Commentaires : Montebourg veut faire capoter la fusion SFR-Numericable

bouyguestelecom
sfr
téléphonie
autoritédelaconcurrence
numericable
vivendi
arnaudmontebourg
Tags: #<Tag:0x00007f3d2dc98df0> #<Tag:0x00007f3d2dc98cb0> #<Tag:0x00007f3d2dc98b20> #<Tag:0x00007f3d2dc989b8> #<Tag:0x00007f3d2dc98800> #<Tag:0x00007f3d2dc98648> #<Tag:0x00007f3d2dc984b8>

#1


Après son passage remarqué sur Europe 1 vendredi matin, où il a révélé que Vivendi choisirait de vendre SFR à Numericable plutôt qu'à Bouygues Telecom, le ministre du redressement productif était vendredi soir sur France 2, pour commenter l'officialisation de la vente de SFR à Numericable. Mais le ministre n'a pas voulu se montrer résigné par l'ouverture des négociations exclusives entre Vivendi et la maison-mère de Numericable, Altice.

Bien au contraire. Fidèle à sa stratégie de communication, le ministre se montre combatif et veut (faire ?) croire que les dés ne sont pas jetés même si dans la tradition des affaires, l'ouverture de négociations exclusives n'est plus qu'une étape formelle avant la vente définitive. Alors que Numericable n'a pas pris la peine d'user du conditionnel pour se réjouir du rachat en cours de SFR ("Ensemble, nous créerons un champion national et européen du Très Haut Débit fixe et mobile"), Arnaud Montebourg a voulu faire savoir son intention d'user de tous les moyens de pression pour faire capoter les ultimes négociations.

"Il faut faire attention", a-t-il prévenu en regardant du côté des huit banques qui prêteront les fonds nécessaires à l'acquisition de SFR. "Je ne suis pas certain — il y a trois semaines de discussion, que les banques aient envie de s'exposer. Je crois que ce n'est pas terminé".

"Les banques n'ont peut-être pas envie de s'exposer outre-mesure. D'abord parce qu'il y a un certain nombre de recours qui vont certainement s'exercer de la part de concurrents de SFR, et il y a des questions qui vont être posées aux autorités de la concurrence européennes et françaises, donc le débat continue", a menacé Arnaud Montebourg. 

Défendre "les intérêts de la Nation"

Comme nous l'avions rappelé au moment des manoeuvres de Bouygues, le Gouvernement pèse sur les décisions de l'Autorité de la concurrence par l'intermédiaire d'un commissaire issu de Bercy, qui fait part des observations de l'Etat dans l'examen des dossiers. La parole d'Arnaud Montebourg devrait donc trouver écho dans l'Autorité lorsque le dossier sera examiné. Cependant les arguments seront moins faciles à trouver que si Bouygues Telecom avait racheté SFR. Le président de l'Autorité de la concurrence avait dit redouter un retour à trois opérateurs, or le choix de Numericable permet finalement de rester sur un marché de la téléphonie mobile à quatre opérateurs.

De même, Arnaud Montebourg prétend s'investir dans ce dossier pour défendre "les intérêts de la nation, car nous souhaitons qu'il n'y ait pas de casse sociale". Or même selon une note interne de Bercy, c'est bien dans le scénario d'une fusion avec Bouygues que la casse sociale aurait été la plus importante, puisque les métiers de téléphonie mobile y sont identiques. Mais lorsque Numericable finira par licencier, ce qui arrivera malgré les promesses, Arnaud Montebourg aura beau jeu de rappeler qu'il avait défendu vigoureusement une autre option.

En réalité le seul véritable souci du Gouvernement est celui exprimé en marge par le ministre du redressement productif. "Nous souhaitons qu'il y ait des investissements", a-t-il fait remarquer. "Cela coûte 30 milliards d'euros d'investir en fibre pour équiper la quasi totalité des Français, et ces 30 milliards, nous voulons que ce soient les opérateurs qui payent, et non pas les opérateurs en levant des impôts".

Mais les Français les paieront indirectement par le prix de leur abonnement à Internet ou à la téléphonie mobile. C'est bien pour limiter les effets de la concurrence sur les prix et ainsi permettre de retrouver les marges suffisantes pour libérer ces 30 milliards d'euros qu'Arnaud Montebourg veut limiter le marché à trois opérateurs. Pour la fibre, et pour les futures licences 5G que l'Etat veut pouvoir mettre aux enchères au prix le plus élevé possible.

Lire la suite


#2

Combien on paris qu'il a des actions Bougyes Iliad et Orange ?
Si le marché reste à 4 ça fera baisser les actions respectives, pas bien pour son portefeuille d'action ça


#3

Ce mec est fou. C'est un malade en liberté et un danger à l'encontre de la nation. J'appelle les urgences, il doit être rapidement interné en psychiatrie pour y être soigné.


