Commentaires : Purism, Librem5 : un projet de crowdfunding pour un smartphone GNU/Linux, ouvert et chiffré

smartphone
crowdfunding
linux
Tags: #<Tag:0x00007f920afa4440> #<Tag:0x00007f920afa4300> #<Tag:0x00007f920afa41c0>

#1

Pour 1,5 millions de dollars, l’entreprise américaine Purism promet de construire un smartphone libre et sécurisé en utilisant GNU/Linux. Plus habitué à construire des ordinateurs vendus avec Linux qu’à la production de smartphones, l’Américain tente néanmoins sa chance avec un projet à qui on ne peut que souhaiter bonne chance : le Librem5. Le plus libre possible Le constructeur a fixé le prix à l’unité à 599 $, soit le prix minimum pour un modèle haut de gamme chez les gros vendeurs…. Publié sur http://www.numerama.com/tech/283824-purism-librem5-un-projet-de-crowdfunding-pour-un-smartphone-gnulinux-ouvert-et-chiffre.html par Corentin Durand


#2

Si Canonical avec ses fonds et communauté a abandonné… j’ai des doutes sur la faisabilité.


#3

Toujours sympa ces news, mais il rejoindra bien vite le BlackPhone au statut des smartphones oubliés.


#4

Mais pourquoi pas plutôt basé sur un lineageOS/cyanogenmod, plutôt que de lancer un énième projet compatible avec rien et qui sera de facto un OS ultraspécifique au produit ?

La principale différenciation que je lui vois, c'est la ligne « GNU+Linux », qui est plutôt un problème de puriste

Matrix, un protocole d’appels décentralisés et chiffrés.

et qui n'apporte que de la hype par rapport à XMPP


#5

Le gros problème des smartphones c’est le baseband processor (qui gère les appels avant de les “donner” à Android) et qui est un composant bien fermé nécessitant un OS temps réel qui est sûrement fournis par le constructeur dudit processeur.

Ainsi pour obtenir un smartphone complètement libre logiciellement il faudrait remplacer l’OS temps réel propriétaire par un libre.
Ce ne pourra être fait que le jour où les baseband processors seront documentés ou rétro-ingénieriés.

Plutôt que proposer un smartphone qui tend le plus possible vers le libre j’aurai une préférence pour un crowd funding visant à libérer ces processeurs.


#6

il existe déjà des projets d’OS de smartphone libres (autres que feu ubuntu phone)
Parmis lequels :

  • Le projet KDE Plasma mobile, avec la comminauté KDE derrière
  • Tizen, backé par samsung et la fondation linux
  • SailfishOS fonctionne sur une base libre avec des composantes propriétaires au niveau de l’UI, du hardware et de la compatibilité android, et est probablement le plus avancé de ceux là

Si je peux me permettre, Canonical a pas mal montré ces derniers temps que partir de son côté plutôt que de chercher à participer aux projets existants n’était pas ce qu’il y a de plus productif


#7

La guerre du logiciel est toujours en cours et va plutôt dans le bon sens, d’accord. Surtout que bon, remplacer Android par n’importe quoi d’autre de libre, c’est déjà bien, mais alors à base de Debian, c’est pas moi qui vais pleurer (free or non-free, that is the question).

La guerre du matériel en revanche… on est pas rendus. Et qu’est-ce qu’un OS libre si le matériel ne l’est pas ?

Ben non. Un libriste scrupuleux n’investira pas dans du matériel tivoïsé ou je ne sais quelle autre plaisanterie qui détourne le concept de libre, même en partie. On ne part pas en guerre avec des moitiés de valeurs. C’est tout ou rien.


#8

des plus puristes défenseurs des logiciels libres. Canonical ayant abandonné

Les défenseurs et défenseuses des logiciels libres les plus puristes n'utilisent pas Ubuntu.
https://www.gnu.org/distros/common-distros.fr.html#Ubuntu

Plus habitué à construire des ordinateurs vendus avec Linux qu’à la production de smartphones

https://fr.wiktionary.org/wiki/ordinateur
Appareil électronique capable, en appliquant des instructions prédéfinies (programme), d’effectuer des traitements automatisés de données et d’interagir avec l’environnement grâce à des périphériques (écran, clavier…).

