Commentaires : La santé mobile, future bouée de sauvetage de la sécurité sociale ?

santé
applications
mobile
Tags: #<Tag:0x00007f3d3610c668> #<Tag:0x00007f3d3610c500> #<Tag:0x00007f3d3610c3c0>

#1

En marge du succès des smartphones est apparu un nouvel usage, l'auto-évaluation de soi (quantified self). Concrètement, il s'agit d'utiliser des applications mobiles pour surveiller son état de santé et adapter, si nécessaire, son hygiène de vie en fonction des résultats obtenus. Si de nombreux programmes portent sur l'activité sportive, des projets plus ambitieux sont d'ores et déjà testés.

Selon l'étude prospective du cabinet d'audit PwC, remarquée par l'ASIP, le développement de la "santé mobile" pourrait contribuer à une réduction très significative des dépenses de santé au sein de l'Union européenne. D'ici 2017, le continent pourrait ainsi économiser jusqu'à 99 milliards d'euros.

La situation par pays n'est pas évoquée, mais la France, qui connaît un déficit chronique de la sécurité sociale malgré les réformes régulières, en profiterait.

"Les systèmes de santé au sein de l'Union européenne sont confrontés à des défis importants qui créent des inquiétudes quant à la viabilité de la prestation des soins de santé", explique le cabinet en préambule. Une population vieillissante et l'explosion des maladies chroniques (à cause du tabac par exemple) pèsent lourdement sur ce dispositif de solidarité nationale.



Concernant les maladies chroniques par exemple, le cabinet PwC estime que la santé mobile contribuer à améliorer la situation de 11,2 patients touchés et en préserver 6,9 millions d'autres d'ici 2017. Comment ? En utilisant la m-santé pour informer les individus, suivre les patients, affiner les diagnostics, ajuster les traitements ou délivrer des conseils de bien-être. Mieux vaut prévenir que guérir, dit l'adage.

Selon le cabinet PwC, la santé mobile ne pourra prendre son envol qu'à la condition d'un environnement favorable. Or, des "barrières réglementaires, économiques, structurelles et technologiques limitent l'adoption de la m-santé". Il faut également travailler à l'harmonisation législative entre pays européens et développer des incitations afin d'aider un secteur naissant à mettre le pied à l'étrier.

( captures : PwC )

Lire la suite


#2

Il y a une application toute simple : "vous fumez ?
---oui.
-- Alors arrêtez de fumer... pour le bien de la solidarité nationale."


#3

Or, des "barrières réglementaires, économiques, structurelles et technologiques limitent l'adoption de la m-santé".

Ha ben tiens, le contraire m'aurait surpris, en même temps demander l'usage illégal de la médecine, autant dire que ça ne se fera jamais.....

PwC si je ne m'abuse, c'est PriceWaterhouseCoopers, un cabinet d'audit qui a trainé dans pas mal de partenariats public-privés vaseux et qui dès qu'il peut se fourrer près d'une municipalité ou gouvernement pour vanter je ne sais quoi qui est juteux, ben le fait ^^
Ils doivent surement avoir un projet dans les cartons pour sortir ce genre d'étude (pê regardez du coté des réseaux de soins ? )


#4

ces applications bien sur echangeront vos infos medicales personnelles avec leurs partenaires commerciaux, avec toutes les derives appreciables que cela pourra entrainer

joie bonheur


#5

Tu ne t'abuses pas...

Sous couvert de numérique, et sans même en être conscient, ou alors c'est grave, l'auteur n'est même pas conscient de la duperie dont il est l'objet...

" déficit chronique ? "

Depuis quand la santé publique est-elle une entreprise comme les autres ?

Ah, depuis une certaine réforme d'un ministre qui a passé quelques temps en exil au Québec.
Oui, c'est bien de lui qu'il s'agit...

Le but ?
Supprimer la sécurité sociale.

Je radote ?
Nan nan, ceux qui radotent sont ceux qui ont réussi à vous faire admettre que le ' budget ' de la sécu ne pouvait provenir QUE des cotisations...

Alors ' voir ' une entreprise privée tenter de vous faire acheter du diagnostique de merde est tout simplement pathétique...
Ensuite, dans ' l'appli ' , vous aurez les liens pour acheter votre auto-médication...


#6

.... Mais continuez à acheter des clopes


#7

Clair qu'une mutuelle, assureurs, banques ou autres organismes de prêts doivent être très intéressés par ce genre d'appli.
Si on veut aller plus loin, j'ose même pas imaginer lorsque ces entreprises cupides feront lorsqu'elles apprendront qu"existe un problème génétique récurent dans votre famille, des problèmes vasculaires, ça risque d'être toutes vos progénitures qui seront cataloguées à risque et certainement sur plusieurs générations.


