Commentaires : Iron Fist sur Netflix : l'insipide aventure de votre copain friqué qui a fait un stage kung-fu au Tibet

critique
marvel
netflix
sériestv
Tags: #<Tag:0x00007f3d35916260> #<Tag:0x00007f3d35916120> #<Tag:0x00007f3d35915fe0> #<Tag:0x00007f3d35915ea0>

#1

CritiqueIl s’appelle Danny, a grandi comme un sauvage sur l’Himalaya, façon Mowgli mais version Jackie Chan (Kung-fu, série B, tout ça) et décide un beau jour de se pointer à New York où il a grandi. Multimillionnaire malchanceux, Danny et ses parents sont pourtant censés être morts dans un accident d’avion : son retour surprend donc ses anciens proches qui ne lui font guère confiance. Le jeune et innocent Danny va donc devoir se battre pour reprendre la main sur l’entreprise…. Publié sur http://www.numerama.com/pop-culture/241161-iron-fist-sur-netflix-linsipide-aventure-de-votre-copain-frique-qui-a-fait-un-stage-kung-fu-au-tibet.html par Corentin Durand


#2

"Il s’appelle Danny, a grandi comme un sauvage sur l’Himalaya, façon Mowgli mais version Jackie Chan (Kung-fu, série B, tout ça) et décide un beau jour de se pointer à New York où il a grandi." :

y'a un probleme avec cette phrase ! il a grandi où en fait ?


#3

@corentind se transforme en Terminator et dézingue une série indigente. Savoureux.


#4

Terminator carrément ? J’ai encore un cœur battant sous cette armure d’acier et d’ironie !


#5

Danny n’est qu’un fade homme blanc riche qui s’approprie la culture asiatique

Bien au contraire, il apporte de la diversité là où tout le monde s’attendait à voir le cliché de l’asiatique qui fait du kung-fu.

privilèges blancs

Désolé mais ça n’existe pas.


#6

Dsl de te décevoir dans le fait que tu nies une réalité, mais le "white privilege" existe. Ce n'est tout simplement pas le sujet donc je ne m'étendrais pas là dessus.


#7

Donc il fallait dénaturer la série initiale pour faire du heros un asiatique et au contraire alors faire du sous HK au états unis.

Que le cinémas asiatique soit autonome et n’ait pas besoin de vedettes hollywoodienne pour devoir être distribué à l’international, c’est certain.

Après vouloir faire des films d’arts martiaux qu’une sous culture asiatique en vase clos n’est pas plus interessant.

On est pas avec le précédent de kung fu, avec david caradine, ou oui le heros avait été chargé pour faire plaisir aux studios, mais plus comme avec l’homme au katana, une rencontre entre deux cultures.


#8

Quand Numerama se prends pour Télérama.

Moi j’aime bien cette série !