Commentaires : Et BFMTV éteignit ses caméras pour diffuser un Facebook Live d'Emmanuel Macron

facebook
présidentielle2017
emmanuelmacron
marinelepen
télévision
Tags: #<Tag:0x00007f92127edfa0> #<Tag:0x00007f92127edc80> #<Tag:0x00007f92127ed9b0> #<Tag:0x00007f92127ed690> #<Tag:0x00007f92127ed4b0>

#1

La journée commençait mal pour Emmanuel Macron. Alors qu’il rencontrait des syndicalistes et employés de la région d’Amiens et de Whirlpool, Marine Le Pen profitait de l’absence du candidat dans les médias pour aller à la rencontre des ouvriers de la même entreprise sur le parking de l’usine. S’offrant ainsi des images d’une rare finesse politique, mêlée à la foule des futurs licenciés, la candidate du FN pouvait — à l’image au moins — enfin se targuer d’être la candidate…. Publié sur http://www.numerama.com/politique/252731-et-bfmtv-eteignit-ses-cameras-pour-diffuser-un-facebook-live-demmanuel-macron.html par Corentin Durand


#2

Un échange très interessant, un exemple d’ecoute et d’echange malgré le parti pris comprehensible des salariés pour Marine Lepen.

A titre personnel, je trouve que, sans convaincre, il rassure quand à sa presidentiabilité.


#3

ringardisant la pâle copie proposée par Marine Le Pen plus tôt dans la journée.

Je ne défends aucun des deux mais la logique aurait voulu qu’il fasse l’inverse: aller parler aux salariés puis ensuite discuter avec les syndicats. Bon vous me direz la première n’a pas fait mieux en allant qu’à la rencontre des salariés (en même temps pour ce que compte les syndicats dans notre pays; on est à 8/10% de syndiqués).

En une heure, les caméras des reporters s’éteignaient pour laisser place à la communication purement numérique d’un candidat. Du jamais vu.

La TNT n’est pas numérique ? :stuck_out_tongue:


#4

Je ne trouve pas si rassurant que ça ce genre de prises de risques improvisées, mais il faut admettre qu’il en a dans le calbar pour se pointer là comme ça.


#5

la logique aurait voulu qu’il fasse l’inverse: aller parler aux salariés puis ensuite discuter avec les syndicats

Question de point de vue selon moi. Le syndicat centralise les revendications, et il est plus simple d’aller vers les salariés en connaissance de cause, parce que c’est l’ordre hierarchique des choses.


#6

Enfin en France, les syndicats…
C’est loin d’etre des représentants des salariés malheureusement, même si si eux qui jouent le “pouvoir” coté salarié lors des négociations


#7

Il faut vraiment être aveugle pour croire qu'Emmanuel Macron est l'ami ses salariés. Emmanuel Macron est l'ami du capital, et je compte sur lui pour faire fructifier le mien.


#8

les medias sont à la botte du gouvernement, vous le saviez pas ???


#9

Non, je trouve ça plus logique : tu rencontres les représentants qui t’expliquent calmement le dossier avant d’aller voir les salariés qui eux sont dans l’émotion.
Mais bon, cela fait de belles images à la télévision, mais cela ne change rien : la politique économique ne se traite pas sur un parking.

Il y a bien longtemps que les politiques n’ont plus aucune influence sur la vie et la mort des entreprises. Qu’est ce que propose Le Pen ? Rien
Qu’est ce que propose Macron ? Former ceux qui vont être au chômage. Ca va créer des entreprises à Amiens et des emplois ? Non. Mais on aura des chômeurs formés.


#10

Ca change. Avant c’était le lobby juif voire jude-maçonnique. Donc à chaque époque ses fantasmes, ses délires et ses complotismes.
Quand je regarde C dans l’air, quand je regarde CNews ou quand je regarde BFMTV, je n’ai pas vraiment l’impression de regarder des suppôts du gouvernement.


#11

Un chômeur en formation pole emploi n'est plus compté comme à demandeur d'emploi (c'est un chômeur non disponible)

Et avec de la chance, si il trouve du boulot avant la fin de la formation, c'est classé comme "la formation lui a permis de trouver du boulot"


#12

Faux.
En catégorie D.
Les données INSEE sur les 5 catégories de demandeurs d’emploi sont disponibles. Il suffit de les consulter.


