Commentaires : Le fossile « Lucy » devient un fichier open source au service de la science

science
opensource
Tags: #<Tag:0x00007f920c394040> #<Tag:0x00007f920c393be0>

#1

Une équipe de scientifiques américains a publié, avec l’autorisation de l’Ethiopie, des fichiers tomodensitométriques des quatre os — le fémur, l’humérus, l’omoplate et le tibia — de Lucy, le fossile le plus connu du monde. Ceux qui auront une imprimante 3D pourront aussi reproduire les os. Néanmoins, il faut faire une demande en ligne pour obtenir ces données. Une reconstruction de Lucy. Crédits : James St. John Cette initiative a été prise pour tenter de mettre un terme à un débat commencé en août 2016 concernant…. Publié sur http://www.numerama.com/sciences/222313-le-fossile-lucy-devient-un-fichier-open-source-au-service-de-la-science.html par Gabriele Porrometo


#2

le piratage des fichiers et leur exploitation pour des raisons commerciales, par exemple en imprimant les fossiles et en les vendant ensuite

Le piratage de fichiers open-source ?
C'est cela Thérèse...


#3

Comme si on pouvait imprimer un fossile…
Et un fossile devenir un fichier !


#4

Les conditions d’utilisation :

Limited Distribution of AL88-1 stl Files User Agreement:
The user may be contacted by email for survey and other contact purposes.The data wil be used for personal use, teaching, and/or research only.The data will not be used for any commercial purposes under threat of civil penalty.The file(s) will not be shared, duplicated, or distributed to anyone for any purpose under threat of civil penalty.

C’est pas du tout ce que j’appelle de l’Open Source.

De plus en plus mauvais Numerama.

J’aurais mieux fait de respecter ma promesse de ne plus lire les articles de cet auteur.


#5

C’est clair que c’est plus “si vous pouvez nous aider voici les fichiers” plutôt qu de l’open source.

Toutefois la démarche reste louable, par contre pour l’article désolé mais le titre est pas loin d’être “putàclic”.


#6

Ah oui, au fait, étant donné que le droit d’auteur, c’est 70 ans après la mort, et que là, on peut rajouter quelques zéros (3 ou 4 facile nan ?). C’est comme le copyfraud sur la grotte de Lascaux, c’est honteux de revendiquer des droits d’auteur là-dessus.


#7

Revendiquer la paternité sur le "design" des os serait abusif mais pour le travail de numérisation lui-même c'est légitime.

Par contre, vu la démarche choisie, je ne comprend pas trop l'intérêt de ne pas opter pour une vraie licence open-source.


#8

Justement, pour moi le travail de scan/numérisation (doctrine du sweat of the brow) est une réalisation technique et non intellectuelle, du coup ce n'est pas une œuvre d'art qui doit s'appliquer (notion de personnalité de l'auteur). C'est un débat qui va au-delà du simple crâne, voir aussi bien la grotte de lascaux, la numérisation des tableaux, le copyfraud, toussa.


#9

Une numérisation n’est pas une création artistique originale, y’a aucun droit dessus (tout comme les tableaux photographiés d’ailleurs)


#10

C’est faux pour les tableaux photographiés. Dans l’esprit de la loi, il faut que la photo de l’œuvre (tableau ou autre) face preuve d’originalité (que la personnalité du photographe, son intention, ressorte) pour ouvrir de nouveaux droits sur le cliché.

En pratique, la jurisprudence française montre parfois que même pour des clichés très fidèles de l’ouvre originale, la justice a tranché en la faveur des photographes pour leur reconnaître leurs droits.

Donc ce type de fichier numérique pourrait tout à fait ouvrir de nouveaux droits à leurs créateurs.

Ça ne me choquerait pas étant donné le travail fourni.


#11

Même pour des photos de pros (notamment des photos destinés aux pros, pour de la décoration, montage photo,photos gastro, architecture, …) , y’a régulièrement des cas de "non, c’est pas original, y’a aucun droit), alors que c’est une “création”.

Alors une simple photocopie d’un tableau vieux de plusieurs siècles…

C’est pas une question de quantité de “travail fourni”, mais de créativité originale, qui a la marque de l’auteur.


#12

Il y a aussi de cas où le travail de photographie n’a rien d’original et les droits sont pourtant accordé au photographe.
La jurisprudence est contradictoire à ce sujet.

En tout cas, la loi prévoit bien de pouvoir donner des droits sur une photographie de tableau dans certains cas de figure. Ta comparaison était donc mauvaise.


#13

Et les cas sont clairs (en théorie, car subjectif en pratique), ça nécessite une originalité et la marque de l'auteur.

Après, on peut trouver cela contradictoire, car on estime que c'est pas le cas, alors que le juge estime que si.

Mais sur le fond, une "photocopie", une numérisation, etc.. n'est pas une création originale avec la marque de l'auteur, c'est un acte purement technique.

Si certains arrivent a démontrer le contraire sur leur cas, tant mieux pour eux, mais le cas général, c'est non.


#14

Néanmoins, il faut faire une demande en ligne pour obtenir ces données.

Ah oué, ils ont une conception un peu bizarre de l'opensource, enfin pourquoi pas...

"La science devient beaucoup plus réelle pour les étudiants quand ils peuvent manipuler quelque chose"

C'est sûr, la science devient beaucoup plus de la science quand elle est reproductible. En fait quand ça n'est pas le cas, ce n'est juste pas de la science.


#15

Il est indiqué nulle part que c’est de l’open source.
C’est une interprétation (fausse) de l’auteur.


#16

Ce sujet a été automatiquement fermé après 60 jours. Aucune réponse n'est permise dorénavant.