Commentaires : SFR-Numericable : l'autorité de la concurrence sera exigeante

sfr
autoritédelaconcurrence
numericable
vivendi
Tags: #<Tag:0x00007f3d2a33d768> #<Tag:0x00007f3d2a33d628> #<Tag:0x00007f3d2a33d4e8> #<Tag:0x00007f3d2a33d3a8>

#1


Lorsque Vivendi a annoncé la vente de SFR à Numericable plutôt qu'à Bouygues, la multinationale a expliqué que cette décision s'est fondée en partie sur le critère de la concurrence. "Tous les experts consultés ont conclu que l'offre d'Altice/Numericable présente les risques les moins élevés", puisque les deux groupes "ne sont pas présents sur les mêmes segments de marché", déclarait le communiqué.

N'en déplaisent à Vivendi et à Numericable, c'est désormais à l'autorité de la concurrence de vérifier si le transfert de SFR d'un groupe à l'autre constitue ou non un problème. Mais encore faut-il que le dossier soit effectivement transmis aux membres de l'institution. Or dans un entretien accordé aux Échos, le président de l'autorité a confié que cette étape n'avait pas encore été franchie.

Interrogé plus généralement sur ce dossier, Bruno Lasserre a indiqué attendre des deux parties "toutes les informations pour instruire en connaissance de cause cette opération", avant d'engager un "examen approfondi" du dossier. Celui-ci "sera soumis au collège à l'issue d'une procédure contradictoire qui permettra aux parties de réagir au diagnostic concurrentiel qui sera porté par l'Autorité".

Au cours de cette étape, Bruno Lasserre a également indiqué que les avis des autres régulateurs sectoriels (ARCEP et CSA) seront collectés. "Nous ferons un, deux, voire plusieurs tests de marché si cela est nécessaire, [et évaluerons] les remèdes que proposerons les parties pour justement répondre aux préoccupations de concurrence que nous exprimerions".

Sur le marché de la téléphonie mobile, Bruno Lasserre a montré une certaine inclination à un jeu à quatre opérateurs plutôt qu'à trois. En l'état actuel des choses, le marché restera à quatre acteurs : Orange, SFR-Numericable, Bouygues et Free Mobile. Toutefois, la présence de deux poids lourds face à deux firmes de moindre envergure pourrait au final ramener le marché à trois opérateurs.

Lire la suite


#2

dieu merci en France un patron a encore le droit de vendre a qui il veut,

et le gouvernement n'a rien a y faire, le boss pourra licencier comme il veut, pourra toujours justifier ( a raison) de perte , surtout dans le secteur des telecoms.

ca fait doucement rire, l'etat a peur que numericable licencie a gogo, mais quand free est arrivé, n'a embauché personne tout en recuperant 7 millions de clients, et a par levier fait virer 30.000 emplois chez les concurrents pour s'aligner sur les tarifs,

on a entendu personne la ramener a l'arcep, qui s'est pris une belle quenelle de 150 bien profond, et qui a juste a la fermer :)


#3

Oh la vache…

La quantité d’inepties que tu débites en un seul post, toi…

Pitoyable…


#4

Mensonges, calomnies, diffamation… tu es derrière un proxy, au moins ?


#5

DiCaprio, Depardieu, …
Il y a quelques semaines avec l’affaire Dieudonné, on ne savait plus si on lisait Numerama ou Minute.
Maintenant on ne sait plus si on lit Numerama ou Closer.


#6

Peut-être est-ce en relation avec la notion d'OIV (opérateurs d'importance vitale), d'une part, et d'obligations relatives à l'attribution des marchés publics pour les fréquences hertziennes, d'autre part ?
Sans compter le reste, dont les gesticulations apparemment hasardeuses de Montebourg.


#7

… et pendant ce temps la Xavier installe des distributeurs de cartes SIM dans les points de passage important du grand public.
Enarques, polytechniciens et autres héritiers trop gâtés aux commandes eux sont dans de savants calculs du nombre de licenciements à effectuer pour maintenir l’augmentation de leurs salaires, primes et parachutes, ou de leurs dividendes.


#8

Ce sujet a été automatiquement fermé après 60 jours. Aucune réponse n’est permise dorénavant.