L'école, ce sont les mauvais élèves qui en parlent le mieux

education
Tags: #<Tag:0x00007f920bd5b318>

#1

Dans un documentaire, d’anciens mauvais élèves font une description sévère et passionnante de l’école

http://www.slate.fr/story/143426/ecole-mauvais-eleves


#2

On comprend pourquoi l'auteur de l'article s'est sentie concernée.

1ère phrase : "Le documentaire Mauvais élèves (en salles ce 12 avril) donne la parole à ceux qui ont beaucoup souffert à l’école, s’y sont immensément ennuyé, se sont révolté et ont beaucoup, beaucoup, réfléchi au système scolaire, à la pédagogie et à la condition d’élève."


#3

Il n’y a pas d’erreur dans cette phrase


#4

Vraiment ?.
Pour ma gamine, j'avais trouvé ce bouquin

Parfait pour apprendre les accords en genre et en nombre après le verbe être :slight_smile:

  • Ils s'y sont ennuyéS
  • Ils se sont révoltéS

#5


#6


Au lieu d’être condescendant…


#7

ils se sont ennuyés, ils se sont révoltés mais ils se sont plu et ils se sont nui

La règle expliquée

ou plus simplement :
il a ennuyé qui ?
il a révolté qui ?
il a plu à qui ?
il a nui à qui ?


#8

«si Pythagore était quelqu’un, racontez-le nous!»

Pour moi c’est la clef de ce qui a manqué pour m’intéresser sérieusement à certaines matières, un lien direct et transversal entre chaque discipline.

Par contre l’article s’en tient à des généralités et ça ne casse pas trois pattes à un canard. Des élèves qui n’aiment pas l’école, qui s’ennuient et une éduc’ nat’ à la ramasse.

Il manque dans cet article un élément essentiel : l’environnement scolaire, le rapport familial avec l’école et les relations entre élèves.

  • Je voudrais voir le témoignage d’une élève brillante qui, cible de moqueries, aurait sabordé ses résultats pour se conformer aux veaux de sa classe.
  • Je voudrais voir le témoignage d’une élève potentiellement brillante, qui grandit avec des gros handicapés de la vie en survert’ Tachini et Nike Air et qui, grâce à ses efforts, se retrouve dans un lycée d’un niveau nettement plus élevé et qui se retrouve donc (ne serait-ce que de façon temporaire) en queue de peloton.
  • Je voudrais voir le témoignage d’un mec que j’ai connu, un peu bébète mais pas méchant, de bonne volonté, qui s’en est prit plein la gueule par l’instit’, faisant de l’idiot du village une bête de foire et un défouloir.
  • Je voudrais voir le témoignage d’un mec éminemment littéraire avec tellement de capacités qu’il aurait été dommage qu’il n’aille pas en filière scientifique, et qui donc part se ramasser en filière scientifique. [cette forme d’orientation est un de nos cancer]
  • Et enfin, tout simplement, le témoignage de cancres plus ou moins assumés, pas bêtes mais gros branleurs, qui s’accommodent assez bien de ce statut.

J’ai validé tout les critères pour faire partie de la dernière proposition. Cancre pur et dur, malgré des capacités dignes d’un Einstein (:grin::sweat_smile:), une famille d’intello et un père Enseignant le Français. J’ai toujours profondément détesté l’école, mais j’ai fait le job… quand c’était nécessaire : Diplômes à valider.

Le mauvais élève n’a pas que des désavantages, pour peu qu’il sache se faire oublier au fond de la classe, près d’un radiateur (et de la fenêtre) et qu’il sache s’occuper tout seul, on peut ainsi survoler certains cours sans trop de douleurs. A partir du collège j’ai commencé à avoir des centres d’intérêts (Amiga, Jeux de rôles, dessins) qui m’occupaient, me stimulaient et me poussaient à apprendre des choses pas du tout prévues au collège. J’ai planté la 5eme et la 3eme.

Bref, je pouvais vivre ma petite vie dans mon coin sans qu’on vienne trop m’embêter. Car l’objectif à atteindre est ici : se faire oublier. Contrairement aux têtes de classe, à qui on demande de toujours être au top, les guignols du fond on finit par ne plus trop rien leur demander. C’est le début de la liberté !:smile:

Même chose au lycée. Dans la vie t’as ceux qui font, et ceux qui observent. Moi j’observe. Quand t’es en fond de classe, tu as un regard circulaire sur toute la salle de classe. Si t’es devant tu ne vois rien. Au saloon, les vrais cow-boy sont toujours dos au mur face à l’entrée, pour parer à toute éventualité. Bein la c’est pareil. Bon, bref, je me suis bien marré au lycée. Mais j’ai planté la 1ere.

Ha tiens, une dernière chose, quand t’es un cancre de fond de la classe et que par miracle, parfois, t’es motivé et que tu as rendu un chef-d’œuvre, l’enseignant est partagé entre incrédulité, admiration et colère.

