Commentaires : Neil Young parie sur le Blu-Ray et le Java pour relancer le disque

bluray
Tags: #<Tag:0x00007f3d29576710>

#1
		Nous l'avons déjà dit récemment (avec un brin de provocation assumée) en nous félicitant de ce que le CD soit au plus bas depuis vingt ans... la réponse au "problème" du téléchargement illégal n'est pas dans la répression ou dans la vente de fichiers MP3, mais dans un retour à l'attachement à l'objet matériel. Contre le fichier volatile qui peut se cloner de disque dur en disque dur sans le moindre effort, l'industrie du disque doit réinventer le support et donner à nouveau la satisfaction de posséder chez soi un objet musical où l'effort créatif transpire et s'affiche.

Personne jusqu'à présent n'a trouvé la solution, mais beaucoup y travaillent. Le vétéran Neil Young en fait partie. En janvier, le très respecté chanteur canadien avait déjà indiqué qu'il abandonnait le CD pour passer au Blu-Ray. Sans donner plus de détails. On en sait aujourd'hui un peu plus.
Popularisé dans les années 1970 avec ses albums After the Gold Rush et Harvest, et pour sa présence dans le groupe Crosby, Stills, Nash & Young, Neil Young déteste le MP3, mais adore la technologie. Il explique au Financial Times qu'il travaille depuis quinze ans à trouver les bonnes technologies pour rassembler une collection complète de ses oeuvres. Et Young estime avoir trouvé son dévolu dans l'alliance entre le langage Java de Sun et le Blu-Ray de Sony.
Sans entrer dans les détails, le musicien assure qu'il est actuellement en discussion avec des maisons de disques pour leur vendre une licence d'une plateforme alternative à iTunes, qui offrirait une qualité bien supérieure au téléchargement, et peut-être un renouveau pour les recettes de l'industrie. Une promesse qui ne doit pas laisser indifférent dans les bureaux des maisons de disques. Mais les contours de la "plateforme" sont très flous, d'autant que pour le moment, ce que prépare Young pour lui-même ressemble à ce que l'on a déjà vu avec les DVD audio et vidéo, qui devaient donner un second souffle à l'industrie...
Le chanteur compte en effet sortir un coffret de 10 disques Blu-Ray, soit environ 500 Go de données... uniquement pour les années 1963-1972. Loin d'être uniquement composé musique (qui devrait être logiquement remastérisé en 7.1 sans perte), le coffret proposera aussi des vidéos, des photos, des menus interactifs, des chansons indédites, des manuscrits, des interviews, et bien d'autres contenus. Certains contenus complémentaires pourront aussi être téléchargés sur le lecteur Blu-Ray... à condition d'avoir un lecteur compatible Profil 2.0 (BD Live). Beaucoup de bonnes choses en perspective, mais rien qui ne soit pas déjà prévu dans les spécifications techniques du Blu-Ray.
Il faudra donc encore attendre pour savoir ce que Neil Young met derrière le terme de "plateforme" qu'il compte vendre aux maisons de disques, voire aux studios de télévision...
Une idée ?

Lire la suite


#2

"nous félicitant de ce que le CD soit au plus bas depuis vingt ans..."

Moi j'appelle ca jeter le bébé avec l'eau du bain !
Comment on va être payé déjà que les maisons de disques rechignent à financer les artistes (4 signatures par an chez SYNO)


#3

"Comment on va être payé déjà que les maisons de disques rechignent à financer les artistes (4 signatures par an chez SYNO"

En faisant des concerts...

Bravo à Neil Young, bientôt 63 ans et toujours jeune dans sa tête


#4

@brazil

aux musicos de trouver des solutions pour distribuer et vendre leur musique sans se faire entuber d’un coté comme d’un autre.

si on prend le mp3 comme ce qu’il doit etre, cad de la pub qui doit amener les gens vers les concerts, alors il y a une voie de salut pour la musique enregistrée.

a vous de négocier correctement avec les salles de concert pour avoir une rétribution correcte.

une guilde peut servir dans ces conditions, les “artistes” payent aujourd’hui très cher leur suffisance passée (cf le renard et le corbeau, très bonne fable).


#5

bah il invente pas grand chose si je comprend bien.

1°) on peu pas entendre la différence entre le cd et le blue-ray et en plus la majeure partie des systèmes audio des gens "normaux" arrivent déjà pas a recréer totalement ce qui est enregistré sur le disque.

2°) Les conffrets collectors ça existe déjà (cf Metallica 'Death Magnetic' Box Set qui devrai sortir en septembre) avec t-shirt films bonus etc...

en gros les seuls progrès que je vois par rapport a ce qu'on peu déjà acheter c'est que c'est blue-ray et que çà apporte quelques avantages techniques (dans la navigation par exemple)


#6

C’est pas avec Neil Young que l’on va aller vers la licence globale, mais je peux me tromper.

D’un autre côté sortir un " coffret de 10 disques Blu-Ray, soit environ 500 Go de données… uniquement pour les années 1963-1972."

Pour moi, Neil Young c’est Harvest.

Et puis merde j’ai pas les moyens de me payer un lecteur blu-Rray


#7

Ils veulent nous faire acheter du matériel pour pouvoir entendre la différence entre un stradivarius et un Jakobus Stainer. Mais désolé à tous nos pontifs de la contre culture, la "pop" est aussi elle-même dans un ipod que dans une chaîne moyen de gamme. Metallica ne s'apprécie pas beaucoup plus sur blue ray que dans un mp3.
Peut être que pour écouter la 9ème de Beethoven ou la Petite Musique de Nuit de Mozart ça vaudrait la peine de parler de tout ça, mais là, que ce soit Neil young ou Lady Gaga...non, vraiment pas