Commentaires : Piratage : attaquée par un producteur, Aurélie Filippetti réplique

piratage
hadopi
chronologiedesmédias
cnc
auréliefilippetti
Tags: #<Tag:0x00007f920ce03698> #<Tag:0x00007f920ce033a0> #<Tag:0x00007f920ce02f18> #<Tag:0x00007f920ce02d10> #<Tag:0x00007f920ce02b58>

#21

Ils se sont engraissés pendant des années. Aujourd'hui, grâce à la piraterie, les prix sont plus démocratiques. Des solutions commerciales avantageuses pour le client se développent telles que Spotify, Netflix. Bientôt les livres sur Amazon. Et monsieur Labadie, regardez votre catalogue, les trois-quarts sont des daubes. Avant, on nous faisait croire que le papier, les cd, dvd, ça coutait cher. On nous vendait des livres tombés dans le domaine publique à des prix fous. Bon et perso, depuis le temps j'ai jamais vu une star de cinéma crever sous les ponts et j'ai pas vraiment l'impession que ça aurait été une grande perte pour la musique si Bieber n'avait rien vendu.


#22

Je suis aussi du fait de penser que ce n’est pas du vol au sens littéral du terme, mais lorsque tu voles dans un supermarché, tu ne retires le bien à personne (oui, au supermarché, mais il est assuré donc il s’en fiche un peu et il ne l’aurait pas utilisé pour son confort personnel, et l’assurance est là pour payer ce genre de cas, elle est rémunérée aussi pour ce genre de cas).

Et oui, l’évolution d’un mot ou d’une définition peut évoluer avec le temps.

Ce n’est donc pas du vol au sens littéral du terme, mais dans les faits, ça revient plus ou moins au même, même si c’est un bien immatériel (mais le support sur lequel il peut être est bien un support matériel).

Après, il ne faut pas s’étonner que les gens piratent, les gouvernements tente eux même de saboter tout bon projet pour continuer à entretenir des pseudo-rentiers qui vivent sur les mêmes trucs depuis des lustres (l’exemple de Netflix, par exemple, qui semble déjà être la peste pour le gouvernement avant même d’être arrivé. Ah oui, c’est vrai, si les gens ne piratent pas mais ne tombent pas dans la poche d’entreprises françaises, ça ne les intéresse pas, donc en gros, le piratage n’est qu’un problème sous-jacent).


#23

On peut tourner les choses comme on veut, mais le piratage, c'est se procurer gratuitement quelque chose qui est normalement payant.
Tout comme le vol.

Tout comme les débarras dans lesquels tu vas fouiner pour dénicher le canapé qui te manque : normalement un canapé ça s'achète, mais là tu l'as gratuitement.
On pourra noter que les étudiants et les pauvres sont assez friand de débarras. Et de piratage. Coïncidence ? Je ne pense pas !

Eux et eux seuls ont LE DROIT de demander à être rémunéré pour acquérir ce bien ou eux et eux seuls ont LE DROIT de le donner gratuitement.

BAM ! "Acquisition" (le mot qu'il ne fallait pas utiliser pour rester crédible). Le piratage est une infraction à un monopole (ou à un contrat, suivant le point de vue), et par définition un monopole n'est pas un bien, même immatériel (on ne peut donc pas l'acheter). On peut acheter un DVD (objet physique) mais on ne peut qu'obtenir une licence sur le film qui est enregistré sur le DVD.

Tant qu'à faire, on peut réécrire tout le dictionnaire pour être sûr que les mots ont bien le sens qu'on essaie de leur donner, c'est-à-dire pas celui qui leur a été donné à une époque où les mots avaient un sens. Personnellement, je milite pour que le mot "vendre" devienne un synonyme de "donner", car les échantillons commerciaux (aka "obtenir gratuitement quelque chose qui est normalement payant") qui sont donnés aux chalands génèrent des ventes.

