Commentaires : L'autorité de la concurrence rouvre le dossier SFR - Numericable

sfr
autoritédelaconcurrence
numericable
réseau
Tags: #<Tag:0x00007f3d2a6ec738> #<Tag:0x00007f3d2a6ec5f8> #<Tag:0x00007f3d2a6ec4b8> #<Tag:0x00007f3d2a6ec378>

#1


L'autorité de la concurrence a beau avoir autorisé, sous conditions, le rachat de SFR par Numericable, elle n'en demeure pas moins très vigilante sur la manière dont le câblo-opérateur exécute les engagements qu'il a pris pour obtenir ce feu vert. La preuve : l'instance administrative vient de s'auto-saisir car elle a des doutes sur la mise en œuvre de l'un d'entre eux.

LA SITUATION OUTRE-MER

Rappel des faits. Lorsque le projet de rachat a été examiné par l'autorité de la concurrence, cette dernière avait exprimé des "doutes sérieux" sur la licéité de l'opération. Mais, bien décidé à atteindre son but, Numericable avait accepté quelques sacrifices destinées à maintenir un certain équilibre dans le secteur des télécoms français et à préserver son dynamisme.

En plus de l'ouverture son réseau à la concurrence, le câblo-opérateur a donc consenti à se désengager d'Outremer Télécom, l'un des principaux opérateurs de téléphonie mobile dans les DOM / TOM. La raison ? SFR est déjà bien implanté dans la France ultramarine via sa filiale réunionnaise SRR. Or, l'absorption de SFR par Numericable provoquerait le rapprochement entre SRR et Outremer Télécom.

Le risque d'abus de position dominante serait alors trop important : si rien n'avait été fait, Numericable aurait pu se retrouver avec une part de marché considérable à La Réunion (deux tiers du secteur) et un poids quasi-monopolistique à Mayotte (90 %).

CONDITIONS DE CESSION

À l'heure actuelle, plusieurs offres de reprises visant Outremer Télécom ont été déposées. Mais l'autorité de la concurrence "s'interroge sur les conditions qui président à cette cession". Si celle-ci n'est pour l'instant pas interrompue, il a été décidé qu'elle sera examinée dans le cadre d'une procédure initiée par l'instance administrative.

 "Afin d'examiner la compatibilité de cette décision avec les obligations souscrites par Numericable  de préserver la viabilité économique, la valeur marchande et la compétitivité des activités de téléphonie mobile d'Outremer Télécom jusqu'à leur cession, le collège de l'Autorité a décidé de se saisir pour vérifier le respect de cet engagement", écrit l'autorité.

L'autorité de la concurrence rappelle à toutes fins utiles que l'ouverture de cette procédure ne signifie pas que Numericable enfreint effectivement ses engagements. Il s'agit de vérifier si ces derniers sont correctement appliqués et, le cas échéant, de prendre des sanctions contre l'opérateur si celui-ci a fauté, dont l'une consiste à infliger une amende dont le montant peut atteindre 5 % du chiffre d'affaires France de l'entreprise.

Lire la suite


#2

numericash

(pas taper)


#3

Cash en Suisse ? au Luxembourg ?


#4

peut importe pourvu que ça rentre c'est le but du jeu non pour société a but lucratif faire du cash?


#5

Pas assez planqué. Les Bermudes ou à la rigueur l'Ile de Man c'est beaucoup mieux.


#6

:bienvu:


#7

Patrick Drahi un appétit insatiable

" Il fait fortune en France, puis à l'étranger grâce à une technique particulière de gestion d'investissements avec effet de levier appelée LBO, consistant à s'endetter fortement pour racheter une entreprise cible, puis la restructurer pour en maximiser les profits financiers, et rembourser les emprunts contractés par ponction sur leur propre trésorerie

En avril 2014, il sauve le quotidien Libération de la faillite en investissant 18 millions d'euros

Le 9 janvier 2015 le groupe belge Roularta confirme avoir cédé au milliardaire franco-israélien les magazines les plus importants du groupe en France : L’Express, L’Expansion, Studio Ciné live, Lire, Mieux vivre votre argent, Classica ou Pianiste "