Pour l’oral du bac de Français (omg c’est loin), j’avais cartonné sur mon texte. L’examinateur a eu un doute par rapport au dossier qu’il avait sous les yeux. Marrant ^^. J’ai eu une note excellente.

J’ai développé tout ça car le cancre de type professionnel acquiers par la suite des compétences qui lui serviront dans la vie : savoir vivre pendant des années avec queudale, sans travailler, chopper n’importe qu’elle aide sociale, vivre aux frais de la princesse sans se faire trop remarquer.

On peut donc en conclure que le cancre professionnel fera un excellent parasite social. :smile:


(je précise que j’ai eu des relations familiales particulièrement difficiles à cause de ma scolarité.)


#10

Ok je te l’accorde. Il n’empêche que ce n’est pas une règle triviale de français.


#11

La règle n'est pas compliquée :
Si le verbe est exclusivement pronominal (s'enfuir, se souvenir, ...), le participe passé s'accorde toujours
Si le verbe est occasionnellement pronominal (laver/se laver, jeter/se jeter, ..., c'est la même règle que pour le verbe avoir d'accord avec le COD s'il est placé devant.
Elles se sont lavées et elles se sont lavé les mains
Elles se sont embrassées et elles se sont parlé


#12

Encore faut il s'en rappeler et là on est pas tous égaux en terme de mémoire cérébrale.


#13
  • j'aime bien ce genre de récit.
  • perso j'étais atypique : tête de classe, mais insolent et fouteur de merde. Là ils savent pas gerer les profs ....

  • par exemple, je m'amuse à avoir 20/20 de moyenne en science, 19/20 en math... et 1/20 en espagnol ou éco. Ils sont obligé de laisser passer un mec comme ça... remise des carnets : si tu travaillais un peu plus, tu serais bien meilleur... réponse : et pourquoi faire je serais meilleur ? ... gros malaise :open_mouth: difficile d'enchainer le blabla habituel avec les suivants...

  • bref, j'aimais bien l'école, mais détaché, comme une expérience sociale, un laboratoire vivant. Je suis d'accord avec toutes tes remarques (le fond de classe, le saloon, tellement vrai !)... sauf que je schématiserais en 2 groupes : ceux qui subissent et ceux qui dirigent leur barques.

#14

Durant mes étues supérieurs, je suis allé en cours jusqu’à noel… et c’est tout. J’avais récupérer les cours sur l’intranet, je bossais chez moi, et j’allais uniquement aux partiels. J’ai fini dans les 20 premiers sur une promo de 250. J’avais largement la moyenne aux partielles.

Mon dossier est passé en commission, la plupart des profs voulaient me virer, J’ai eu des examens supplémentaire en septembre bien plus durs / avec des oraux an plus notamment, surtout car 3 profs se sont battus pour moi, contre d’autres qui soit s’en foutaient, soit n’acceptaient pas qu’on puisse réussir sans eux… Au final, avec une moyenne de 16 aux examens finaux, j’ai été autorisé à redoubler, mais sans avoir le choix des options / spécialisation, dans celle d’un des profs qui m’a repêché qui était devenu chef du département sur la nouvelle année, juste pour avoir le bout de papier, le diplome validé officiellement, alors qu’on me l’aurait pas donné pour “trop souvent pas la, même si il passe les examens haut la main”. Leur discours, c’était que “'javais de la chance”, l’examen est tombé que sur les questions que je connaissais, c’est impossible de connaitre tout le programme, par soit même, sans eux…

J’ai eu le bac avec seulement 2 notes au dessus de la moyenne: math / physique : 18 et 19 en S spé math. Au lycée, le prof de physique s’amusait à m’enlever des points pour l’orthographe ou la propreté (le blanco :D) pour pas mettre tout le temps des 20…

En Français, une fois, y’a eu une dissertation en classe (d’habitude à la maison), j’ai du 19 contre 6-7 d’habitude, la prof toute étonnée: je lui ai sorti que j’avais rien à faire en classe, alors que chez moi, j’avais autre chose à faire, ça me prenait 10 minutes à faire, la j’avais 1h à passer ^^). J’ai adoré sa tete complément désabusé :smiley:

Même discours: mais tu pourrais avoir mieux, blabla,… mais pourquoi faire mieux alors que ça suffit, et c’est plus rapide ?


