Commentaires : Mark Shuttleworth : « Voir des gens brillants faire des choses brillantes grâce à Ubuntu, c'est ma fierté »

linux
ubuntu
longformat
mwc2017
canonical
Tags: #<Tag:0x00007f9210ace6b8> #<Tag:0x00007f9210ace528> #<Tag:0x00007f9210ace2d0> #<Tag:0x00007f9210ace0f0> #<Tag:0x00007f9210acdf10>

#1

14:46. Nous patientons près de l’hotesse. Je regarde l’heure sur mon smartphone : dans quelques minutes, il sera finalement 15 heures, soit précisement l’horaire du rendez-vous accepté plus tôt dans la semaine. Il en aura fallu des tours et des détours sur le stand Canonical, placé ambitieusement entre Huawei et LG, pour finalement obtenir le rendez-vous que nous voulions : l’entretien avec Mark Shuttleworth. Il faut dire que cette année, le CEO et sa firme Canonical n’étaient pas là pour la presse…. Publié sur http://www.numerama.com/tech/238172-mark-shuttleworth-voir-des-gens-brillants-faire-des-choses-brillantes-grace-a-ubuntu-cest-ma-fierte.html par Corentin Durand


#2

Difficile de se faire une idée définitive...
Le gars est sympathique, charismatique, et un peu barjo, comme tout ces grands patrons / ingénieurs...
Mais il a une chose que les autres n'ont pas et qui moi me séduit : c'est cette manière d'admettre qu'il a peut être fait des erreurs, que peut être sa vision est fausse, que peut être il vont se viander et que bin tant pis alors...
Ça change un peu des certitudes granitiques de certains.

Pour le reste, je ne suis pas compétent, je commence à peine à faire mes classes sur Ubuntu...

Reste que le petit tacle à la communauté et son esprit de clocher, je le trouve à la fois exagéré et justifié.
J'ai l'impression que les choses sont peut être moins tranchée qu'il ne les perçoit...

Corentin : fait attention, à ta relecture, il reste deux trois coquilles ans le texte :
Premier paragraphe :

comme un script prêt à s’excécuter sans la moindre erreur.

les serveurs plus maléables

il connaît et maitrîse les recoins de son OS

nos lecteurs nous ont demandé de vous poser
Là, je suis pas sur mais ce serait pas "demandés "
Il y en avait une autre, avec un accent mal placé, mais je sais plus ou :stuck_out_tongue:
Merci pour l'article !


#3

Et accessible, parce que je ne vois pas Tim Cook ou Satya Nadella accorder un interview, surtout si long, à Numerama.


#4

Au contraire, j'ai l'impression qu'il dit que lui et sa boîte son meilleur que les autres, et que ces autres sont irresponsables de ne pas le suivre.

Heureusement que le monde du libre ne compte pas exclusivement sur lui et sa conception un peu douteuse.

Quand à le qualifier de "Gourou du libre" dans l'article, c'est mal connaître ce domaine.

De même lorsque l'article parle de Linux, la contribution d'Ubuntu est ridicule comparé à des boites comme RedHat, Intel, IBM, Google...
Ubuntu ne contribue quasiment pas au noyau.
Son apport ne se situe pas à ce niveau là.


#5

Je pense que, face à des journalistes, il à eu le réflexe de ne plus rester lui même et de devenir ce super VRP, énergique, dirigiste etc. Mais mettre le devant une foule uniquement composé de développeurs technophiles avec qui il se sent en confiance, et je peux vous assurer que ce gars est 100% normal, infiniment plus accessible que beaucoup de gens. J’étais présent à une de ses conférences à Paris et franchement… Respects. Avoir autant d’argent et se comporter aussi normalement, rien que ça c’est franchement bluffant :
https://hoper.dnsalias.net/tdc/index.php?post/2009/11/30/Mark-Shuttleworth


#6

J'avais parlé à un utilisateur Fedora qui touchait un peu sa bille et qui m'avait dit qu'Ubuntu démarchait des développeurs noyaux.

