Commentaires : Paramount interdit que Top Gun soit tweeté image par image

twitter
copyrightmadness
paramount
Tags: #<Tag:0x00007f92120f5c48> #<Tag:0x00007f92120f5978> #<Tag:0x00007f92120f56f8>

#1


Etait-ce réellement une exploitation qui créait pour Paramount un préjudice tel qu'il justifiait de mettre fin à cette idée aussi originale qu'absurde ? Le studio hollywoodien a obtenu de Twitter qu'il ferme le compte d'un fan de Top Gun, qui avait réalisé un script qui publiait toutes les 20 minutes sur ce compte Twitter une image du film qui a rendu Tom Cruise célèbre dans le monde entier, en 1986.

Le film ayant une durée de 110 minutes avec 24 images par seconde, il aurait fallu 158 400 messages pour couvrir l'intégralité du film. L'opération entière, qui avait débuté le 23 janvier, aurait donc pris 6 années pour être complète. Elle aurait été achevée en 2020, soit 34 ans après la sortie du film.

"Personne n'est autorisé à copier, reproduire, distribué ou utilisé d'une quelconque autre manière Top Gun sans l'autorisation expresse de Paramount", dit la plainte envoyée par le studio à Twitter, et relayée par TorrentFreak. "Néanmoins, il a été porté à notre attention le fait qu'un utilisateur de votre site web, @555uhz, distribuait le film Top Gun, image par image (...) Nous vous demandons de supprimer immédiatement toutes les images de Top Gun du site web en lien avec le compte @555uhz".

Mardi, le compte @555uhz affichait encore 5 200 abonnés. Aujourd'hui, le compte est suspendu :



Bien sûr, la demande de fermeture de ce compte Twitter est absurde. Mais elle est surtout incroyablement stupide pour la défense même des droits d'auteur.

Comment les ayants droit du cinéma entendent-ils défendre la légitimité du droit d'auteur s'ils en abusent à ce point, en s'attaquant à leurs propres fans qui "exploitent" leurs films d'une manière qui ne porte strictement aucun préjudice à l'exploitation normale du film ? Comment peut-on faire respecter un semblant de hiérarchie des actes de contrefaçon, lorsque l'on traite sur un même plan l'internaute qui diffuse un lien permettant de télécharger gratuitement Top Gun sur BitTorrent en quelques minutes, et celui qui se propose de mettre 6 ans à en diffuser toutes les images sur un compte Twitter que personne ne prend le temps de regarder message après message ? 

Le droit d'auteur ne peut pas être compris et accepté par le public s'il sert à faire payer des oeuvres dont les auteurs sont morts depuis très longtemps, au détriment de la nécessaire valorisation des oeuvres plus récentes, ou s'il est utilisé pour anéantir certaines formes d'expressions.

Les cas de "Copyright Madness" que nous publions chaque samedi ne sont pas là pour dénoncer le droit d'auteur en lui-même et pour en demander la suppression, mais bien pour en dénoncer les excès qui sont le propre ennemi du droit d'auteur.

Lire la suite


#2

Le droit d'auteur ne peut pas être compris et accepté par le public s'il sert à faire payer des oeuvres dont les auteurs sont morts depuis très longtemps,

Tony Scott est mort il y a un peu plus de 6 mois. On ne peut pas dire que ça fasse très longtemps.


#3

gné ?:huh:


#4

A noter que le blabla de l’article sur le droit d’auteur (en fait ce serait plutôt le copyright dans ce cas), la date de parution, etc. n’est pas justifié dans la mesure où l’action est probablement protégée par le fair use (puisqu’il s’agit de copyright, et non de droit d’auteur).


#5

Pas vraiment puisque dans le fair use il y a la notion de non préjudice, mais pas que. Il y a aussi le fait de ne pas utiliser une part trop importante de l’oeuvre.
En réalité la différence entre droit d’auteur et copyright est moins importante qu’on le pense sur pas mal d’aspects.


#6

le ridicule ne tue pas, et on en a la preuve.

que ce soit côté diffusion d’un film par l’envoi d’images sur 6 ans, ou côté paramount qui s’excite bêtement sur un pseudo-piratage à la con.


#7

Au bout des 6 ans un utilisateur mal intentionné aurait pu reconstituer le film entier sans le payer ! :o^^


#8

sans le son


#9

on ne pourra donc jamais finir le gif animé ? Trop dur !


