Commentaires : La Gendarmerie veut brouiller les réseaux sociaux dans les ZAD et les

sécurité
libertéd'expression
loirenseignement
sms
gendarmerie
Tags: #<Tag:0x00007f3d332618b8> #<Tag:0x00007f3d33261728> #<Tag:0x00007f3d332615e8> #<Tag:0x00007f3d33261480> #<Tag:0x00007f3d33261318>

#1


L'Assemblée nationale a publié le rapport (.pdf) réalisé par la commission d'enquête chargée de tirer les conséquences de la mort de Rémi Fraisse, tué par un tir de grenade de la gendarmerie sur la "Zone à Défendre" (ZAD) créée par des opposants au barrage de Sivens. Les députés y ont examiné plus largement les modalités que devaient prendre le maintien de l'ordre face aux manifestations improvisées et au phénomène des ZAD, "dans un contexte de respect des libertés publiques et du droit de manifestation, ainsi que de protection des personnes et des biens".

Présidée par le député écologiste Noël Mamère, la commission d'enquête a donc évoqué à travers ses nombreuses auditions la question de l'utilisation d'internet et en particulier des réseaux sociaux, pour appeler à manifester et s'organiser sur place face aux forces de l'ordre. C'est à cette occasion que le Général Devis Favier, Directeur général de la Gendarmerie nationale, a pu exprimer ses souhaits.

Tout d'abord, a-t-il fait remarquer, "nous ne sommes pas assez performants pour tout ce qui concerne les réseaux sociaux". Sans entrer dans les détails, il estime qu'un "travail colossal reste à mener dans l'exploitation des métadonnées pour développer une analyse prédictive des situations d'ordre public", c'est-à-dire pour être capable de savoir qui, où et avec quels soutiens s'organise une manifestation. "Il s'agirait d'examiner les situations avec la plus grande exactitude possible pour mieux dimensionner le nombre de forces engagées", prévient-t-il.

BROUILLER LES RÉSEAUX SOCIAUX, INTERCEPTER LES SMS

A cet égard le projet de loi Renseignement pourrait lui apporter satisfaction, puisqu'il confie aux services de renseignement la possibilité de collecter des données pour prévenir les "violences collectives de nature à porter atteinte à la sécurité nationale".

Par ailleurs, "nous devons, en cours d'opérations, aller plus loin dans l'exploitation des réseaux sociaux", souhaite le Général. "À l'occasion de manifestations, on observe que, par le biais de Twitter, de textos, des consignes de déplacement de tel point à tel autre sont données et les forces de l'ordre en sont réduites à suivre plus qu'à anticiper. De ce fait, les réactions ne sont pas forcément élaborées tactiquement au point qu'il arrive que des unités se dispersent et perdent leur force opérationnelle - point de départ de situations susceptibles de dégénérer".

"L'idée peut choquer mais il faudra examiner les conditions permettant, en situation dégradée, d'être plus contraignants sur les réseaux sociaux, d'examiner, sous le contrôle de l'autorité judiciaire et des autorités administratives, la question du brouillage et celle de l'interception de certains textos", a-t-il plaidé.

Jérôme Léonnet, chef du Service central du renseignement territorial (SCRT), a pour sa part expliqué que le SCRT utilisait "les logiciels dont se servent les entreprises [pour] identifier, par des mots-clés ou des scénarios, des mots d'ordre ou des réactions" sur les réseaux sociaux, et ainsi "glaner beaucoup d'informations sur les ZAD".

"Quand certains militants, plus impliqués, sont soucieux de confidentialité, nous employons d'autres moyens, comme le recrutement de sources. Nous avons des contacts même dans le monde de la contestation violente. À cet égard, nous partageons notre compétence avec la DGSI, qui travaille sur la prévention du terrorisme", a-t-il précisé, en niant toute utilisation de moyens d'interception des communications, réservés aux services de renseignement "du premier cercle".

En 2010, le gouvernement avait voulu censurer les appels à manifester sur les réseaux sociaux, en souhaitant obliger les organisateurs à passer par la procédure légale de déclaration préalable. L'ancien ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux avait alors pris contact avec Facebook pour obtenir le blocage des pages d'appels aux manifestations spontanées. Il s'agissait alors de réagir au phénomène aujourd'hui passé de mode des apéros Facebook, qui ont parfois connu des drames.

Le rapport de la commission d'enquête ne retient toutefois pas la proposition formulée par certains députés UMP, qui souhaitaient modifier la loi pour créer une présomption d'organisation de la manifestation à l'encontre de la personne qui lance en premier l'appel ou multiplie les SMS d'appel à s'unir dans un même lieu. "Avec les évolutions techniques et le rôle des réseaux sociaux, il est parfois très délicat de déterminer qui est l'organisateur de la manifestation. Sur ce sujet, plusieurs poursuites ont abouti à des décisions de relaxe du tribunal correctionnel de Paris, ce qui est le meilleur signe de la difficulté", avait constaté le procureur de Paris, François Molins, en soutenant la proposition, finalement écartée.

Lire la suite


#2

Brouiller internet lors des manifs : c'est génial ça, il n'y aura plus de preuves vidéo d'abus des forces de l'ordre.


#3

"L'idée peut choquer"

Dans une démocratie oui. Dans un état policier par contre... quoi de plus normal ?