Même si le sens des mots évolue, ce n'est pas une raison pour leur donner n'importe quel sens. "Le piratage c'est du vol" est au pire un mensonge et au mieux une métaphore bancale qui permet de faire passer le travail pour un arbre. Mais tant qu'à faire, une métaphore de plus ou de moins... Si on applique une métaphore sur des concepts de base tout à fait sains, puis qu'on applique des métaphores sur les métaphores, et ainsi de suite, on a forcément quelque chose de cohérent à la fin non ? Surtout si c'est mis à côté des concepts de base... (Hint : Non) (Ça me fait d'ailleurs penser un peu à la blague "comment deux russes peuvent-ils être ton frère ?")

Note que cette réponse coûtera la modique somme de 5 € à toute personne qui la lit, car j'ai LE DROIT de demander à être rémunéré en échange du temps consacré à le rédiger (aka "dur labeur").

Hum... en y réfléchissant, est-ce que ça a un sens ? Personne ne m'a rien demandé. Mais si on ne paie pas ceux qui commentent sur Numérama, comment vont-il se nourrir et élever leur famille ? Si on ne les paie pas, plus personne ne commentera sur Numérama.

En y réfléchissant encore un peu, MON DROIT à demander tout et n'importe quoi (ça ressemble un peu à la liberté d'expression non ?) n'implique pas ton devoir à accéder à mes demandes. Si tu n'es pas d'accord, tu peux toujours me PM pour les informations de paiement <img src="/discussions/images/emoji/emoji_one/wink.png?v=3" title=":wink:" class="emoji" alt=":wink:"/>


#24

ais mon idée c’est que le vol c’est quelque chose de physique,

Parce que, comme je l’ai dit, tu restes sur une définition judiciaire du vol qui date du 18e siècle.

Le législateur a déjà senti une première difficulté puisque l’article 311-2 dit “La soustraction frauduleuse d’énergie au préjudice d’autrui est assimilée au vol.”. Eh oui, l’électricité, ce n’est pas quelque chose de palpable, il fallait donc bien préciser ce qu’est le vol d’énergie.

On pourrait d’ailleurs donc écrire un article similaire pour assimiler le piratage au vol.

Cette question rhétorique rassure les pirates et leur permet d’évacuer leur mauvaise conscience. Vous voyez bien que l’artiste/producteur ne souffre pas puisque je ne le vole pas.

C’est pour ça d’ailleurs que les gens n’aiment pas quand on dit que le piratage c’est prendre gratuitement quelque chose qui est normalement payant. Ou dit autrement, tu ne le voles pas, mais tu lui voles son revenu. Parce que la notion d’argent, c’est beaucoup plus matériel : soit il est dans ta poche, soit il est dans la sienne.

Mais dis-moi, tu n’as jamais dit de ta vie dit à quelqu’un : “tu m’as volé cette idée” ?
Comme quoi le langage courant a déjà intégré la notion de vol immatériel sans que cela ne gêne personne.
Ou alors, tu n’as jamais dit :“je me suis fait voler, j’ai payé ce truc 10€ alors que je l’ai vu à 5 ailleurs” ? Il ne peut pas y avoir vol, puisque tu as quand même le bien matériel en question.

Pour finir, quelques définitions que j’ai volées dans l’ATILF du verbe voler :
[i]- S’emparer frauduleusement et quel que soit le procédé utilisé, de ce qui appartient à autrui, avec l’intention de le faire sien.

  • S’emparer, le plus souvent sans droit, de ce qui peut être considéré comme appartenant à autrui, à une autre réalité, à une autre activité d’ordre moral, social ou culturel.
  • Prendre à l’improviste, sans que la personne concernée donne son consentement à l’action effectuée.
  • Léser sciemment une personne dans ses intérêts pécuniaires, en prenant sur elle un bénéfice excessif ou en ne lui donnant pas tout ce qui lui est dû. [/i]

Comme quoi la langue française est beaucoup plus riche que la langue judiciaire.


#25

À ce train, on pourrait aussi dire que recueillir l'eau de pluie, flotte qui normalement payant par ailleurs, c'est du vol.

C'est là ta contestation de mon argument ? Dire que l'eau de pluie est normalement payante ?
Ca fait un peu pitié comme réponse.


