Commentaires : Lucasfilm repousse la sortie Star Wars : Épisode IX au 20 décembre 2019

cinéma
starwars
lucasfilm
Tags: #<Tag:0x00007f9212016f20> #<Tag:0x00007f9212016d68> #<Tag:0x00007f9212016b10>

#1

Il fallait s’y attendre. Avec la décision de Lucasfilm de congédier le cinéaste à qui le tournage de Star Wars : Épisode IX avait été confié initialement, officiellement pour des différends créatifs, et la nécessité de trouver son remplaçant au plus vite, ce qui a été fait quelques jours plus tard avec le choix de J.J. Abrams, réalisateur qui s’est déjà occupé de l’Épisode VII, le planning de sortie a été bousculé. Alors que l’on évoquait au départ une sortie en…. Publié sur http://www.numerama.com/pop-culture/288964-288964.html par Julien Lausson


#2

Alors que l’on évoquait au départ une sortie en mai puis en juillet 2019 du film qui mettra un point final à la troisième trilogie de Star Wars

Il me semble que l’épisode 8 devait sortir cet été mais qu’il a été repoussé pour que les goodies rapportent plus avec Noël.

Dans ce cas la situation est autre mais à mon avis ça les arrange aussi au final !
Plus de fromage pour Mickey Mouse !

Concernant les licenciements de réalisateur pour Star Wars ça fait quand même deux fois que ça arrive… Quelles sont les dessous de cette affaire ? Disney ne leurs laisse donc aucune liberté ce qui les pousse à claquer la porte ?


#3

Je ne pense pas. Ils auraient pu le programmer pour la fin d’année dès le départ. Ils ont moins de choix maintenant.
Peut-être qu’une sortie en fin d’année concurrence une autre production Disney.


#4

Il est déjà arrivé qu'un réalisateur soit débarqué d'un projet mais on atteint une cadence assez élevée ces dernières années. Les réalisateurs n'ont plus la latitude autrefois accordée pour des adaptations de comics par exemple. Ayant fait ses preuves sur le premier Spider-Man, Sam Raimi avait bénéficié d'une liberté totale sur le second opus. Malheureusement le cas Raimi marque aussi le début de la fin puisque Sony lui a forcé la main sur le troisième film. Depuis les exemples sont légions comme avec John Favreau et le développement chaotique de son Iron Man 2, les reshoot imposés à Ayer pour Suicide Squad, la version expurgée de Batman V Superman, les reshoot et le charcutage d'un Rogue One déjà mal parti avec une écriture médiocre... Le réalisateur type et idéal des studios est désormais le Yes Man. Avant c'était plus rare et mauvais signe. Maintenant c'est la norme en plus du diktat de plus en plus prégnant des projections test. Les responsables : le public. A trop vouloir des adaptations "fidèles", on récolte des produits formatés. Trahir le matériel d'origine donna pourtant un résultat surprenant et impactant pour les Batman de Burton par exemple. Mais non, on veut bouffer de la soupe tièdasse. Il y'a bien quelques exceptions comme James Gunn pour GOTG ou Taika Waititi pour le prochain Thor comme si l'industrie se permettait quelques prises de risque (minimes) en souvenir du bon vieux temps.


#5

Où l’art de définitivement tuer la licence…


#6

Je n’ai pas l’impression que ce soit de vouloir une adaptation fidèle le problème. Surtout que c’est très subjectif une adaptation fidèle (par exemple je trouve le Spider-man de Raimi bien plus fidèle au comics que les nouveaux, et les Star Treck actuels ne sont pas perçu comme fidèles).
Je pense que c’est surtout la motivation de maximiser les profits qui pousse à faire des films tiédasses qui ne déplairont à personne, à défaut de plaire pour leurs qualités.


#7

Ce sujet a été automatiquement fermé après 60 jours. Aucune réponse n'est permise dorénavant.