Commentaires : Les films de cinéma seraient "de première nécessité", mais il ne faut

piratage
hadopi
licenceglobale
dadvsi
Tags: #<Tag:0x00007f92121f0da0> #<Tag:0x00007f92121f0b20> #<Tag:0x00007f92121f07b0> #<Tag:0x00007f92121f0468>

#81

Je ne te demandais, rien, mais bon, puisque tu me concernes, je vais te répondre …

Mais non, ne sois pas si modeste d’apparence, c’est toi qui est connu ici pour être le “Le Pen intolérant” de ce forum et qui a un avis sur tous les sujets abordés !

Au fait, t’es au chomdu ou en longue maladie, pour avoir le loisir de passer ta vie, comme tu le fais, sur les forums de Numérama ?

:finishim:


#82

Youhou, les deux furax du forum réunis, ça sent le fil qui va aller loin !


#83

Ca aurait pu aller plus loin si au lieu de te réfugier dans la forme et les attaques ad nominem tu avais juste répondu à ma question.

Qui pourri le forum ? qui trolle en éludant les questions ? Je pense que la réponse est claire :)


#84

Cette news en même temps que celle sur le procès de Blackistef !!!

Ils viennent chialer !! Blackistef aurait bien besoin d'un toit dans quelques temps (tant qu'on parle de première nécessité). Qu'ils crèvent eux et leurs cinémas.


#85

Ils ont bien raison, on devrait mettre aussi la Rolex à 5,5%, faut pas oublier qu’à 50 ans si t’as pas de Rolex, c’est que t’as raté ta vie, c’est donc un produit de première nécessité.


#86

[quote name='M4khno' date='08/11/2011 - 11:17' timestamp='1320747422' post='1409005']Un bel article populiste et démagogique cousu d'amalgames et de confusions. Tout le savoir faire de Numerama, comme souvent : bienvenue dans l'obscurantisme. La culture ? Mais pour quoi faire ?[/quote]Ces lobbys ne représentent pas une tranche de la création ou de la culture (le cinéma, entre autres) mais le divertissement. Rien de plus. Le divertissement n'est pas vital pour un être humain. Point.


#87

[quote name=‘gofer_’ date=‘08/11/2011 - 18:56’ timestamp=‘1320774960’ post=‘1409281’]Ces lobbys ne représentent pas une tranche de la création ou de la culture (le cinéma, entre autres) mais le divertissement.
[/quote]
Il n’y a pas de différence claire entre les deux.
Le divertissement d’un jour devenant fréquemment la culture du lendemain.

Quoiqu’il en soit, culture ou divertissement, ça ne mérite pas une TVA réduite pour autant. Les bibliothèques sont là pour la culture et la télé pour le divertissement.


#88

Les films de cinéma seraient "de première nécessité", mais il ne faut pas les partager

Non mais c'est parce qu'on n'a pas la même définition de la "première nécessité".

Pour nous, une nécessité première, c'est remplir un besoin fondamental pour la vie et la survie de l'être humain. (En ce sens dire que le cinéma en est un est un poil exagéré tout de même).

Pour un acteur de l'industrie culturelle, "nécessité" se comprend comme "nécessité de faire des bénéfices et du profit par la marchandisation de ce qui devrait appartenir à tous", et en ce sens, c'est effectivement incompatible avec le partage et la gratuité.


#89

Il serait peut-être temps de rappeler à tous ces parasites, de l’industrie culturelle cette phrase d’

André Malraux : “La culture ne s’hérite pas, elle se conquiert”.


#90

vous allez voir: ils vont donc nous annoncer une augmentation des prix des dvd, blu-ray, cd audio et compagnie...

reste que la pénurie actuelle des disques durs et donc leur augmentation de prix devrait rapporter un complément aux éditeurs du fait de la taxe pour copie privée.


#91

Il n’y a pas de différence claire entre les deux.
Le divertissement d’un jour devenant fréquemment la culture du lendemain.
[/quote]

Chronologiquement, c’est le plus souvent l’inverse : la culture devient divertissement, quand les marchands du temple investissent les lieux…


#92

l'article n'est peut-être pas abordé sous le bon angle et prend quelques raccourcis qui le rend quelques peu confus avec un soupçon de démagogie en effet. il aurait mieux valu mettre en évidence l'incohérence des décisions du gouvernement dans sa lutte contre le téléchargement d'oeuvres protégées par le droit d'auteur.
en effet, avec Hadopi d'un côté et l'augmentation de la TVA de l'autre, le Fillon veut à la fois décourager le téléchargement par le biais de la riposte graduée et en même temps prend le risque d'inciter les gens à se détourner des offres légales par l'augmentation du prix de celles-ci (ce que l'ARP et ses copains ne manqueront sans doute pas de faire).
avec l'augmentation des prix, l'ARP flippe que l'internaute moyen ne se remette de plus belle au "partage de biens culturels".