#26

Soyez rassuré Mr Labadie , Habémus Papam n ' a pas été piraté et pour cause. MDR


#27

Tout comme les débarras dans lesquels tu vas fouiner pour dénicher le canapé qui te manque : normalement un canapé ça s’achète, mais là tu l’as gratuitement.

Parce que le propriétaire du canapé a décidé de le donner gratuitement.

Tu te rapporteras à mon texte ci-dessus :“Eux et eux seuls ont LE DROIT de demander à être rémunéré pour acquérir ce bien ou eux et eux seuls ont LE DROIT de le donner gratuitement.

Note que cette réponse coûtera la modique somme de 5 € à toute personne qui la lit, car j’ai LE DROIT de demander à être rémunéré en échange du temps consacré à le rédiger (aka “dur labeur”).

?Désolé, mais la lecture de ton texte s’assimile à écouter de la musique à la radio.
Si tu veux être payé, inscris-toi à un organisme de collecte et demandent aux supports sur lequel tu écris (qui sont eux payés par la publicité) de te considérer comme un professionnel de l’écriture et de te rémunérer.

De plus, je te signale en passant que les musiciens ou cinéastes demandent de l’argent avant et pas après. Dans ton cas, tu aurais dû mettre un lien en disant : “pour lire ma contribution, cliquez sur ce lien, payez 5 euros et vous aurez le droit de la lire”.

Là tu es dans le cas d’un artiste qui mettrait une musique en ligne gratuitement et qui dirait si ça vous a plu, faites moi un don.


#28

J’ai comme l’impression que Bailey s’enfonce un peu plus à chacun de ses posts… :look:

mais ce n’est que mon impression personnelle-à-moi-que-j’ai-sur ce fil…

Oléééééééééééé ! ! !

Edith : on peut relire avec intérêt cet article de PloumPublier, c’est rendre public !


#29

Elle dit:

La riposte graduée existera encore sans ce dispositif, mais ça ne l’empêche pas d’être “pertinente et opérationnelle”.

Cela montre bien une chose qui semble également être un principe: lorsqu’une personne devient ministre, elle perd totalement le sens des réalités.

HADOPI “pertinente et opérationnelle”. :mdr::lol: Elle est bonne celle là.


#30

Mais ca ca s’appelle la licence globale et ils n’en veulent pas.

La fameuse licence globale…

Tu la veux obligatoire, c’est-à-dire que tout le monde est obligé de payer que ce soit pour télécharger de la musique, des films, des articles de journaux, des documentaires sur la pêche à la mouche et des fiches de cuisine ? Ou ne rien télécharger du tout.
Ou tu veux une licence globale pour télécharger de la musique payée par ceux qui veulent télécharger de la musique, une licence globale pour télécharger des films payée par ceux qui veulent télécharger des films, … ?

Et concrètement, tu vois ça comment ? Un serveur installé en France et auquel n’auront accès que les Français qui payent la licence globale avec un code et un mot de passe fourni par le ministère des finances ?
Ou alors, comme tu as payé ta licence globale en France, tu as le droit de télécharger sur n’importe quel p2p au monde ?
Mais alors, comment on fait la redistribution ? On demande à tous les p2p au monde de fournir leurs statistiques de téléchargement à partir des IP françaises ?

Et comment on traque les fraudes ? Les maisons de disques qui vont mettre en place des robots qui téléchargeront automatiquement et continuellement les morceaux de leurs artistes fétiches ?

Non sérieusement, la licence globale, vas y : explique concrètement comment tu fais !

ils pourraient gagner des millions d’euro par mois et du coup

C’est dingue, n’est ce pas. Les maisons de disques et les grandes majors du cinéma, celles qui payent des armées d’analystes et de marketeurs, celles qui sont capables de dire qu’il vaut mieux lancer tel film en juillet plutôt qu’en août car les bénefs seront multipliés par deux, celles qui sont capables de dire qu’il vaut mieux qu’il y ait un chien sur la pochette plutôt qu’un chat parce que les bénefs seront multipliés par cinq, ceux-là n’ont pas vu qu’ils pourraient faire des millions en plus avec le p2p et la licence globale ?

