Commentaires : LimeWire reconnu coupable du piratage réalisé par ses utilisateurs

p2p
justice
piratage
limewire
Tags: #<Tag:0x00007f920bfbf500> #<Tag:0x00007f920bfbf320> #<Tag:0x00007f920bfbf118> #<Tag:0x00007f920bfbeee8>

#1

Dans une affaire qui semble interminable, les majors ont remporté leur première victoire. Une cour fédérale américaine a estimé dans un jugement en référé que Lime Group, l'éditeur du logiciel de P2P LimeWire, était responsable des infractions au droit d'auteur qui ont lieu lorsque des utilisateurs téléchargement et partagent des chansons illégalement avec le logiciel.

L'affaire date de 2006, et semblait mal engagée pour l'industrie musicale. Pour juger l'éditeur coupable de complicité de contrefaçon, la jurisprudence américaine exige de démontrer l'existence d'un comportement actif qui vise à inciter les utilisateurs à se servir de l'outil pour pirater. Mais LimeWire avait multiplié les informations préventives à l'égard des utilisateurs et même mis en place un filtre optionnel contre le téléchargement de fichiers MP3.

Cependant, le juge Kimba Wood du district de New York a trouvé que LimeWire avait été optimisé pour "s'assurer que les utilisateurs puissent télécharger des enregistrements numériques, la majorité d'entre eux étant protégés par des droits d'auteur". Il a également jugé que LimeWire "assiste les utilisateurs dans la commission d'infractions", et qu'il faisait la publicité de son logiciel auprès d'utilisateurs "prédisposés à commettre des infractions" (sic). L'éditeur est déclaré coupable de contrefaçon et de concurrence déloyale.

La RIAA, qui représente les majors de l'industrie du disque, s'est bien sûr immédiatement félicitée de cette "victoire extraordinaire pour la communauté créative tout entière".

La peine n'a encore été fixée, le tribunal devant réunir les parties le 1er juin. Un appel du jugement est apparemment impossible dans le type de procédure (summary judgement) employé.

Par ailleurs, aux dernières nouvelles, LimeWire est toujours poursuivi en France par la Société Civile des Producteurs de Phonogrammes en France (SPPF), aux côtés de l'éditeur du client BitTorrent Vuze, et de Sourceforge, qui héberge le code source du client P2P Shareaza.

Mais même si LimeWire était condamné, le jugement n'aurait absolument aucun effet pour le P2P. Le logiciel étant open-source, des versions alternatives circulent déjà depuis longtemps, comme FrostWire. Et il existe surtout beaucoup plus de logiciels avec lesquels les internautes peuvent s'échanger des fichiers.

Lire la suite


#2

Des sociétés riches à flots qui condamne un logiciel libre et gratuit…

Mais où va le monde ?


#3

"et de Sourceforge, qui héberge le code source du client P2P Shareaza."

Je ne vois pas pourquoi sourceforge est poursuivi.


#4

Bientôt on va interdire les logiciels p2p sous prétexte que l'on ne télécharge pas le dernier Lorie légalement...

On devrait aussi interdire Firefox qui me permet de voir des sites pédophiles et nazis. Et je propose de supprimer VLC qui permet de lire des videos pédophiles et téléchargées illégalement.


#5

Je crois qu’il est temps de faire, ou refaire, la révolution !


#6

cqscsdcvsd


#7

alors on peut porter plainte contre bmw audi porsche etc puique certains conducteurs dépassent les limitations de vitesse, non?


#8

A côté, la NRA et les vendeurs d’armes de poing ne sont pas inquiétées, alors même qu’elles visent commercialement des populations prédisposées à commettres des infractions.

Je ne vous parle même pas des vendeurs de couteaux de cuisine, les salopards !