#93

ils se plaignent que les gens partagent " illégalement " et ils augmentent le prix de la place
ils ont de la semoule dans le cerveau
bon , maintenant vu les films français qui sortent , ce n'est pas avec moi qu'il vont gagner de l'argent .
Ce n'est pas parce que il y a beaucoup d'entrées que le film est bon , combien en ressorte en disant que s'il avait su ........
on interviewe un panel à la sortie du cinéma le premier jour , un petit montage en rentrant pour garder que les convaincus et un ou deux " j ' aime pas " pour faire croire à la pluralité du sondage et hop un petit JT pour booster la promo .Et le tour est joué


#94

Tu risques d’être surpris…
Quand je discute, ce sont avec les artistes, avec les créateurs; pas les maisons de disques ni les industries.

Parce qu’ils l’ont voulu. Viens avec moi en réunion, tu verras que ce sont les premiers à dire “on ne veut pas s’occuper de cela”. Pas nous.

Oui.
Un contrat n’est jamais signé de force.
Je pense que tu te fais avoir par un discours ambiant.
Qu’Universal utilise de son poids pour pousser les contrats pour eux, très certainement. Mais l’artiste reste libre de refuser les contrats. Je sais pas où tu as vu qu’une personne ne soit pas maître de signer ou de ne pas signer un contrat.

Que certains contrats ne rentrent pas dans les critères de certains artistes.
Chacun fait son choix. Comme toi qui préfère signer un contrat de crédit avec telle banque plutôt qu’une autre, par exemple.

Tu prêches un convaincu.

Je pense que tu te trompes.
Les intermédiaires techniques existeront toujours.
Un musicien ou un réalisateur n’est pas forcément un technicien.
Quand un musicien va dans une régie, y’a des techniciens derrière. Ces gens sont les “intermédiaires techniques”.
Après, quand il faut vendre la musique ou le film, y’a des vendeurs pour cela. Ce sont aussi des intermédiaires.
Il faut placer son musicien ou son acteur dans les bons projets, c’est le job d’un autre intermédiaire (sauf si tu sais déjà le faire)
Cela ne te plait peut-être pas, mais c’est le job de chacun.

Il arrive parfois que le musicien ou le réalisateur sait faire tout : de la technique jusqu’au marketing.
Mais c’est rare. Et encore, la plupart du temps, il est obligé de déléguer des parties qu’ils ne maîtrisent pas.

Exemple pour toi : tu sais tout faire dans ta vie ?
Si je te demande de changer le moteur de ta voiture, tu sais le faire ?
Tu saurais écrire une partition de musique ?
Sais-tu vendre ta ou tes créations ?
Si tu me dis “oui” à chaque. C’est soit tu es un génie, soit tu n’es spécialisé dans aucun.

mes salariés. :)
C’est drôle, tu ne sais même pas ce que je fais, mais tu m’imagines déjà dans un registre.
Ca devient une coutume ici :)

Je ne comprends pas alors : tu me dis que les intermédiaires sont caducs mais tu me dis que tes connaissances artistes en ont besoin parce qu’ils n’ont pas le choix. Donc les intermédiaires sont toujours utiles ? :)

Les artistes restent toujours maître de ce qu’ils font dans leurs vies : Y’en a certains qui acceptent de signer “avec le diable”. D’autres qui refusent les modalités de signature. Bizarrement, ceux qui refusent ont beaucoup plus d’envergure pour les négociations futurs avec les majors.

Après tout, c’est un peu comme tout : quand tu sens que le mec en fasse de toi veut signer à tout prix, pourquoi tu te priverais pour ne pas pousser tes revendications : et cela va dans les deux sens. Si une major veut absolument un artiste, il peut les deals très-très loin. Cela s’appelle de la négociation.

Mais beaucoup d’artistes n’aiment pas négocier, et donc préfère partir dans la facilité.


#95

[quote name=‘U. Harkogansk-Malatesta’ date=‘08/11/2011 - 14:12’ timestamp=‘1320757948’ post=‘1409119’]
Mais en général, l’intégralité des créateurs et techniciens est payée même avant que le film ne sorte dans les salles. ça veut dire qu’ensuite, on est dans le R.O.I., pas dans le droit d’auteur. Et comme les salles de cinéma n’ont jamais été aussi pleines, je pleure pas non plus sur la santé des sociétés de production.[/quote]

Tous les films ne sortent pas en cinéma.
Le direct-to-video indique que beaucoup de production ne passent ni à la télévision, ni au cinéma.
Quand au santé des sociétés de production, est-ce que tu as une analyse claire et saine pour prétendre cela ? :)
(je ne dis pas que tu as tort, je te demande juste tes références pour le dire)


#96

Disney n’est qu’un exemple. Imagines que tu créés une oeuvre. Que tu l’exploites commercialement parlant. Si après 10 ans, cela tombe dans le domaine public (pourquoi pas hein), est-ce que tu apprécierais qu’un mec à côté de toi se fasse de l’argent sur ton dos sans te reverser un sous ? question ouverte. Si tu me dis “oui”, ok, pas de soucis.