Mais il faut arrêter le délire les gars : si les types avaient prouvé que donner une poule avec chaque disque faisait augmenter les ventes, tu ne saurais plus où foutre les oeufs !

Mais sinon, je te fais confiance : puisque tu as sous la main une étude qui montre que la licence globale et le p2p permettront aux grandes compagnies d’avoir encore plus de bénéfices, je te propose d’aller la leur montrer et de leur mettre le marché en main : si ça marche, tu demandes d’être intéressé à 5% des bénéfices ; si ça ne marche pas, c’est toi qui rembourse leur manque à gagner.
Chiche ?


#31

Oh oui et à ce niveau de profondeur il n'est pas loin de trouver du pétrole !


#32

Obvious troll…

Bref, je te renvois à mes nombreux arguments ci-dessus. Je pense surtout que s’attacher à ce problème de définition c’est perdre complètement de vue le problème.

Quand je dis que pirater n’est pas voler, c’est pas pour dire que c’est moins grave ou plus grave. Mais plutôt car ce sont deux problèmes différents qui se règlent de façon différente.

Comme quoi la langue française est beaucoup plus riche que la langue judiciaire.

C’est pas vraiment une question de richesse, mais plutôt de formalisme. J’ai mentionné la loi pour illustrer que pirater d’un point de vue juridique ce n’est pas voler.


#33

Hey bailey, arrête de taper dans ta bouteille, et réfléchi un peu avant d'écrire des âneries...

Déjà qu'est-ce que tu ne comprends pas dans le mot global ?

Donc pour toi définition du petit larousse :
[list]
[*]Qui est considéré dans sa totalité, qui est pris en bloc ou qui considère quelque chose dans son ensemble : Une vue globale de la situation.
[/list]

Ensuite quand tu achète un meuble chez Darty, je ne pense pas que tu attende de te faire livrer par But ?

Bien là c'est pareil, si une licence globale doit se mettre en place, tu la paye à l'Etat, probablement via ton fournisseur et tu t'attends à pouvoir bénéficier des contenu via une plateforme qui sera mise en place par ton FAI.

Charge après à ton FAI de redonner à l'Etat et à l'Etat de redistribuer.
Et ne me dis pas que ce n'est pas possible ? Ils le font bien pour la taxe de Copy privé, donc les circuit de redistributions sont déjà en place c'est pas comme ci tout était à refaire.

Autre piste possible on laisse tomber l'idée d'un abonnement mensuel mais on prélève un taxe sur les fournisseur de DDL, ou sur les revenu publicitaire des boards de warez directement à la source... Ca a été aussi envisagé donc la encore l'etat sais comment faire.

Et pour l'argent que rapporterai un licence bien chez moi 20 million d'internaute à 5€ par mois ca fait 100 millions.

Et même si seulement 1 abonné sur 10 est pret a payer cette licence globale ca fait quand même 10 millions par mois.

Et ne me dis pas que personne ne voudrait payer, y a qu'a voir les gens qui s'abonnent à des VPN ou aux service de DDL.
Et la au moins l'argent partirai dans les caisses de l'Etat français pas dans les poches du gros Kim Dotcom et ses congénères...


#34

Excusez moi pour mon intervention …mais je suis l’affaire du piratage de puis 7 ans maintenant de près…lol.
Le producteur a entièrement raison…arrêtons les langues de bois !
vol…pas vol…vol…pas vol…faut savoir à la fin.

Ceux qui affirment que ce n’est pas du vol, ben oui ca les arrangent bien mdr, puisqu’ils téléchargent gratuitement
Ceux qui affirment que c’est du vol, ben oui ils ne vendent plus rien, alors cela les arrangent aussi

Ce n’est pas que l’ancien modèle est moisi, non pas du tout c’est plutot que quelque soit le métier ou le produit , si il est gratuit c’est mort c’est tout
Si demain je donne gratuitement du pain à tout le monde devant une boulangerie, son modèle sera cramée c’est tout

Quand à FILIPETTI, qu’a t’elle fait pour la culture depuis qu’elle est au gouvernement ?
Elle n’y connait absolument rien.
De plus on voit bien depuis le temps qu’elle n’en a rien à battre.

