Commentaires : Pourquoi Orange trouve "très bien" le rachat de SFR par un concurrent

bouyguestelecom
orange
sfr
autoritédelaconcurrence
numericable
deutschetelekom
Tags: #<Tag:0x00007f3d2fd7ecb8> #<Tag:0x00007f3d2fd7ea10> #<Tag:0x00007f3d2fd7e718> #<Tag:0x00007f3d2fd7e4e8> #<Tag:0x00007f3d2fd7def8> #<Tag:0x00007f3d2fd7da98>

#1


"C'est très bien, il faut qu'il y ait une consolidation, c'est une nécessité dans notre secteur". Interrogé par La Tribune, le PDG d'Orange Stéphane Richard s'est félicité des offres de rachat de SFR déposées par Bouygues Telecom et par Numericable. "Nous ne sommes pas hostiles en soi à la réduction du nombre d'opérateurs en France", a-t-il confié, faisant un parallèle avec la situation allemande où KPN et Telefonica fusionnent leurs activités mobiles.

Si Stéphane Richard y voit une bonne nouvelle, c'est sans doute qu'il espère que la consolidation du marché des télécoms mettra fin à la guerre des prix en France. Moins il y a d'acteurs à démarcher des clients, plus il est facile d'avoir une entente de fait sur les prix, chacun se satisfaisant de sa part de marché. "Le fait qu'il n'y ait que deux offres françaises est un message fort : il n'y a pas beaucoup d'investisseurs étrangers prêts à mettre de l'argent dans les télécoms en France, vu le climat de concurrence qui y règne", souligne ainsi Stéphane Richard.

Il est à cet égard remarquable que Free n'a pas réellement répliqué à la nouvelle offre BBox, si ce n'est en agitant mollement une offre AliceBox Initial qui restera méconnue du grand public (voir à ce sujet notre comparatif des offres fixes). C'est peut-être le signe implicite d'une forme de paix des braves, qui est un effet redouté par l'Arcep, grand promoteur de la concurrence entre opérateurs télécoms.

La fusion d'Orange et Deutsche Telekom

"Le régulateur et les opérateurs peuvent être fiers d'avoir permis au marché des télécoms de redonner, en temps de crise, du pouvoir d'achat aux Français", s'était ainsi félicité le président de l'Arcep, Jean-Ludovic Silicanni, lors de ses voeux 2013.

Mais Stéphane Richard voit aussi sûrement à plus long terme. Car si le marché français se concentre, c'est aussi le cas de beaucoup d'autres marchés nationaux en Europe. Or avec la fin progressive des tarifs de roaming, le marché européen va se libéraliser pour aboutir à un véritable marché unique des télécoms. Il faudra alors être en mesure de constituer des groupes européens puissants. 

Et l'on ré-entendra alors parler de fusion entre Orange et Deutsche Telekom.

Dans cette perspective élargie, la fusion de SFR et Bouygues Telecom, ou SFR et Numericable, n'apparaît pas très menaçante... Elle pourrait même au contraire faciliter le feu vert des autorités de contrôle, lorsque se posera la question du sort des concurrents, au moment où la fusion entre géants européens sera sur la table de l'Autorité de la concurrence et de la Commission Européenne.

Lire la suite


#2

moins il y a de concurrents, plus il est facile de négocier pour garder des pris élevés, et plus l’ensemble du réseau est controlable. Ya pas de secret


#3

Pour pouvoir tous les contrôler il ne faut pas qu'ils soient nombreux et autonomes, c'est évident qu'Orange ne se plaint pas de la situation.
Ça va leur permettre d'avoir plus de contrôle sur les fibres optiques comme avec le cuivre pour pouvoir extorquer les opérateurs alternatifs.


#4

Rien à voir entre le cuivre et la fibre.
Le cuivre est une situation héritée du monopole de France Telecom

Pour la fibre, les opérateurs ont essayé de privatiser chacun leur réseau mais l’ACERP s’en est mêlée et à imposer la création d’une société commune d’investissement entre les opérateurs (je n’ai plus le terme exact mais c’est un truc dans le genre).
Autrement dit, ce n’est pas parce qu’un opérateur fibre un bâtiment qu’il en a l’exclusivité (comme ça a été le cas très peu de temps au tout début et on se retrouvait avec des situations absurdes de bâtiment fibrés 3x)
Je le vis en ce moment où mon immeuble vient d’être fibré par Orange mais tous les opérateurs font du porte à porte de tous les appartements pour proposer leur offre.


#5

Les oligopoles condamnés par l’autorité de la concurrence c’est bon pour tout le monde?

Si free ce contre fou de la bbox a 20 zero c’est que cette offre ne semble pas être une menace pour son activité.