#97

[quote name='nikon56' date='08/11/2011 - 14:52' timestamp='1320760340' post='1409143']
[quote name='BenjaminG' date='08/11/2011 - 12:45' timestamp='1320752732' post='1409063'][quote name='Guillaume Champeau' date='08/11/2011 - 12:18' timestamp='1320751125' post='1409043'][quote name='BenjaminG' date='08/11/2011 - 11:31' timestamp='1320748265' post='1409016']Il est toujours drôle de se cacher derrière "le partage de biens culturels" quand on veut simplement parler de téléchargement illégal.[/quote]

Ce n'est illégal que parce que la loi le décide. Ce que la loi fait, la loi peut le défaire. Le partage, lui, restera. Qu'il soit légal ou non.[/quote]

Je sais que tu veux légaliser le téléchargement d'oeuvres soumis aux droits d'auteurs. C'est un peu ton leitmotiv depuis les lois en "i".

Mais jusqu'à présent, ce que tu appelles "partage de biens culturels" (généralement soumis aux droits d'auteurs) relève du téléchargement illégal.

Que t'es envie de partager tes photos de vacances, c'est ton problème. Si tu partages les oeuvres "soumis à des contrats de distributions et de diffusions", là, c'est un autre problème. Ne mélange pas tout.[/quote]

non.

ce qui est illegal, c'est la mise a disposition, le partage, pas le téléchargement.

ensuite ils s'agit bien ici de biens culturels non?

donc c'est bien du partage de biens culturels (apres, qu'il soit legal ou non, c'est a la justice de le dire, et a elle seule)
[/quote]

De mettre à disposition sans avoir l'autorisation des ayant-droits (donc les artistes), cela reste illégal.
Si tu mets à disposition une de mes photos prise avec amour sans me demander mon autorisation, ca serait pareil.
N'appellons pas "partage de biens culturels" quand on met à dispo la copie des Transformers3-TS-XVID hein :)

UPDATE:
Ok, tu voulais faire la différence entre "téléchargement" qui reste neutre et légal et "mise à disposition d'oeuvres soumis aux droits d'auteurs" sans en avoir l'accord; qui lui ne l'est pas.


#98

La fonction edit ça existe ... Non seulement je me tappe tes pavés plusieurs fois, mais maintenant j'ai même plus envie de donner mon avis sur ces cons de l'ARP.

[quote name='WickedFaith' date='08/11/2011 - 18:59' timestamp='1320775162' post='1409284'][quote name='gofer_' date='08/11/2011 - 18:56' timestamp='1320774960' post='1409281']Ces lobbys ne représentent pas une tranche de la création ou de la culture (le cinéma, entre autres) mais le divertissement.
[/quote]
Il n'y a pas de différence claire entre les deux.
Le divertissement d'un jour devenant fréquemment la culture du lendemain.

Quoiqu'il en soit, culture ou divertissement, ça ne mérite pas une TVA réduite pour autant. Les bibliothèques sont là pour la culture et la télé pour le divertissement.[/quote]

La culture peut être assimilée au divertissement (et vis versa), mais ça n'est pas toujours le cas, il suffit d'allumer sa télévision pour s'en convaincre.


#99

“Les cinéastes de L’ARP s’étonnent que le gouvernement français ne considère pas que les biens et service culturels constituent des biens de première nécessité, particulièrement en temps de crise, où la culture demeure un refuge de l’esprit”

En gros en crise, la culture doit être un refuge. Un refuge c’est un endroit ou l’on s’enferme quand la réalité exterieure est trop difficile. C’est donc l’opposé de la culture au contraire, qui lorsqu’on se trouve enfermé, nous permet de nous ouvrir aux autres et à de multiples horizons. C’est de la propagande, leur culture est une culture totalitariste qui vise à rend les inapte à réfléchir et à comprendre le monde qui les entoure et notamment que les personnes qui ont prononcer ces mots leurs veulent du mal.


#100

En fait, le seul vrai problème de cette hausse concerne les livres, car leur prix est fixe partout en France. Soit le libraire perd 1,5% sur la vente, soit l’éditeur perd 1,5%, en fonction du type de contrat entre les deux, mais pour nous, ça ne change rien.
La place de ciné, elle, peut passer de 100 euros à 101,50 euros du jour au lendemain.