" la ministre rappelle son intention de combattre plus fortement la “piraterie commerciale”, en particulier en agissant au niveau du portefeuille des pirates. “La lutte contre la contrefaçon doit nous permettre d’appréhender via les circuits de financement (organismes de paiement, régies publicitaires)”, afin de les étrangler lorsqu’ils s’adressent à des sites illicites."

Ah oui …depuis 8 ans que cela dure , et depuis surtout 3 ans depuis le nouveau gouvernement ils n’ont rien fait, absolument rien à ce niveau. pouet pouet camembert.

" Sur le terrain de la VOD, la ministre rappelle son souhait de revoir la chronologie des médias."

mdr parce qu 'elle croit encore que diminuer la chronologie à 3 mois va changer quelque chose …ce n’est pas possible d’être aussi amateur.

" c’est en particulier le sens de ma proposition d’avancer les fenêtres TV de 2 mois, d’allonger la période d’exposition des œuvres en vidéo à la demande et d’avancer de 12 mois la fenêtre Vidéo à la demande par abonnement"."

Sauf que les pirates n’en ont rien à foutre de la tv a 2 mois, des abonnements à 24 mois…cela ne diminuera pas le téléchargement

FILIPETTI est une amatrice propulsé ministre de la culture du fait qu’il n’y avait pas de place ailleurs.

Quand à proposer un nouveau modèle économique comme disent certains ici…c’est une atteinte à mon intelligence.
Il n’y a pas de solution de modèle économique contre le GRATUIT !

le gratuit c’est le gratuit et quand bien même qu’il existerai des abonnements à 6 € par mois que ce n’est pas du gratuit. c’est tout. alors il faut arrêté de prendre des vessies pour des lanternes.

De plus la plus grosse connerie qu’a fait FILIPETTI c’est l’annonce de l’arrêt de l’hadopi.

On ne fait jamais d’annonce de cette sorte. de plus elle continue toujours .

Amateur jusqu’au bout.

Tu parles d’une riposte …


#35

Un producteur français qui se plaint du piratage, on rêve…

Il croit réellement que les bouses françaises sont piratees en masse ?


#36

Y'a que moi qui pense que la solution du piratage ce n'est pas ameliorer la vod ou taper sur les pirates mais plutot donner aux foyer les moyens de se les payer ? avec un salaire median (et pas moyen, cherchez la difference) de moins de 1700€ en 2013, alors que les loyers montent partout, que d'apres un article du monde d'il y a quelques mois la bouffe a pris 30% d'augmentation en moyenne en 5 ans et j'en passe... moi je vote, les gens ont juste plus le fric pour se payer une saison(et encore ils ont arreté les dvd de 3 episodes) d'une serie plus de 50€.
A force de nous bourrer le crane qu'il faut tout voir et tout faire mais que notre budget n'est pas illimité, ils nous ont poussé comme des grands a trouver un moyen de consommer leur medias tout en continuant de subsister.

Montrer plein de sucettes a un enfant sans lui en donner pendant des jours, si il a l'occasion d'en chiper une il le fera. La faute du gosse ou la faute de celui qui le pousse a le faire?

Et je passe l'argument des pubs sur les bluray et consort alors que tu les as deja payé au prix fort (ah ma trilogie Retour vers le futur que je prefere regardé en ripé qu'avec mes bluray histoire d'eviter 15 minutes d'attente...)


#37

Le jour où les patrons ne paieront plus leur personnel parce qu'ils expliquerons que les employés lèsent la cupidité abusive d'un minorité manoeuvrière, on verra ce que cela donnera.

Oui, voler c'est s'approprier ce qui appartient à autrui. Que ce soit des biens matériels, une force de travail ou une création intellectuelle ou artistique. Oui, je crois à propriété de l'artiste qui crée.

Et je croies surtout à son libre choix de décider s'il veut vivre de son travail en vendant son oeuvre, s'il veut la donner librement, s'il veut faire appel aux dons. Je croies à une personne dont les choix doivent être respectés.