Après c'est triste mais pour moi les gros moteurs du libre (en terme d'entreprise) ce sont Red Hat et Suse.
Le point postif d'Ubuntu c'est d'avoir "démocratisé" GNU/Linux.

C'est vrai que les décisions de Canonical sont controversés mais ce n'est pas forcément un mal. C'est bien mieux d'avoir le choix, cela motive le dépassement de soit et avoir le choix c'est être libre.

Actuellement, vous n’avez plus le choix. C’est soit iOS, soit Android. La communauté du libre n’a-t-elle pas manqué son rendez-vous avec le futur ?

La communauté du libre n'a clairement pas manqué son rendez-vous avec le futur quand on voit le succès d'AOSP (Android sans Google).


#7

En fait, j’ai arreté de lire là (au début donc). C’est vraiment fatiguant de voir ces descendants du mouvement open source élevés au rang de grands architectes du mouvement libre.

Du strict point de vue du libre, ces gens brassent surtout beaucoup de vent car la liberté n’est pas leur priorité (c’est bien, du moment que ça n’empêche pas de dépasser les concurrents).

Un “Gourou du libre” ne devrait jamais rogner sur la liberté. Il ne dira pas “Ok, vous voulez cette fonctionnalité basée sur des technos privatives, je vous la fournis avec mon produit.”. Il dira : “Je ne peux pas vous fournir cette fonctionnalité car elle dépend de technologies incompatibles avec le logiciel libre. Rejoignez mon combat pour qu’elles le deviennent.

Il ne s’agit pas seulement de contribuer au noyau, encore faut-il contribuer au mouvement.


#8

Oui, ma remarque sur le noyau est purement du point de vue "open source", technique, contraitement au début de mon message qui est du point de vue "libre".


#9

Je signale une faute de conjugaison :
“Je suis vraiment contrarié de voir que la communauté du libre penser qu’il était normal de s’opposer avec colère à un leadership comme le notre avec Mir”


#10

quel gachis ubuntu, avec une autre approche il aurait tout gagner


#11

Ce qui est reproché à Shuttleworth n’est pas de vouloir aller vite, mais un comportement d’enfant gâté s’il on peut dire.
Gnome3 ne se développait pas assez vite, pas tout à fait comme il aurais voulu.
Plutôt que contribuer au projet pour l’accélérer : on prend compiz, on et mes bouts de scotch et un coup de peinture et bim, ça fait unity dans son coin.
Plus le mauvais choix de forcer l’usage de unity avec des “spyware” à bord (scope amazon pendant des années)

Y a eu Ubuntu One aussi, tombé dans les mêmes travers que les concurrents propriétaires. Un serveur obscur à code fermé.

Idem pour Wayland, plutôt que contribuer au projet soutenu par la communauté et l’industrie : Mir dans son coin.

Il a contribué au libre et à GNU/Linux. Mais par la communication plutôt que le code. Ubuntu a su se faire connaitre comme aucune autre distribution et reste la meilleur porte d’entrée.

Il a fait un travail important mais s’est vautré sur un concept de base des grands projets libre : on ne jette rien, tout se recycle. Économie de temps et d’intelligence tout en faisant suivre la communauté naturellement si l’idée est bonne.
Les fork friendly ou hostiles sont légions et ne se font pas flinguer comme lui a pu l’être :
XFree86 > Xorg > Wayland
Gnome3 > Cinnamon > Mate (Gnome2)
etc…


#12

Merci pour cet interview.
Pour rebondir sur le “loupé” d’Ubuntu Touch et de la convergence, voici un post de Mark Shuttleworth (du 5 avril 2017) qui semble justement indiquer sa fin : https://insights.ubuntu.com/2017/04/05/growing-ubuntu-for-cloud-and-iot-rather-than-phone-and-convergence/


#13

J'avais ouvert une discussion à ce sujet ici :

Je ne sais pas si numerama va en faire un vrai article ou se contenter de cette mise à jour.