#4

La gendarmerie brouille l'écoute des Zadiste qui ont une panne de micro ^^

C'est curieux comme on fini par s'y faire à leur connerie :rougi:


#5

Qui décide de quand "ça dégénère" ?

Une nouvelle révolution sera beaucoup plus difficile. Hollande doit avoir peut qu'on lui coupe la tête.


#6

Très bonne initiative empêcher les gens de faire monter la violence à un instant donné en isolant l'information afin de ne pas pousser l'effet de masse à commettre des délits, ceci dit ça n'empêche personne de capturé une vidéo pour la mettre sur les réseaux sociaux une fois rentré à la maison.

Anticiper plutôt que de subir la violence de gens en colères permettra surement de mieux protéger le reste de la population ainsi que le matériel de la ville.


#7

Rien de problématique dans un gouvernement des élites par les élites contre le peuple.

C'est dommage de ne pas pouvoir communiquer uniquement en réseau wifi de portable à portable.


#8

Une nouvelle conférence, toujours aussi intéressante de Jérémie Zimmermann, intitulée:
Droits et libertés sur Internet


#9

""Quand certains militants, plus impliqués, sont soucieux de confidentialité, nous employons d’autres moyens, comme le recrutement de sources. Nous avons des contacts même dans le monde de la contestation violente. À cet égard, nous partageons notre compétence avec la DGSI, qui travaille sur la prévention du terrorisme""

C'est moi ou c'est un aveu?

Oui oui, c'est vrai, nous on bosse avec les casseurs dans les manifs


#10

Ca peut surement se régler avec 3 ou 4 dév mobile un peu motivés


#11

Anticiper, c'est surtout discuter. Et a priori, c'est un terme qui n'existe pas dans le vocabulaire des politiques.
Le principe de notre gouvernance est : Je fais ma réforme dans mon coin, je l'impose, paf manif, ça bloque, retour arrière.


#12

C'est qui "nous" Ronfladonf ? :)


#13

Ils veulent vraiment le voir arriver ce coup d'état


#14

Le contrôle n'empêche pas la démocratie car "La liberté des uns s'arrête là ou commence la liberté des autres" Ce n'est pas une loi mais un proverbe qui rappel que la liberté doit mettre en garde contre tout abus de pouvoir du peuple qui a le devoir de respecter son environnement.


#15

Je suis bien d'accord mais là on parle de la Police et de la Gendarmerie, or eux ne sont pas la pour discuter, mais pour protéger et préserver. En cas de violence il faut figer une situation pour empêcher qu'elle s'envenime.

La discutions ce fait avec d'autre


#16

pourtant dans les manif étudiante (600 blessés(er) .. ) il y avais beaucoup de vidéo des violences pas policière ... des garçon de banlieue des "jeunes" :-)) , la fête du psg l'année dernière aussi .. si si quand le Qatar n'a pas souhaité de présence policière... (c'est po bo la police c'est violent)

tu pense que tu les gèrent comment les charmants zebulons ? a coup de fleur ... avec un pouce vert ou un pouce rouge ..


#17

Le problème est qu'une nouvelle ' révolution ' devrait signifier un nouveau transfert des outils et moyens de production vers une autre caste sociale, après être passés des mains des rois, seigneurs et religieux vers celles des ' bourgeois '...
Ah, on me dit que les outils et moyens de production sont déjà concentrés à l'extrême dans les mains d'une entité totalement virtuelle qui préempte l'économie réelle sans que cela émeuve grand monde...

Ils sont quant même forts...
Avoir réussi à détourner les richesses créées, avant de les réduire en esclavage par l'endettement.

Qui ça ?
Moins de 0,02 % de la population mondiale.

Combien ?
Plus de 60 % du PIB mondial.

Vous croyez en faire partie ?
Mheu non...
Ce n'est pas parce que bêêêfmtv, itv et autres organes de propagande libéraux tentent à longueur de temps d'opposer tout ce qui est opposable pour distraire des réalité que vous faites parti des moins de 0,02 % de la population mondiale détenant plus de 600 % du PIB mondial en amas capitalistique ne pouvant qu'investir dans la rente financière...

Tenez, une idée des revenus nécessaires et de leurs types pour faire partie des moins de 0,02 % ?

Simple, si vos revenus ne sont pas exclusivement issus de la finance ( uniquement des placements financiers, quoi... ) ET qu'ils ne sont pas supérieurs à 150 000 € net / mois ( après taxes & impôts... ), c'est que vous n'êtes pas dans les moins de 0,02 % de la population qui vous vole les richesses que vous créez pourtant sans que vous ne le sachiez, et / ou que vous vous en foutiez...

Alors avant que la population abrutie devant la machine à lobotomiser réalise comment elle est devenue une esclave consentante...


#18

Pour avoir quoi à la place ?
D'autres guignols qui feront la même politique ?
Qui feront pire encore ?


#19

C'est pas forcément la faute des pleins de gens, mais il est vrai que l'effet de foule y fait beaucoup il suffit de peu de gens pour déclencher une violence plus générale.
Pourtant la plus part des gens ne viennent pas en se disant tiens on va foutre la merde.


#20

en 96 les mecs de "mon" quartier défonçait les vitrines .. sans portable .. et revenais tous avec des nouveaux blousons ..

donc nan c'est pas pour protéger l’honnête citoyen ... c'est pour repérer les autres mouvement politique, quoi les anti démocrate qui souhaiterais faire appliqué le referendum de 2005