#4

Défendre "les intérêts de la Nation"

-> Non, défendre les intérets du petit copain martin....

C'est un vrai farce ce mec depuis le début de la téléphonie mobile avec Free, avec un discours et une veste qui se retourne en permanence en fonction des "amis" à satisfaire.


#5

Cela sent une belle reconversion de Montebourg en avocat d'affaireS très juteuses aussi on fait tout pour plaire à ceux qui auront les moyens de passer à la caisse


#6

Complétement à la ramasse ce type.


#7

et on ose dire que le ridicule ne tue pas!!!!!!! c'est bien dommage que pour les ministres cette règle ne puisse s'appliquer :rougi:


#8

Ministre du redressement productif… oui, mais ça dépend pour qui.


#9

S'il souhaitait qu'il y ait des investissements, il devrait au contraire se réjouir que l'achat soit fait par Numéricable. Car ça laisse a Bouygues la capacité d'investir, soit le potentiel fourni par 12 millions de clients. Alors que si c'est Bouygues qui s'endette en fusion, Numéricable n'aura le potentiel d'investissement que de 4 millions d'abonnés.


#10

Fiscalité et interventionnisme étatique font que les investisseurs étrangers préfèrent investir ailleurs qu'en France.

En quelques mots Montebourg vient de torpiller le discours de Hollande appelant ces investisseurs étrangers a venir en France.
Espérons quand même qu'au prochain remaniement ministériel il soit mis hors d'état de nuire.


#11

Il a probablement oublié de prendre ses médocs, pas la peine de s'acharner sur lui...

Toute la France rigole de lui en ce moment, y compris à gauche.

Quand je pense qu'à un moment il se voyait à Matignon. Même Hollande a dû comprendre maintenant que ce mec là est une cata totale.

Reste un problème : l'autre accro des sondages candidat à la succession de Ayrault, le spetsnaz Valls, avec son regard vide et sa machoire carrée, n'a quant à lui pas encore révélé sa vraie nature...


#12

putain...ils me font regretter le gouvernement précédent..je pensais pas que ça serait possible et encore moins aussi vite...


#13

Numericable est endetté, il a raison de se poser les questions concernant les investissements. Vu les ententes entre les opérateurs avant, un peu de régulation étatique ne fait pas du tout de mal, bien au contraire.

Après, Montebourg copain de Martin Bouygues ? Vous rigolez ? Il s'en est pris toujours très violemment contre TF1 !
http://www.arnaudmontebourg.fr/tag/tf1/


#14

Ton lien date de 2010, depuis l’arrivé au pouvoir du PS les relations avec TF1 se sont grandement améliorés. Il y’a eu des articles sur le net à propos de certains amendements très favorable à TF1 que même l’UMP n’aurait pas osé.

Montebourg a changé radicalement d’opinion depuis qu’il est ministre et a eu plusieurs entretiens avec Martin Bouygues.

Mais bon tout ça n’explique pas pourquoi il tient des propos aussi idiots, même si c’est pas les premiers. Enfin en même temps c’est pas le seul en ce moment…


#15

Tout à fait.

L'effet "girouette" de Montebourg est assez catastrophique sur le dossier de la téléphonie mobile (entre le cocorico free est français, fait gagner du pouvoir d'achat, ça dynamise la concurrence, et qui se transforme progressivement en: non en faite le monopole des gros opérateurs, c'était bien car l'état touché plein de sous pour vendre des fréquences très chers, on veut moins de concurrence, et vive BT, free c'est qu'un méchant qui fait des prix trop bas :( )


#16

oui des actions mais pas chez free xavier niel et lui sont pas trop copain


#17

Bah bouyghes lors de sa visite surprise à du lui dire que si c'est lui qui l'emporte qu'il touchera un jolie pot de vin et que si c'est numéricable bah il touchera rien et n'aura pas de cadeau à noel


#18

putain…ils me font regretter le gouvernement précédent

Mémoire de poisson rouge ?


#19

"Mais bon tout ça n'explique pas pourquoi il tient des propos aussi idiots"

Simple !

1er temps, achat d'actions Numéricable, déclaration comme quoi c'est Numéricable qui remporte la mise, vente des actions avec très belle plus value.

2ème temps, sa dernière déclaration en espérant un plongeon de l'action. Re achat avant une nouvelle remontée de l'action.

Y'a pas de petit profits. :roi:


#20

L’idée de créer un poste de ministre du redressement productif était excellente. Mais alors Montebourg, quelle connerie !! depuis le début !