Commentaires : Hôtel : les centrales de réservation dans le collimateur de Bercy

emmanuelmacron
autoritédelaconcurrence
marché
booking
Tags: #<Tag:0x00007f3d2981ec38> #<Tag:0x00007f3d2981eaf8> #<Tag:0x00007f3d2981e9b8> #<Tag:0x00007f3d2981e828>

#1


La pression s'accroît sur les centrales de réservation dédiée à l'hôtellerie. Vivement critiquées par les professionnels du secteur, ces plateformes feront l'objet d'un contrôle de l'autorité de la concurrence, sur demande du ministère de l'économie. L'instance devra en particulier examiner la nature des relations entre les hôteliers et les centrales et clarifier les pratiques existantes.

"L'Autorité de la concurrence expertisera la demande des acteurs hôteliers, visant à imposer aux centrales de recourir exclusivement à un contrat de mandat, ce qui leur interdirait d'agir sur les prix de vente au public et contribuerait à la transparence en matière tarifaire", précise le communiqué rédigé par les services du ministre de l'économie, Emmanuel Macron.

Plus généralement, l'Autorité de la concurrence est invitée à "faire toutes les recommandations qu'elle jugera utiles pour améliorer le fonctionnement concurrentiel du marché". En filigrane, il s'agit pour le gouvernement de sécuriser le secteur de l'hôtellerie face à l'émergence des plateformes de réservation de grande taille, qui peuvent être tentées d'imposer leurs conditions aux hôtels qu'elles référencent.

Cette saisine s'ajoute à l'assignation en justice visant Booking et Expedia, deux grands sites de réservation en ligne, pour des clauses qui entravent "significativement la liberté commerciale et tarifaire des hôtels". Arnaud Montebourg, alors en charge du redressement productif, estimait que l'attitude de ces centrales "nuit à la compétitivité du secteur hôtelier [...] et aux consommateurs".

Pour ne rien arranger, Booking est en train de subir actuellement une enquête des services fiscaux de l'État, qui a démarré il y a plusieurs mois déjà. Il est reproché à la société d'avoir mis en place un montage visant à limiter son imposition en France, en limitant les activités de la branche française de la société a un simple support, tandis que les réservations sont gérées à l'étranger.

( photo : CC BY Marco Del Torchio 95 )

Lire la suite


#2

et pendant ce temps là les sites de ce genre ne font que gratter la surface de l'offre hôtelière

sur paris par exemple j'ai une adresse que ce genre de site ne donnera jamais ou les chambres de base ne dépasse pas 40€ la nuit et 60€ pour la plus chère.

bref il y a eux et il y à les petits hôtelier et donc à quand un site spécial pour eux ?


#3

Du moment que le “contrôle de l’autorité de la concurrence” ne s’applique qu’aux sites français, ça va…
Internet est mondial. Paris n’a aucun pouvoir sur un site Canadien dont les membres classent des hôtels en France.


#4

Le mieux est d’utiliser ces sites pour avoir la liste des hôtels et ensuite de contacter directement l’hôtel qui vous intéresse.


#5

"Il est reproché à la société d'avoir mis en place un montage visant à limiter son imposition en France, en limitant les activités de la branche française de la société a un simple support, tandis que les réservations sont gérées à l'étranger."

Eux on les attaque mais Total, H&M, Ikea et j'en passe on les laisse tranquille...


#6

Il y a une clause (illégale) qui empêche l’hôtelier de pratiquer un tarif moins cher que via Booking :o


#7

Et si l'hôtelier garde une ou plusieurs chambres hors centrale, celle-ci signalera sur le site que l'hôtel est complet !
Un excellent reportage ici :


#8

Pour mieux comprendre, c'est ici :

http://ici.radio-canada.ca/tele/la-facture/2014-2015/episodes/350355/booking-reservation-hotel-ecodegraisseur-arnaque-degraissant


#9

Ce qui est logique puisque la centrale ne donne que le disponibilité des chambres à sa connaissance. Il ne faut pas non plus que l’hôtelier confonde une centrale de réservation comme son propre site Web où il fait ce qu’il veut. D’ailleurs, les hôteliers seraient avisés de se grouper, au besoin via leurs syndicats, pour monter leur propre site de réservation et mutualiser leur offre. Ils échapperaient à cette énorme marge de 30% des centrales mais qui leur assure le remplissage de leur hôtels, au profit d’une juste contribution. Il semble que comme les taxis, c’est trop dur d’arriver à se grouper pour aller vers les nouvelles technologies quand on essaye toute l’année de piquer les clients de ses voisins. Pendant ce temps là, les boites US qui n’inventent rien d’extraordinaire investissent le secteur et prennent le beurre et l’argent du beurre.


#10

Illégale en quoi?


#11

Que reproches-tu à Total?


#12

#13

Ce sujet a été automatiquement fermé après 60 jours. Aucune réponse n’est permise dorénavant.