Le réseau est-il assez résilient ?


#1

Vivant une panne depuis ce matin 9 heures (je vous envoie ce billet par pigeon voyageur) , je me pose la question.

Nous nous rappelons tous de la promesse de résilience d’Internet, réseau militaire conçu pour résister à une bombe atomique blablabla, quand les octets trouvent une route coupée, ils la contournent.

Sauf que non. C’est vrai pour certaines liaison, mais par pour la “collecte”, ce réseau de fibres qui remonte vos octets de Perpignan à Paris. Universfreebox nous sussure aujourd’hui que

Depuis bientôt 7 heures une partie du réseau fixe Free est hors service à cause d’un câble Orange sectionné.

Hélas il y a 1000m de câble à remplacer. Nos techniciens font tout leur possible pour un rétablissement pendant la nuit.

Une fibre coupée à Bécon-les-Bruyères prive d’internet / téléphone / télévision des dizaines de milliers d’abonnés de Lyon, Marseille et autres provinces. Pour nous, la redondance, c’est non.

Si on se penche sur l’historique des incidents, le palmarès est :

  • Pelleteuse
  • Incendie dont criminels (Toulouse)
  • Vols de câbles
  • Sinistres divers

Est-il bien raisonnable de confier nos vies numériques à une infrastructure à la merci d’une allumette ou des artisans du cuivre, en plus des pelleteuses folles? Pouvons-nous faire le pari que ces incidents seront jugulés dans l’avenir?

On m’objectera la disponibilité moyenne de 99% et des brouettes. Je répondrai qu’on en reparlera que le réseau de données aura la fiabilité de celui de l’électricité. Et ne ma parlez pas du 4G. Lui aussi passe par la fibre de Bécon-les-Bruyères.

Ah! Je vois que le ping revient sur eth0. Je vais peut-être pouvoir congédier le pigeon voyageur.


#2

Pierre Col semble d’accord avec moi.

En 2007, il y a donc plus de 10 ans, Free et d’autres opérateurs avaient alerté l’ARCEP sur les risques inhérents à la vulnérabilité de ces points de mutualisation disposés dans l’espace public. Vous pouvez retrouver sur le site de l’ARCEP les contributions de ces acteurs (fichier ZIP) à une consultation du régulateur.

En définitive, c’est l’approche des “PMZ sur le trottoir” qui a été privilégiée par le régulateur, qui assume pleinement ce choix… mais peut-être faudrait-il maintenant, face à la réalité du terrain, que les opérateurs, et leurs sous-traitants qui interviennent pour le câblage des fibres optiques, prennent la mesure du problème et imaginent un plan de sécurisation de ces infrastructures, et les procédures rigoureuses qui devraient accompagner un tel plan ?


#3

Avec ou sans grève de l"edf ?

Idem avec le réseau électrique qui en plus est en aérien pour la majeure partie

Il n’a jamais été dit qu’il y avait contournement sur les liaisons terminales.

C’est l"inter-net au sens “interconnexion entre réseaux” qui met en place des routes de contournement, pas les réseaux eux mêmes. Chez toi ou dans ta boîte, le switch tombe en rade, tous les ordinateurs derrière n’ont plus de réseau


#5

Le réseau ADSL s’appuyant sur le réseau télécom, il est TRES hiérarchisé et en une multitude d’étoiles, plutôt que résilient (notamment au niveau de certains sites importants)

Pour la fibre, les opérateurs ont tendance à faire la même merde: plus simple, plus rapide et moins chers.

Pour te donner une idée, on a un opérateur local qui “gueule” sur le projet fibre du département, car il veut un seul et unique point de mutualisation pour couvrir tout le département. Et il veut que ça soit à la charge du département, car il veut pas payer une centaine de points de mutualisations différents environ actuellement… Et le pire, c’est que c’est en train de se faire.


#6

Combien de prises veux tu que le FAI installe chez toi ? 2 ? 5 ? Et reliées à combien de nœuds différents reliés à combien de backbone différents?