#8

Ma compagne bosse dans une banque du CAC elle connait bien le LBO, un vieux truc bien connu....
J'ai bossé dans une clinique et j'ai bien connu cela hélas...C'était une clinique familiale et elle s'est fait racheté par un groupe qui s'est constitué qu'en LBO.. A la base deux ou 3 trois mafieux...euh médecins repèrent des cliniques en difficultés qu'ils rachètent pour un euro... Un petit groupe de clinique se constitue... puis on en rachète d'autres a coups de prêts... Le groupe grandit style 50, 100 cliniques, on vire les gens chers, on recrute au lance pierre, on mutualise les moyens, on ne fait que des soins qui rapportent (ambulatoire, cataractes, on vire les maternités, bref tout ce qui rapporte pas) Tu suces les bénefs pour rembourser la dette, car tu as pas mal de cash qui tourne... Au bout de quelques années tu revend à un autre groupe qui reprend tes cliniques et moins de dettes.. Dans l'histoire tu prends quelques dizaines de millions de bénéf...Ah au fait j'ai été viré au cours du rachat

J'ai mieux ! Tu prends une industrie du papier en Norvege. Le groupe Norvégien rachète une papeterie française. Le groupe annonce un investissement de 73 millions en France. Joie. Mais non, car c'est le groupe qui prête son propre argent à l'entité française... Et le groupe va siphonner tous les bénéfices de la boite française qui va s'épuiser à rembourser l'emprunt à un taux d'usurier. Au total la boite française s'épuise et commence à licencier du personnel car elle ne s'en sort plus.... Au final, le groupe Norvégien a très largement remboursé ses investissements avec un beau bénef à la clé... Il lui reste ensuite à revendre la boite française dégraissée de son personnel et à se prendre un billet;.. On appelle cela un siphonnage en règle un vieux truc de la finance...

Si Drahi parvient à ses fins, les 12 milliards d'emprunt iront aux actionnaires de Vivendi qui auront fait une belle culbute. Restera a Drahi de siphonner SFR en licenciant un max pour faire de la marge... Ensuite il revendra et se fera, lui, de la belle thune..Dans l'histoire, aucun salarié de SFR verra la couleur de l'argent !


#9

heu perso on s'en fout de ton histoire hein ! :)

la boite coule de toute facon, si elle est pas "LBO-tisée" c'est la faillite totale, donc au final.....

....et pour SFR on s'en fout, tant que tu peux t'y abonner, avec la qualité de reseau/debit de numericable, rien a faire de ce qui se passe derriere.

Vous allez me traiter de mechant egoiste (pour etre gentil), mais on est dans un societé capitaliste basé sur l'enrichissement personnel,, c'est la meme chose pour tout le monde, qui pense qu'a sa "gueule", donc franchement les histoires de banquiers/gripsous m'en touche une sans reveiller l'autre.


#10

la boite coule de toute facon, si elle est pas "LBO-tisée" c'est la faillite totale, donc au final.....

Quand on veux tuer son chien, on dit qu'il a la rage.
Là c'est pareil.

....et pour SFR on s'en fout, tant que tu peux t'y abonner, avec la qualité de reseau/debit de numericable, rien a faire de ce qui se passe derriere.

Bah justement, la qualité de réseau/débit va s'écrouler . Ca va provoquer le bonheur des autres FAI qui vont récupérer les mécontents à base de promos. Et la disparition d'un acteur français du domaine (qui deviendra au mieux rentier de son réseau physique de points hauts & réseau fibre de transport).

Ensuite, ce sera le tour du FAI suivant (bouygues ? ). Rince, repeat.

Après , je comprends que ça te soit indifférent. On peux pas se préoccuper de tout, tout le temps L'info reste bonne à prendre pour ceux qui ça préoccupe.


#11

Ce sujet a été automatiquement fermé après 60 jours. Aucune réponse n'est permise dorénavant.