Et ce qui me fait marre plus que tout, c'est que les pirates téléchargent illégalement et évitent de rémunérer les artistes qu'ils aiment. Parce qu'il faudrait être con pour perdre son temps à télécharger des musiques d'artistes que l'on n'aime pas, non ?
Donc la manière qu'ont les pirates de remercier les artistes qu'ils aiment, c'est de leur dire "tu veux vendre ta musique, je t'emmerde, je la prends gratuitement".


#38

Bien là c’est pareil, si une licence globale doit se mettre en place, tu la paye à l’Etat, probablement via ton fournisseur et tu t’attends à pouvoir bénéficier des contenu via une plateforme qui sera mise en place par ton FAI.

Donc si je te comprends bien, le FAI collecte une taxe qu’il reverse à l’Etat.
Puis il met en place une plateforme (réservée à ses abonnés) où chaque abonné peut aller télécharger tout ce qu’il veut : toutes les musiques du monde, tous les films du monde, tous les livres du monde, …

Questions :

  1. qui paye le FAI pour mettre en place cette plateforme qui doit se composer d’un sacré paquet de serveurs et d’un sacré paquet de disques durs
    ?2) qui alimente la plate-forme ?
    ?3) Comment je fais si je veux télécharger un enregistrement rare de Fat Domino de 1950 qui ne se trouve pas sur la plate-forme de mon FAI mais auquel j’ai légalement droit puisque j’ai payé ma licence globale ?
  2. et les gens qui continuent à télécharger ailleurs, on fait quoi ? On les laisse faire ? Mais alors comment on comptabilise leurs téléchargements ?

Mais on prélève un taxe sur les fournisseur de DDL, ou sur les revenu publicitaire des boards de warez directement à la source…

Donc tu penses que l’Etat peut aller voir toutes les régies publicitaires du monde et leur demander la liste de leurs clients dans le monde entier, puis leur dire qu’ils prélèvent une taxe spécifique sur tels et tels sites ?
Et en plus, on paierait des fonctionnaires à traquer tous les jours les sites de téléchargement illégal ?

Bref, comme d’habitude, le monde des bisounours est de retour avec des yaka - fokon sans aucune attache à la réalité.


#39

Pleins d’incohérences dans tes propos. Le problème ici présent nait lorsqu’on a voulu donner le nom de «bien» ou de «propriété» à des idées, afin de leur appliquer des régimes légaux allant de le même sens. Toutefois on s’est bien garder de faire un parallèle exact, car les problèmes et solutions varient énormément.

Afin d’éviter les confusions, on a justement inventé un terme: la contrefaçon. L’INPI en donne même une définition exhaustive: http://www.inpi.fr/fr/l-inpi/la-propriete-industrielle/lutter-contre-la-contrefacon/qu-est-ce-qu-une-contrefacon.html. Et la contrefaçon c’est puni assez sévèrement judiciairement, plus que le vol simple :p

ça c’est la richesse de la langue française, des mots qui correspondent à des situations claires et délimitées, pas des mots qui veulent dire tout et n’importe quoi!

«Eh oui, l’électricité, ce n’est pas quelque chose de palpable, il fallait donc bien préciser ce qu’est le vol d’énergie.»
Attention, l’électricité est assimable à un bien matériel, parce que chaque centrale en produit des quantité limitées (et pas multipliables à l’envi). Utiliser l’électricité ainsi consiste bien à la soustraire du réseau. Il est donc normal que cela rentre dans le régime du vol.

Défendre le droit d’auteur est une chose, mais utiliser mal les termes fausse juste le fond du débat.


#40

J'ai les moyens de payer mais je pirate par facilité.

Je trouve anormal qu'à notre époque on vende des blurays sans donner avec un fichier haute définition.
Je n'ai aucune envie de me trimballer avec des galettes en voyage... J'en ai un peu marre de stocker les BR que j'achète et de de voir récupérer les divx correspondants...
Et le prix de vente est de nos jours complètement à la ramasse.

Etant un gros consommateur de séries, je vais prendre l'abonnement netflix mais cela ne m'empêchera pas de récupérer les divx, je ne supporte pas le streaming...