#9

Qu’est ce que tu veux le partage et la liberté c’est le mal. Si on avait pu stoppé le partage dès l’origine, ça nous aurait permis de ne jamais avoir appris à lire, on n’aurait jamais eu à écouter de la musique, et on aurai jamais eu de chaine de télévisions, et on aurait jamais contruit de ville, ni de routes. Aucun échanges culturels. En un mot le paradis version industrie musicale. Tout au mains d’un seul homme qui garde tout pour lui jusqu’à sa mort pathétique. Au final on finirais presque par apprécier leur point de vue. Soyons cons ça nous évitera de réfléchir et accessoirement d’être libre.


#10

[quote name='JaHimself' date='14/05/2010 - 16:44' timestamp='1273848280' post='1211064']Si on avait pu stoppé le partage dès l'origine, ça nous aurait permis de ne jamais avoir appris à lire, on n'aurait jamais eu à écouter de la musique, et on aurai jamais eu de chaine de télévisions, et on aurait jamais contruit de ville, ni de routes. Aucun échanges culturels.[/quote]
La collectivité (nous tous) payons pour qu'on enseigne la lecture à nos enfants. On n'a jamais pu écouter autant de musique légalement et gratuitement que maintenant (chaines télé spécialisées, radio, web radio, ...), même chose pour la télé. La construction des villes ou des routes n'est possible que parce que chacun paye, d'ailleurs les routes et les ponts étaient destinés pour beaucoup aux échanges commerciaux et nécessitaient pour le paiement d'une taxe... Les échanges culturels n'ont jamais été aussi nombreux (spectacles en salle, de rue, régionaux, ...), accès aux musées, entretient des bâtiments historiques.

Il me semble au contraire que le partage légal n'a jamais été aussi important. Et c'est sans compter sur la facilité de réaliser des copies numériques en usant de l'exception pour copie privée.

Le problème de la liberté de partage, que beaucoup revendiquent, c'est qu'elle porte essentiellement sur des productions commerciales très éloignées de la culture, de la soupe pour des populations éduquées à consommer ce type de produits : block-busters, albums de Gaga, ... L'éducation ou la lobotomie de ces 3 dernières décennies a tellement bien marché financièrement que les majors se sont prises au piège.


#11

[quote name='Croux' date='14/05/2010 - 18:23' timestamp='1273854193' post='1211107']

Il me semble au contraire que le partage légal n'a jamais été aussi important. Et c'est sans compter sur la facilité de réaliser des copies numériques en usant de l'exception pour copie privée.

[/quote]

Aaaarrrrffff !

En contournant les DRM, c'est cela ? Ignorerais-tu que c'est interdit depuis le vote de la DADVSI ?

Bref, tu es toujours égal à toi même dans le trollage !

Mais enfin ta tirade doit vouloir justifier le maintien de la taxe pour copie privée ...

On est maintenant très habitués à ce genre de commentaires de ta part.

:biggrinthumb:


#12

[quote name='Natasha' date='14/05/2010 - 18:37' timestamp='1273855071' post='1211113']En contournant les DRM, c'est cela ? Ignorerais-tu que c'est interdit depuis le vote de la DADVSI ?[/quote]
Justement non, ce n'est pas interdit dans le cas de l'interopérabilité : comme par exemple pour la lecture sur un lecteur mp3 / mp4.

Par ailleurs il n'y a aucun DRM lorsqu'on enregistre le flux d'une webradio qui diffuse en mp3.

Aaaarrrrffff !
[...]
Bref, tu es toujours égal à toi même dans le trollage !
Mais enfin ta tirade doit vouloir justifier le maintien de la taxe pour copie privée ...
On est maintenant très habitués à ce genre de commentaires de ta part.
:biggrinthumb:

Plus le temps passe et plus la substantifique moelle disparait et laisse place à une pâtée indigeste de trolls.


#13

Je roule avec de l’essence Total et une voiture renault, donc si je tue quelque avec ma voiture, ses 2 sociétés peuvent reconnu coupable. Intéressent. A croire que les juges est les politiciens ne réfléchissent plus.


#14

Parce que les politiciens ont déja réflechi ? Les juges je veux, mais certains politiques…


#15

Ce sujet a été automatiquement fermé après 60 jours. Aucune réponse n’est permise dorénavant.