Pour ce qui es des soi-disant "smartphones" :

Le smartphone sera « le plus libre possible » selon le constructeur, qui concède néanmoins que la partie téléphonie nécessitera l’ajout au noyau d’un pilote propriétaire. Mais au-delà de ce petit problème, le constructeur explique qu’il fera tout son possible pour intégrer le maximum de composants ne nécessitant pas de code propriétaire.

Pour les plus puristes, c'est loupé, mais aussi très dur de leur convenir même en ne prenant pas en compte la puce baseband et le bootloader.

Et peut-être qu’alors, les plus scrupuleux libristes auront leur smartphone.

Il y a Replicant, mais ce n'est "que" le système d'exploitation.
https://www.replicant.us/
https://linuxfr.org/news/sortie-de-replicant-6-0


#9

Pas nécessairement si une communauté se crée. De plus, cela fera probablement avancer les choses au niveau interface graphique, ça pourrait par exemple être très intéressant pour ceux et celles qui font Plasma Mobile de KDE.


#10

La principale différenciation que je lui vois, c’est la ligne « GNU+Linux », qui est plutôt un problème de puriste

AOSP (Android Open-Source Project) peut être nettoyé de ses rares parties privatrices, comme le fait Replicant. De plus, un système GNU/Linux n’est pas nécessairement entièrement libre, d’ailleurs même le noyau a des parties privatrices.
https://www.gnu.org/distros/common-distros.fr.html
https://www.fsfla.org/ikiwiki/selibre/linux-libre/


#11

Parce que ça existe déjà.
Quand à la compatibilité, on peut faire tourner les appli Android sur GNU/Linux et profiter ainsi de l’énorme catalogue disponible sur google play.

Non, c’est u problème de dépendance à Google.
Android sans les composants Google, c’est très pénible à utiliser au quotidien.
De plus, Google incorpore de plus en plus de composant essentiels au fonctionnement de l’OS dans la partie propriétaire au détriment de la partie AOSP. Il ne sera pas forcément toujours possible de faire tourner des variante d’Android sans utiliser les composant Google.

Il y a aussi la question de la convergence. Les smartphone haut de gamme actuel peuvent très bien être utilisé comme PC bureautique et internet (via un doc pour connecter écran, clavier et souri). Mais Android n’est pas conçu pour cela.
Avec GNU/Linux, c’est trivial de passer à une utilisation PC.

Ils sont déjà confronté au problème de changement d’échelle. Ça risque bien de faire long feu…
Dommage que les grands constructeurs de smartphone n’aient pas incorporé XMPP à leur appli SMS, Google ayant préféré couper l’interopérabilité de ses services avec le protocole.


#12

Si tous les firmwares sont libres et modifiables, je ne vois pas le problème à utiliser du matériel avec une conception non libre.


#13

Pour une base GNU/Linux commune, il y a le projet Halium :


#14

Pourquoi penses-tu que Replicant ne peut toujours pas exploiter pleinement le matériel aujourd'hui ? Seraient-il fainéants ?


#15

Ce n'est pas un problème de matériel libre mais de pilotes et firmware libres.


#16

Comment peux-tu garantir ce que fait la machine pendant que ton OS libre tourne si tu as des éléments non-libres ?


#17

Par le fait que les lois de la physique ne changent pas ?

Tu as bien vu que j'ai précisé "tous les firmware sont libres" ?


#18

Dommage. Un smartphone, je l’utilise d’abord pour communiquer avec son modem et toute la clique. Ils ne sont pas libres et je ne peux pas en changer, comme tu le fais si bien remarquer. J’aimerais avoir confiance dans mon matériel autant que dans mes logiciels. Je veux un smartphone libre avec un OS libre et des logiciels libres et une box internet libre. Désolé de vous balancer en pleine tronche les utopies des libristes, c’était méchant pour personne.

https://www.gnu.org/philosophy/free-hardware-designs.fr.html


#19

Ça t’apporterais quoi qu’il soit libre ?


#20

Ça relèverait un peu mon niveau de confiance en l’avenir du numérique, et rien que pour ça, ça vaudrait le coup que je participe au crowdfunding. Autrement non. J’ai parlé de guerre, alors je veux bien contribuer à l’effort, mais si c’est pour faire ce qui a déjà été fait, je ne trouve pas cette bataille là suffisament utile.

Tu me suis un peu mieux ? J’ai pas l’intention de t’entrainer avec moi dans cette argumentation, hein. Je t’explique juste mon point de vue de libriste tatillon.