#15

[quote=“Chitzitoune, post:14, topic:44982”]
En Français, une fois, y’a eu une dissertation en classe (d’habitude à la maison), j’ai du 19 contre 6-7 d’habitude, la prof toute étonnée: je lui ai sorti que j’avais rien à faire en classe, alors que chez moi, j’avais autre chose à faire, ça me prenait 10 minutes à faire, la j’avais 1h à passer ^^). J’ai adoré sa tete complément désabusé :smiley:
[/quote]Il m’est arrivé un truc trop équivalent ! :smile:

Au Collège, une rédac’ à faire chez soi. C’était l’époque de l’élection des délégués de classe (décidément, toujours entrain de voter ces Français… :wink: ) et nous devions faire un discours “politique”, “si vous votez pour moi, nanani nanana…”. Le sujet m’avait fait marrer et, promis, juré, craché, j’avais fait ça tout seul comme un grand… (et j’avais placé un “certes je n’ai pas toutes les qualités requises…” du plus bel effet.:sunglasses:)

Bilan des courses et commentaire de la prof : “Très bon travail mais est-ce vraiment de toi ?” (sous entendu c’est tes parents qui l’ont pondu).

Wah putain mais vazy nique ta race !!! FUUUU !!!


#16

Bah cet "exercice" m'avait assez marqué, car la prof a commencé par dire: voila, ça va etre dur, y'aura SEULEMENT une heure pour le faire, ça sera en classe..... mais chez moi, j'y consacre 15 minutes max.... Pour elle, 1h, c'était "juste" faire le plan, un brouillon, etc..... Elle a dit que si j'avais rendu ça en devoir à la maison, elle m'aurait mis une bulle pour l'avoir pompé / fait par un autre...

Fallait faire un essai, sur le journal intime d'un gars qui tombait dans la folie, devenait parano, "voyait" des monstres, etc.... :sweat_smile:

J'étais quelqu'un qui était "bon" en note, mais très fainéant, qui faisait pas de devoirs à la maison. J'écoutais / lisais une fois, je comprenais, et en sortant de la classe, c'était bon, pas besoin de plus. Ca été "dur" vers les 22-23 ans, quand j'ai du pour la première fois "apprendre" des leçons, car juste les lire / écouter une fois, ça suffisait plus à les comprendre du premier coup (mais les sujets / domaines m'intéressaient)

Personnellement, le pare-coeur, les trucs "bêtes et méchants" (genre les langues, c'est comme ça et stou ^^), y'avait rien à comprendre, j'avais beaucoup de mal. Mais tout ce qui était math, physique, sciences nat, info, .... c'était trivial car y'avait un mécanisme "logique" à comprendre.

J'ai même faillit redoubler le CP car "pas assez mature, il pense qu'à jouer et s'amuser, il veut pas apprendre" (alors que appendre et s'amuser, c'est pas opposé, c'est pas forcement un truc chiant et rébarbatif, au contraire)


#17

J’ai eu droit à la même remarque sur une copie de français au lycée.

J’ai une écriture irrégulière et dégueulasse et une orthographe lamentable, ça faisait toujours très mauvais effet quand un prof voyait ma première copie (et aussi lors des concours et examens).
Cette année là, le premier devoir de français était à faire à la maison, un peu comme les témoignages plus haut je ne m’était pas foulé et j’ai eut une note pas terrible (genre 8/20).
Mais ma fainéantise s’est retourné contre moi car j’ai eut obligation d’assister à un cours de rattrapage :triumph:.
Au devoir suivant, j’ai fait ce qu’il fallait pour montrer que ce n’était pas nécessaire, et bonne note à l’arrivé. Mais quand à la fin de la copie : “Très bon travail, mais est-ce vraiment de vous ?”
:sleepy:

Les devoirs en classe (et la surprise de mon écriture dégueulasse passée) m’ont ensuite permis de montrer mon vrai niveau.


#18

J’ai “une écriture de médecin” (écriture patte de mouche, et j’écris que le début du mot, t’as un beau “trait” pour la fin).
Plusieurs profs de français m’ont dit que je faisais ça car je savais pas l’écrire, pour éviter qu’ils voient des fautes… Non, c’est juste une perte de temps, moi j’arrive à me relire et comprendre (plus quelques soucis de dyslexie par dessus :D)


#19

Moi je ne voulais pas apprendre à lire au CP ! :smile: Le début d’un looong combat pour les parents…


#20
  • les TD sont à présence obligatoire, tu peux pas tout secher en FAC. Perso je sechais tous les cours en amphi qui n’ont strictement aucun interet si on a 2 ou 3 bons bouquins.
  • en revanche, TD et surtout TP, c’est obligatoire. C’est normal de pas avoir le diplôme si tu n’as jamais touché à un ordi ou à un moteur electrique en vrai.

#21
  • oh t'ain les pauvres parents... le stress....
  • en ce moment, on commence à voir des délires pays du nord dans l'educ nat. J'ai une copine qui a son gosse dans une école publique où en CM1 ils ne font que des activités de centre aéré à partir de 11h du matin... le truc de fou ! je te raconte pas le niveau de lecture... !! en devoir pour le lendemain, ils ont UNE phrase à lire... ma gosse en CM1 "normale", elle a une page de journal recto-verso à lire !