Commentaires : La SACEM signe un accord avec Netflix

musique
netflix
svod
sacem
Tags: #<Tag:0x00007f3d28caca80> #<Tag:0x00007f3d28cac6c0> #<Tag:0x00007f3d28cac558> #<Tag:0x00007f3d28cac3a0>

#1

Les sociétés de gestion des droits d'auteur se préparent elles aussi à l'arrivée de Netflix. Ainsi, la société de gestion des droits d'auteur (SACEM) vient d'annoncer ce mardi la signature d'un accord (.pdf) qui autorise le service américain de vidéo à la demande sur abonnement (SVOD) à exploiter les œuvres (80 millions) de ses 149 000 sociétaires, en échange d'une rémunération.

"Cet accord porte sur la rémunération des membres de la SACEM dont le répertoire sera présent dans les œuvres audiovisuelles diffusées par Netflix", indique la société de gestion, qui ajoute que "cet accord garantit ainsi que l'utilisation des œuvres des auteurs de musique, de sketches, de doublage/sous titrage, des auteurs, des compositeurs, des réalisateurs, des éditeurs qu'elle représente, soit couverte juridiquement".

Lire la suite


#2

ils vont pouvoir changer de tuture 6 X par an . . . . les pauvres :(


#3

Ca va être dur de se débarasser de la Sacem. Aigrain lui laisse même "théoriquement" une place de choix à cette boursuflure boursouflée. Une place bien dangereuse et malsaine qui plus est me semble t'il, cf tracks et stats de traffics pour redistribution!

Je ne vois qu'une révolution, numérique, pour éviter cette monstruosité critpo-stalinienne.


#4

Ce qui est bien, c’est que la SACEM n’a probablement rien demandé aux auteurs concernant cet accord.
Si un artiste syndiqué passe dans le coin, il pourra nous le dire, moi je ne fais que du CC0.


#5

Le siphonnage commence.


#6

Hormis quelques cas particuliers isolés, les auteurs souhaitent que leurs œuvres soient les plus largement distribuées (après, peu importe la licence choisie)
Et pour ces cas isolés, ils ne sont pas inscrits à la SACEM

Pour ceux référencés à la SACEM, le but est de toucher leur dîme à chaque diffusion, et non d’en contrôler la diffusion.
La SACEM est dans son rôle avec cet accord.
Les ayants droits lui ont donné mandat pour cela.

Note :
Ce n’est pas la SACEM qui autorise telle ou telle reprise, ou donne l’accord pour l’exploitation d’une oeuvre dans un documentaire ou film. Cela reste du ressort des ayants droits.