#7

Le réseau électrique a gardé une certaine qualité imposé à l’origine par le service public, contrairement au réseau télécom (notamment sur les délais d’intervention et de rétablissement, la prise en charge, etc…). Et la qualité générale est aussi très nettement supérieure à celle du réseau télécom, où on nage dans le “ça fonctionne pas, bah tant pis, redémarrer votre box, ça ira mieux, sisi !”

C’est une question de “niveau”: quand tu vois des milliers de personnes derrière un seul équipement, non redondé, on est à un stade très différent “y’a une armoire en rade avec la rue qui est coupée du réseau” ou encore l’immeuble à cause d’un switch en bout de ligne.

Tout dépend à quel niveau ce situe la panne: qu’un élément, de cœur de réseau national, régional, départemental, … soit unique et non redondé, ça pose un sérieux problème de qualité de service (j’ai déjà connu le cas avec un opérateur local qui avait 1 seul fibre pour sortir du département. Le jour où elle a été coupée, ils ont pleurés…)

Quand tu ajotues les délais / prise en charge calamiteuse des opérateurs, on arrive à une merde “courante” qui devient vraiment pourrites, car mal gérée en plus…

Je te parle de point de mutualisation au niveau départemental / communale, pas de prise à ta maison…

Aucun particulier ne demande d’avoir plusieurs arrivées d’eau ou d’électricité redondées chez soit . Par contre, quand ça coupe au niveau national, départemental, régionale ou même communale car le seul et unique cable / tuyau est abîmé, c’est que ça été mal géré, de la même façon qu’une arrivé pour un particulier, alors que c’est beaucoup plus crucial.


#8

Tu compares une ampoule électrique et une box ?

Donc à un niveau donné, tu auras toujours un noeud unique donc une faiblesse: la fiabilité d’un réseau est égale à celle de son maillon le plus faible, celle de ton switch ou de ton câble ethernet que ton chien va machouiller.

Je te propose de regarder sur le site céleste.fr certains réseaux départementaux pour voir ce que tu dis est faux.

Par exemple, au hasard, le réseau fibre de la Moselle : le maillage existe sauf sur quelques liaisons terminales

T’as vraiment pas de bol toi : tu as un internet pourri pour aller consulter un site minable. :joy: Et au niveau 4g, je parie que c’est nul aussi ?


#9

On doit pas avoir la même définition de liaisons terminales…

Au niveau opérateur, la liaison terminale, c’est le réseau qui va de l’abonné au premier élément appartenait à l’opérateur…Ca s’arrête à la première armoire avec le premier switch, routeur, etc… traversé.

En gros, c’est ton quartier, en ville, la commune au pire pour une zone rurale

Les travaux de voirie qui arrachent des câbles, c’est vraiment fréquent.
Le dernier cas que j’ai vu, le bon “coté” c’est que les magasins acceptaient les chèques, sans avoir x pièces d’identité, car plus de connexion avec les banques, plus de CB, (les DAB HS aussi), …

Pour ton maillage, on est plutot dans le réeseau hierchisé en étoile. Il suffit pas d’une route existe, faut qu’elle soit capable de gérer le trafic seul.

La réalité générale (quand on enlève les sous réseaux qui dépendant du réseau du dessus), c’est plutôt un truc du genre:
http://extranet.ceevo95.fr/99/pages/reseaux_telecom.html
(et encore, c’est pas les plus mal lotis, loin de la…)


#10

Ce qui me soucie pas mal, ce sont les armoires de rue. Il n’est pas rare d’en voir ouvertes, sans aucune identification du propriétaire. Quand on y trouve des prises 220V, les gens s’en servent de point de recharge, allant jusqu’à débrancher ce qui est connecté pour y mettre leur téléphone. C’est du vécu.

La Mairie n’est d’aucun secours (c’est p’têt l’urbanisme, c’est pas nous, appelez donc ce numéro qui ne répond jamais). Il m’a fallu deux mois pour en faire fermer une, qui fut re-vandalisée aussitôt.


#11

Assez résilient, je ne sais pas. Mais déjà si ces PMZ étaient enterrées ou dans des bâtiments, ça limiterait déjà les risques de dégradations (volontaires ou non).


#12

C’est justement car c’est enterré qu’il y a autant de câbles arrachés par les divers travaux de voirie, agricole, etc… Rien n’est parfait