comédie musicale Disney, vous ne vous faites pas DU TOUT voler, au contraire, on vous fait un immense cadeau car le prix que vous payez est le résultat d’un travail acharné de recherche de sponsporing et de subventions pour conserver la culture abordable pour tous, ou le plus possible. Il y a aussi toujours un nombre d’heure de bénévolat colossal derrière chaque spectacle, chaque petite production, chaque concert,…

Je ne comprends pas pourquoi c’est toujours avec l’événementiel que les gens contestent toujours le plus les tarifs alors que c’est quasiment le seul bien économique vendu à un prix au moins 10x inférieur au coût réel !


#19

Je préfère voir mes films au cinéma! Toujours! Et j’y vais beaucoup! Et cependant je n’ai pas toujours la possibilité de le faire alors je regarde aussi beaucoup de films en streaming (légal quand je trouve, illégal sinon). Il n’y a pas d’opposition! C’est totalement complémentaire!

Permettre la sortie en VOD et SVOD simultanée à la sortie ciné c’est permettre à ceux qui ne pourront de toute façon pas aller en salle pour tel ou tel film de payer pour le voir, au lieu de le pirater. Mais en attendant que la loi change, c’est pas grave, on pirate… (tout en continuant d’aller beaucoup au ciné ce qui prouve bien qu’il n’y pas concurrence mais complémentarité)


#20

(files d’attente, tarifs élevés, ambiance pourrie par des gens qui téléphonent ou discutent, pas de possibilité de mettre le film en pause, etc.) donc pourquoi ne pas laisser le choix ?

Ca c’est le vieil argument bateau ! Je vais au cinéma à Bercy ou aux Halles (juste les deux plus grands cinémas de Paris) . Je ne participe pas aux files d’attente quand il y en a, je ne paye pas cher et c’est étrange je ne suis jamais aux séances où les gens mangent leur pop corn en regardant leur smartphone…