Par contre le rachat de SFR par le bétoneur? concentration dans le fixe ET le mobile.

Mais dans le cas du rachat de SFR par numericable il ni a que le fixe car le mobile gardera 4 opérateurs.

On peut aussi voir un rachat de SFR par le roi du BTP MAIS avec des restrictions fortes! de la par du régulateur. rachat de la partie fixe mais vente de la partie mobile ou obligations divers pour maintenir un bon niveau de concurrence.

Une consolidation ne pourra se faire que si il ni a pas de perte de concurrence sinon au risque de se retrouver avec un oligopole dont on a deja vu les résultats sur les prix!


#6

tant que free restera comme cela sa pourra aller pour la concurrence mais si free disparaissais alors la préparez vous a un retour de bâton saignant .


#7

Rassure toi free n'est pas du genre a se lesser attaquer sans se défendre et vu le caractère bien trempé de son patron.


#8

+1

les seuls lésés dans l’histoire sont les consommateurs.

reste que je suppose qu’orange aurait préféré que ce soit free qui soit racheté…


#9

de toute facons il n'y a que les abrutis ou les ignorants qui ne sont pas passé chez Free.


#10

23:50 t'es 10mn en avance là on était pas encore vendredi parce que t'as sorti la dynamite là


#11

Oligopole ou monopole, dans les 2 cas de figure c'est le consommateur qui trinque.


#12

Les gens n’accepteront plus de repayer les anciens prix, maintenant qu’ils ont vu que c’était de l’enfumage.

Donc même en les remontant, ils ne feront que perdre des clients au profit de ceux qui ne les remonteront pas (Free).


#13

Entre nous, le cuivre et la privatisation de FT c'est une putain d'erreur (ou du moins ça a été fait exprès mais pas dans nos intêrets).

Ca aurait du être fait comme EDF et RTE.
On sépare le réseau (payé par NOUS), du vendeur de service (Orange).
Tout le monde aurait accès au réseau de la même manière (non faussée), du moins sur le papier ce qui est déjà pas mal.


#14

Vous êtes en train de penser que si Bouygues l’emporte il va devenir méga fort, etc.
Mais il y a une autre façon de voir les choses :

  • Bouygues achète à prix d’or SFR, donc il s’endète car en ce moment le affaires marchent moins bien (merci Free)
  • Free lance une nouvelle offre qui tue (moins cher, nouveaux services, etc.)
  • Bouygues, empêtré dans son rachat et sa ré-organisation interne, ne peut pas répondre

=> mort de Bouygues télécom

Et ça, si moi j’y ai pensé, je pense pas être le seul vu qu’il y en a, c’est leur métier :)


#15

d’accord avec toi, mais ironiquement les prix de Free mobile agressif (car je le repete, impossible de faire, sans vente a perte, du telephone mobile gratuit,ou 2 euros, lorsque tu pars de rien, que tu dois construire ton reseau et amortir une licence de 1 milliard.), ont ete fait pour couler les autres et reprendre le marché, comme tu le dis.

Free a essayé de racheter bouygues (surement parce que peu de clients, le fichier excel utilisé par free ne pouvant accepter les trop nombreux clients SFR) ca a loupé, maintenant si SFR disparait, c’est quand meme une bonne nouvelle pour eux.


#16

Que le dieu des télécoms puisse t’entendre !


#17

Il rêve d’un retour de l’époque ou la concurrence se pratiquait entre amis qui se goinfraient.


#18

L'idée de Bouygues c'est de conserver le réseau SFR qui est meilleur que le leur, et céder leur ancien réseau à Free justement, pour appuyer leur offre à SFR. Vu le nombre hallucinant d'antennes Bouygues/SFR côte à côte (en ville notamment), ça n'aurait pas de sens de garder les deux réseaux en parallèle.

Niveau employés, ça risque de transférer un peu de Bouygues (ou ex-SFR) vers Free pour la maintenance et l'intégration du "nouveau" réseau du coup. Et au final Free pourrait se passer de l'accord signé avec Orange à plus court terme que prévu, au détriment (léger) du consommateur qui perdrait un peu de qualité de réseau. Et encore Free peut décider avant de perdre l'accord avec Orange d'améliorer la couverture des futures zones blanches.

Moralité c'est surtout Orange le gros perdant de l'histoire, qui perd son accord hyper rentable avec Free prématurément alors que les deux autres se gavent : Bouygues en récupérant les abonnés et une meilleure couverture, et Free en n'ayant pas à investir autant que prévu dans le déploiement d'antennes et en se libérant du puits financier qu'est l'accord d'itinérance - et probablement aussi en qualité de bande passante.


#19

trois opérateurs au lieu de 4,les prix ne baisseront plus :o