#8

Tu as tout à fait raison. Ce genre d'appli ne peut être installée sur un smartphone que si tu maîtrises complètement ce qui est transmis et à qui.
Pour faire bref et sans épiloguer outre mesure : inconcevable avec iOS, Android ou Windows Phone. C'est trop éloigné du modèle commercial.
Je n'ose même pas parler des appli elles-mêmes : impossible de leur accorder la moindre confiance en matière de confidentialité, sans même évoquer l'espionnage généralisé auquel nous sommes soumis.


#9

“Une population vieillissante et l’explosion des maladies chroniques (à cause du tabac par exemple) pèsent lourdement sur ce dispositif de solidarité nationale.”

Toujours le tabac (ce qui n’est pas faux), mais curieusement, jamais les pesticides. Pourtant avec ses plus de 80 000 tonnes utilisées chaque année (plus de la moitié de toute l’Europe), l’agriculture française est une grande empoisonneuse. Et contrairement au tabac, ces poisons atteignent la totalité de la population.


#10

mdr


#11

Je comprends pas, un cancer ça crée du PIB non ?


#12

D’un autre côté sur un OS normal, quand on dit “l’appli machi-truc n’a pas le droit de causer sur internet”, on est tranquille. J’en suis à me demander si l’absence de firewall n’est pas voulue (attention, pas un firewall où les applications “bénies” peuvent percer des trous à volonté à l’insu de l’utilisateur).


#13

Pour ce qui est des pesticides, désolé mais l’exposition des populations et de très loin inferieure à celles subit par les agriculteurs. Après, il faut aussi accepter de payer sa nouriture plus chere ce qui ne semble pas etre la priorité des français.

Pour ce qui est de ce genre d’applications, ca peut etre sympa en recuperant les données RFID des produits alimentaires des patients et leur activité physique avec les applications de coatching sportif de pouvoir alors definir des profils à risque (diabete, ou cancer).

Après ce qu’en feront les mutuelles entre une augmentation des primes de risque ou une diminution de l’offre de soins en fonction du profil de risque va être interessant à definir.


#14

Oui et grâce à ce système de santé mobile, aucun problème de PIB vu que tu est sûr de développer un cancer en utilisant un téléphone portable.

L'industrie pharmaceutique se frotte déjà les mains.


#15

C'est quand même bien conçu :)


#16

Ahhhhhh... Ce sacré smartphone et ses applis !
Bientôt quand on crèvera notre smartphone (j'en ai pas) appellera directement les pompes funèbres, cloturera ton compte en banque, se mettra en relation avec le fisc pour ponctionner les 30% liés à la vente de ton appart mis direct en vente sur le web...
J'aime bine les cabinets d'audits. Il y a longtemps dans mon ancienne boite, le DRH fraichement arrivé, demande un audit social comme dans les Mairies par un Cabinet très connu à l'époque sis à Neuilly. Sans en parler au DG. Bref l'audit dure deux heures au téléphone et on leur envoie un carton avec les copies des accords d'entreprise, des comptes rendus CE, etc... Le DRH se fait virer pendant ce temps, et les 8 pages de synthèse arrivent du cabinet avec la douloureuse. Je croyais qu'il manquait la virgule, mais non c'était bien la facture qui a fait très mal au bilan
Ce cabinet a du bien facturer son études en centaines de milliers de dollars, voire plus....
Oui c'est le rêve de l'Etat, faire baisser le déficit de la sécu grâce aux applis et même que tu crèves à taffer jusqu'à 75 ans et crever direct après, ça ce serait super!!
Il parait que dans une forêt vierge vivent des indigènes en communauté où il y a pas de sécu ni se smartphone et qui se construisent des abris collectifs dans les arbres....
Des sauvages ? Vraiment ?


#17

Je n'aurais pas cru enfant que toute la vie d'un homme serait représenté par une petite boite plate avec un écran, reliée sur un réseau mondial....Vous imaginez les données concernant tous les êtres humains de la terre dans un data center ??
Booof


#18

Je suppose que c'est ce que notre crétin de Président appelle l'hôpital numérique ?


#19

Si t'as pas de smartphone avec l'appli installée qui te surveille si tu fais bien ton sport quotidien, t'es plus remboursé.


#20

ouai...prudence !! ça pue l'arnaque a plein nez...puis si en plus Google enregistre les données en arrière plan,
tu vois vite le danger