Commentaires : Liberté d'expression vs droit à la personnalité : un site peut-il parodier le programme de Macron ?

présidentielle2017
justice
emmanuelmacron
droitd'auteur
Tags: #<Tag:0x00007f920beaf6d8> #<Tag:0x00007f920beaf4f8> #<Tag:0x00007f920beaf390> #<Tag:0x00007f920beaf200>

#1

En 2012, sur Numerama, l’affaire du nom de domaine détourné de François Hollande — un internaute avait acheté Hollande2012.fr pour conduire les internautes sur le site de l’UMP — faisait grand bruit. Mais la loi française qui s’applique à travers l’Afnic et les magistrats sur tous les domaines en .fr avait rapidement permis au candidat de retrouver ce nom de domaine. En effet, il ne faisait aucun doute que celui-ci avait été créé pour lui nuire. CC Mutualité Française Aujourd’hui,…. Publié sur http://www.numerama.com/politique/240822-liberte-dexpression-vs-droit-a-la-personnalite-un-site-peut-il-parodier-le-programme-de-macron.html par Corentin Durand


#2

Il ne faut pas exagérer, ça aurait une influence nulle sur la campagne.


#3

Or c’est ici que l’affaire devient encore plus subtile : en parodiant le site d’un éventuel programme de M. Macron, M. Jolivet expose le lecteur à une probable tromperie.

-les côtés parodique et d’opinion sont clairement mis en avant, dès les 1er mots (PROJEEEEEEET, impossible de le trouver etc.), comme le montre votre capture (sans crédits, encore une fois).
-l’avocate y va au bluff et joue sur la crainte d’avoir affaire avec la justice, puisqu’il semble, de ce que vous en dite, que c’est bien le seul point d’attaque (le manque de visibilité de l’aspect parodique)
-l’usage du patronyme dans le nom de domaine est plus que justifier, puisqu’il s’agit d’un candidat; Que je sache, même s’il représente un parti, ce n’est pas le parti qui est candidat, mais la personne elle-même

Le pire qu’ils pourraient faire c’est effectivement de porter plainte, ils s’exposeraient non seulement à une défaite (les pauvres arguments présentés ici sont sans aucun fondement), mais pour peu que le contradicteur l’ai un peu mauvaise à une nouvelle action en justice (pour réparation par ex).


#4

Merci Streisand :smiley:


#5


#6

Pour le parodier faudrait déjà qu'il ait un programme
(je connais la sortie)


#7

Oui nan mais je l’avais lu hein :slight_smile:
Je ne suis par contre pas d’accord avec la conclusion de cette partie justement, puisque l’utilisation du patronyme me semble au contraire tout à fait justifier “et d’un intérêt légitime”, ceci s’ajoutant à ce que l’article de numérama explique plus tôt, à savoir que le blog n’est pas calomnieux, clairement présenté comme parodique, et fait étalage d’arguments allant à l’encontre du-dit candidat.


#8

Le média du numérique encore coincé dans la nomination droite-gauche en politique.

HuffingtonPost qui se plaint de propagande? C'est une blague? Ce "journal pro LGBT qui abuse de clickbait voir de "fake news" pour faire du click?

Les fameux défenseurs de la liberté d'expression qui se plaignent limite d'une parodie. ,Des parodies sur tous les candidats, on en trouve facilement sur le net mais seul "En marche (vers l'esclavagisme)" devrait avoir la légitimité de porter plainte?

Pour le porte-parole, la notoriété d’un nom augmenterait même le poids juridique de l’ayant droit.

Je rêve où il dit clairement que la justice est soumise à des politiques et qu'elle utilise le "deux poids, deux mesures"?

Pendant ce temps-là, chez En Marche, on démine précautionneusement ce piège prêt à exploser qui pourrait laisser entrevoir un côté peu appréciable d’un homme politique : l’usage au forceps de la justice pour gérer son image

Il n'est plus à ça près, même Mélenchon est plus sympathique que Macron tellement il sonne faux.


#9
  • squatting pur et simple… je vois même pas où est le débat…

#10

Je n’ai pas compris une seule phrase.


#11

Ce sujet a été automatiquement fermé après 60 jours. Aucune réponse n’est permise dorénavant.