#10

"Les cas de "Copyright Madness" que nous publions chaque samedi ne sont pas là pour dénoncer le droit d'auteur en lui-même et pour en demander la suppression, mais bien pour en dénoncer les excès qui sont le propre ennemi du droit d'auteur."

Ah oui ?

[size=4]J'ai pourtant des traces de tweets qui parlent de "Grand soir" ou de "Nuit du droit d'auteur" et des personnes qui m'ont rapporté qu'il s'agissait de décrédibiliser le droit de la propriété intellectuelle jusqu'à l'anéantir.[/size]

Un exemple dans cet article :

http://menbienscommuns.com/2013/11/30/biens-communs-agenda-commoniste/

Mais bon... si vous me dites maintenant qu'il s'agit d'organiser des soirées pour fêter notre beau droit d'auteur, je prends acte. ^^

C'est pour quand ? Je peux venir ? <img src="/discussions/images/emoji/emoji_one/wink.png?v=3" title=":wink:" class="emoji" alt=":wink:"/>


#11

Rien, il avait juste envie de troller...

Réalisateur, pas auteur...

Ah, fait ' partie ' des ' ayants-droits '...

C'est bien ça, le soucis...

Va falloir attendre que le dernier ' ayant-droit ' soit mort depuis 70 piges pour que l'oeuvre passe à la postérité ( si si, je préfère cette expression à toute autre... )

C'est l'éternel problème de la rente face à l'économie réelle, pas autre chose.


#12

Je ne suis pas d’accord avec toi cher Guillaume, malgré tout mon respect. Les screenshot de films sont souvent vendus a travers des revues ou éditions collectors. Il va de soit qu’une diffusion massive ne soit pas autorisée.


#13

Je propose que toutes les 20 minutes un internaute brûle un CD/DVD/BR de Paramount puis partage la vidéo sur un serveur au choix.
On peut aussi organiser des DVD Burning party et les filmer.
Je le ferais volontier, mais j’ai pas un seul film de cette caste d’idiots.


#14

Mais avec le sous-titrage. Ho Wait!


#15

La stagiaire qui apportait le café ?


#16

Est-ce que octet par octet, il y a préjudice ?
Allez ! Je commence :
0x52


#17

haha, j'ai fait une MAJ de l'article ici:
http://www.numerama.com/f/130012-t-peut-on-diffuser-un-film-sur-twitter-image-par-image.html

le compte vient de réouvrir, la souris (555uhz) est plus futée que le chat (paramount)


#18

s’il n’y a pas de préjudice financier, Paramount est plus motivée par le soucis de garder un certain contrôle sur ses films.

Je dit bien “ertain contrôle” parce que ce n’est pas comme si il n’y avait pas de copies illégales en circulation


#19

Le problème, c’est surtout qu’ils confient à des cabinets de brêlos, pardon, d’avocats, la charge de veiller à leurs intérêt et que comme ces mecs sont payés à la tâche, ben ils tirent sur tout se qui se voit.
Mais en fait, ce genre d’affaire ne fait que desservir l’ayant droit. Tellement, c’est con et petite bite, ça donne juste envie de télécharger tout leur catalogue.
C’est comme la radio qui passe dans le fond de la pièce alors qu’on est en train de filmer un enfant de 3 mois en train de marcher sur ses mains. Qui en a quelque chose à foutre de cette radio de merde. D’autant que la radio a déjà payé les droits sur la musique.
Le jour où ils comprendront qu’à trop tirer sur la corde, c’est la corde qui lâche, ils auront fait un gros progrès.


#20

Déterminer si l’utilisation d’une oeuvre est “fair use” s’appuie généralement sur quatre facteurs aux USA (http://fairuse.stanford.edu/overview/fair-use/four-factors/), et au moins un jugement récent à conclu qu’une oeuvre peut-être utilisée dans son intégralité et tout de même prétendre à la protection du “fair use”, et même s’il y a en plus une exploitation commerciale* (deux facteurs sur les quatre). Il ne s’agit pas de répondre obligatoirement à tous les facteurs pour prétendre au fair use, mais un juge doit soupeser chaque facteur, les comparer entre eux (ce qui est un peu difficile à imaginer dans la mesure où le droit sur le vieux continent est basé sur des règles beaucoup plus strictes et exhaustives).

*J’avais lu la nouvelle sur Techdirt, mais je n’ai plus l’article sous la main :confused: