Commentaires : Le site de MP3 Dilandau poursuivi en France

youtube
justice
france
streaming
espagne
sacem
mp3
dilandau
Tags: #<Tag:0x00007f3d2ad9ba98> #<Tag:0x00007f3d2ad9b958> #<Tag:0x00007f3d2ad9b818> #<Tag:0x00007f3d2ad9b660> #<Tag:0x00007f3d2ad9b4f8> #<Tag:0x00007f3d2ad9b390> #<Tag:0x00007f3d2ad9b250> #<Tag:0x00007f3d2ad9b0e8>

#1


Selon des informations obtenues par Numerama, les autorités françaises ont ouvert une procédure judiciaire à l'encontre de Dilandau, un site internet bien connu des amateurs de fichiers MP3, disponible en plusieurs langues et notamment en français. Son créateur, Espagnol, avait domicilié ses serveurs chez un grand hébergeur en France. 

Jusqu'à peu, Dilandau proposait aux internautes un moteur de recherche qui permettait de trouver très efficacement des liens de téléchargement de singles ou d'albums, et de noter les liens pour déterminer leur qualité. Il avait même réussi à faire référencer une application Android et une application iOS pour faciliter le téléchargement sur mobiles.

Mais suite à une plainte déposée notamment par la Sacem, le service spécialisé en cybercriminalité de la Gendarmerie de Rosny-sous-Bois a saisi il y a environ un mois les serveurs de Dilandau hébergés en France.

Le succès de l'opération n'aura cependant été que de courte durée. Le site a très vite rouvert ses portes, avec toutefois une modification majeure qui assure désormais sa légalité. Plutôt que de fournir des liens directs de téléchargement de fichiers MP3, qu'il puisait déjà sur des services d'hébergements externes, Dilandau ne s'appuie désormais que sur les vidéos de YouTube, en streaming.

C'est désormais YouTube le seul responsable de la légalité des contenus proposés (comme cela avait été jugé en Belgique), or la filiale de Google a bien passé un accord avec la Sacem.

La procédure se poursuit tout de même pour les faits passés, mais dépend désormais d'une éventuelle commission rogatoire internationale pour obtenir que la justice espagnole prenne le relais. Or cette dernière a une jurisprudence floue sur la légalité ou non des sites des liens.

Lire la suite


#2

Ah les chacals. C’était bien sympa Dilandau, même sans pratiquer le téléchargement : suffisait de l’utiliser comme une “radio à la demande” trans-catalogues et inter-générationnelle en termes de styles
Inutile d’encombrer ses disques durs dans ces conditions-là.
Maintenant, c’est malin, faut se taper du contenu youtube, et streamer de la vidéo pour bien encombrer les tuyaux !

'Sont cons, mais cons…

[center][/center]


#3

en même temps, heberger ce genre de site en france ... WTF?


#4

C'est parce que OVH et Online (mais surtout OVH) ont des offres de dédiés DE LA MORT. Bande passante illimitée, très bon hardware, des tonnes de RAM, très gros disques durs, et pour un prix vraiment très bas. Si tu veux te faire héberger aux USA ou offshore, cela coûte énormément plus cher.


#5

Ben, des liens, c’est des liens. En quoi c’est illégal d’avoir une base de données de liens.


#6

+1 OVH ils sont top.


#7

J’pense que c’est là où tu te trompe: Le but pour la SACEM n’est pas “rendre justice”, mais d’intimider.
Ils savent bien que d’un coté, ils sont , eux, sacem, rompu aux procédures de justice dans une juridiction favorable, et de l’autre coté ya une bande de geeks.

10 ans de procédures ne font pas peur à la SACEM, ils ont l’habitude , c’est même leur gagne-pain.

Le combat est inégal :slight_smile:


#8

La police n’a pas à saisir des serveurs qui ne stockent rien d’illégal.


#9

Le problème, c’est que la police saisis d’abord, ensuite c’est jugé, et ensuite, si en fin de compte c’était pas illégal, c’est rendu (parfois) , et même encore plus rarement en bon état.

Vu que les procédures durent 5 à 10 ans… si on va au bout, avec appels, cassation, CJEU, …

La sacem s’en fout, elle sera encore là dans 10 ans (et c’est pas ses serveurs).
Dilandau, par contre…


#10

de tout facon la musique , ceux en font de la bonne, vivent avec les concerts ( comme moi quand je pars au boulot)
ce sont tjrs les memes rapaces qui veulent le beurre et l'argent du beurre


#11

Ils font absolument tout pour le développement du pair à pair anonymisé qui petit à petit pointe le bout de son nez et finira par se généraliser. Faisons confiance à l’imagination des développeurs.


#12

"Dilandau proposait aux internautes un moteur de recherche qui permettait de trouver très efficacement des liens de téléchargement de singles ou d'albums, et de noter les liens pour déterminer leur qualité."

Ah, donc pareil que Google et Bing quand on sait se servir des commandes de recherche. :)


#13

Bah disons qu'il est largement temps que ça fasse bien plus que de sortir le bout de son nez.

Le problème c'est pas une question d'imagination, c'est une question de compétence: Un tel logiciel est loin, très très loin d'être à la fois facile à utiliser et sécurisé (dans le sens: Confidentialité des échanges et de l'identité des pairs).

En particulier, toute solution a son revers, la lenteur par exemple (Freenet, TOR-like), ou bien la quantité de donnée superflue à transférer (off-system).

Bittorrent, Emule, ne sont pas anonymes.

Bittorrent-sync représente un bout de solution (et commence à être intégré dans des NAS , c'est une reconnaissance) mais n'est pas open-source ,ce qui, outre le problème des bugs d'implémentation , interdit le portage sur d'autres types de machines & sont inclusion dans les distributions linux (Une "distribution linux", chacun d'entre vous en a une dans sa box, et parfois aussi dans sa TV...)

L'alternative qui semble intéressante c'est SyncThing , qui lui a pour inconvénient d'être écrit en GO , ce qui complique aussi le portage, sans toutefois le rendre impossible.

D'autres solutions sont apparues et ont disparues aussi vite.... Pour le moment, pas d'alternative à grande échelle à Bittorrent, et son système de recherche "vulnérable" car hébergé sur un site web.


#14

Il ne faut pas un juge d’instruction pour saisir ?


#15

pk DILANDAU ne marcemhe plus sur psvita:rougi:


#16

dommage kammeme il me permettait de télécharger des music sur ma PS VITA


#17

Le site m’a permis de télécharger plus de 270 chansons des années 60 et 70 que j’écoute à chaque fois que je suis dans ma voiture et surtout lors des longs voyages.Merci Dilandau.


#18

Un beau pays de fumier…! c’est surtout ca la probleme.
Un pays de non droit où tout le monde est manipulé.
Ils font ce qu’ils veulent c’est hallucinant !
La loi !? mais quelle loi, il n’y pas de loi en France.
Bande de race.
:)


#19

Je ne comprend pas où est l’illégalité à télécharger des sons, avant internet les gens enregistraient bien sur des K7 les sons qui passaient à la radio alors pourquoi tout ce ramdam sur les téléchargements et droits d’auteurs etc …
d’autant que franchement l’industrie de la musique ne fait servir des soupes parfois même plus réchauffées alors honnêtement y’à que dalle à protéger, il serait grand temps qu’ils apprennent vivre avec leur époque


#20

Les chanteurs sont riches à millions dès qu'ils ont un peu de succès. Même si celà ne dure pas en général.
Les poursuites pour hébergement de musique et téléchargement sont vraiment disproportionnées.
Les plus inquiets sont les interprètres dénués de talent et qui ne se produisent pas sur scène (d'accord avec Julin).

La SACEM vit aussi au crochet des chanteurs et musiciens...... comme tous les parasites, elle s'accroche et défend son propre business......