#13

Oui et catégorie D, c'est "Personne sans emploi, qui n'est pas immédiatement disponible, non tenue d'accomplir des actes positifs de recherche d'emploi (demandeur d'emploi en formation, en maladie, etc.)".....

Il n'est plus demandeur d'emploi, toute le processus de "recherche" d'emploi est stoppé (y compris du coté de PE, pour le peu qu'ils font.....)


#14

Faux
- catégorie D : demandeurs d'emploi non tenus de faire des actes positifs de recherche d'emploi (en raison d'un stage, d'une formation, d'une maladie…), y compris les demandeurs d'emploi en convention de reclassement personnalisé (CRP), en contrat de transition professionnelle (CTP), sans emploi et en contrat de sécurisation professionnelle ;

https://www.insee.fr/fr/metadonnees/definition/c2010
http://dares.travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/pi-mensuelle-ctpale3.pdf

Quant à la définition que tu as prises sur service public, regarde bien ce qu'il y a écrit sur la page :
- "Chômage : quelles sont les catégories de demandeurs d'emploi ?" et "Les demandeurs d'emploi sont inscrits à Pôle emploi selon 5 catégories : A, B, C, D et E."
- en tête de tableau : "Classification des demandeurs d'emploi" et "Demandeurs d'emploi concernés"
Essaye de lire toute la page...

Donc un chômeur en catégorie D est bien un demandeur d'emploi mais qui n'est pas tenu de faire de la recherche active d'emploi.


#15

On s’en fiche c’est l’ami des média.
Hallucinant ces agences de com qui vont réussir à faire élire un candidat !


#16

D'autre disent la même chose pour le FN "merci au média de l'avoir dédiabolisé". Du coup mes médias roulent pour qui ? Macron ou Le Pen ?


#17

Pour les autres ^^


#18

Ce ne sont pas les médias qui ont dé-diabolisé le FN mais le FN lui même.
En apparence, la communication du FN à bien changé par rapport à la version de papa.
Les médias sont tenus de tenir compte de l'audience du FN auprès du public, du fait de la popularité du parti, mais aussi de la loi.
Macron est un pur produit média.


#19

Je suis bien d'accord mais c'est régulièrement affirmé avec exactement le même niveau de preuve et d'argumentation que :

Macron et son équipe gèrent plutôt bien la communication dans les média. Pour le reste, il faut encore le prouver.


#20

Ah la la, les médias faiseurs de roi ! :slight_smile:

En plus, j'adore ce terme "les médias" : comme s'il y avait un cercle secret des directeurs de journaux qui se réunissaient à chaque pleine lune pour décider de qui ils allaient mettre en avant.

Macron, c'est d'abord le pur produit d'un mec dévoré d'ambition et qui a réussi un pari un peu fou que personne ne prenait au sérieux il y a un an : et surtout pas les médias. Après, quand cet OVNI a commencé à décoller, il est normal que les médias s'y intéressent car l'information, c'est le changement.

Mais de là à dire qu'ils l'ont créé, c'est très très exagéré.

Petite réflexion personnelle : vulgarité mis à part, Macron me fait fortement penser à Sarkozy. Un ego surdimensionné, un mec qui ramène toujours tout à lui, quelques relents de culte de la personnalité, un goût pour la frime et le bling-bling, une volonté de dézinguer les alliés en s'appuyant sur un tout petit carré de fidèles. Et puis "vous connaissez ma femme ? Elle est belle hein ?"

Avec quand même le gros fail de la Rotonde.
1) donner l'impression de fêter la victoire finale au premier tour sans attendre le second
2) ne pas se rendre compte que Le Pen fait 21% alors que ça inquiète beaucoup d'électeurs
3) ne pas se rendre compte que cela renvoie à l'image de Sarkozy au Fouquet's
4) répondre "je vous emmerde je fais ce que je veux" (plus poliment, mais l'esprit est là) quand on lui fait remarquer.