Le réchauffement climatique d'origine humaine n'existe pas selon un ancien président de Greenpeace


#1

"…

Hier, devant le Sénat étasunien, le cofondateur de Greenpeace, notre ami le Dr Patrick Moore, a raconté sa version concernant le réchauffement global ou changement climatique. Il vaut la peine de la lire. Les lecteurs de notre site pourront se rappeler que, depuis que le Dr Moore a décidé de se prononcer contre le réchauffement climatique et pour le riz doré, Greenpeace tente de l’effacer de ses statuts, exactement à la manière des disparitions de gens en Russie soviétique.

Déclaration du Docteur Patrick Moore devant le Comité sur l’Environnement et les affaires publiques et des travaux publics du Sénat, et la Sous-commission de supervision

25 février 2014

« Adaptation des ressources naturelles : Protection des écosystèmes et des économies »

Président Whitehouse, membre éminent Inhofe, et membres du Comité. Nous vous remercions pour cette opportunité à témoigner à l'audience d'aujourd'hui.


En 1971, étudiant au doctorat en écologie, j'ai rejoint un groupe de militant dans un sous-sol de l'église à Vancouver, au Canada, et navigué sur un petit bateau à travers le Pacifique pour protester contre l’essai US de bombe à hydrogène en Alaska. Nous sommes devenus Greenpeace.


Après 15 ans au sein du haut comité, Greenpeace ayant pris un virage en épingle à cheveux vers la gauche politique et commencé à adopter des stratégies que mon point de vue scientifique ne me permettait pas d’accepter, j’ai dû partir. Le changement climatique n'était pas un problème quand j'ai quitté Greenpeace, mais il l’est certes aujourd’hui.


Aucun fait scientifique ne prouve que les émissions humaines de dioxyde de carbone sont la cause principale du petit réchauffement de l'atmosphère terrestre de ces 100 dernières années. Si de telles preuves existaient, elles seraient écrites pour que tout le monde les voit. Aucune preuve réelle, admissible par la science, n’existe.


Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) affirme : « Il est extrêmement probable que l'influence humaine a été la principale cause du réchauffement observé depuis le milieu du 20ème siècle. »


« Extrêmement probable » n'est pas un argument scientifique, mais plutôt un jugement, comme dans un tribunal. Le GIEC définit « extrêmement probable » comme une « probabilité de 95 à 100% ». Mais, en regardant de plus près, il est clair que ces chiffres ne résultent d’aucun calcul mathématique ou analyse statistique. Il s’agit d’une « invention », d’un concept intégré au rapport du GIEC pour exprimer son « jugement d'expert », tel qu’il a été fixé par les participants au GIEC.


Ces jugements s’appuient presque exclusivement sur des résultats de modèles informatiques sophistiqués, destinés à prédire l'avenir du climat mondial. Comme l’ont fait remarquer de nombreux observateurs, y compris le Dr Freeman Dyson de l'Institut d'études avancées de Princeton, un modèle informatique n'est pas une boule de cristal. Nous pouvons les penser perfectionnés, mais nous ne pouvons pas prédire l'avenir avec un modèle informatique, pas plus que nous pouvons faire des prévisions avec une boule de cristal, en jetant des os, ou en invoquant les dieux.

…"