Donald Trump sera destitué, mais quand ?

etats-unis
donaldtrump
Tags: #<Tag:0x00007f920c6062b0> #<Tag:0x00007f920c606030>

#448


#449

Un bon copain de Trump


#450

Ça, c’est dit ! :smiley:


#451

#452


#453

#454

Coucou !


#455


#456

Faut dire qu’on est en plein roman fiction là.


#457

#458

J'avais vu ça. Je l'aime ce Larry Flint (depuis que je l'ai vu dans le film avec Woody Arelson).

Larry Flynt à la Court Suprême des Etats-Unis :


.

.
:smile::+1:


#459


#460

Trump va au golf…


#461


#462


#463


#464


#465

Ca bouge beaucoup en ce moment aux USA et Trump a du soucis a se faire :


#466

Donald Trump is done
http://www.chicagotribune.com/news/opinion/commentary/ct-manafort-donald-trump-tweets-20171030-story.htm

Lorsque son ancien directeur de campagne a été inculpé lundi, M. Trump m' a appelé au téléphone, en pleurant comme un bébé, et m' a supplié de l'appuyer. J'ai dit:"Vous êtes déjà président, M. le Président. Vous avez été élu." Il a dit:"J'aimerais quand même avoir votre aval." J'ai un enregistrement de l'appel téléphonique. C'est tellement triste. Donald Trump est fini. Il n' a pas pu être élu dogcatcher à New York, sa ville natale. J'ai été très gentil. Très joli. Mais les New-Yorkais adorent les chiens et pas lui. Il y a 14 cas enregistrés de coups de pied de petits chiens, et j'ai des preuves documentaires de tous, sauf deux.

Et beaucoup d'autres fois, il se balade avec des chats de femmes. Il a frappé à la porte, attrapé le chat, et s'est enfui. Juste pour montrer qu'un riche célèbre pourrait s'en tirer. Où sont les excuses? Non, il n' a même pas pu trouver un job de garde-école à New York. Regardez-le diriger ses petits-enfants vers l'hélicoptère - Dieu merci, il y a un marine là pour les empêcher d'entrer dans le rotor.

Il se méfie des enfants, il a peur qu'ils n'arrachent la perruque. C'est de La Bouffant au 8ème et 45ème, 3ème étage. Poil de cheval. Pouliche de Palomino. J'ai des reçus.

Trump a tiré sur un homme sur la Cinquième Avenue l'an dernier pour voir s'il pouvait s'en tirer et il l' a fait. Sa base a dit:"Il y a des gens qui ont juste besoin d'être fusillés, c'est tout. Comme un avertissement aux autres." Pourquoi il est si accro à la virilité? Parce que l'armée l' a rejeté à cause des éperons osseux qu'on obtient en portant des talons hauts. Tout le monde le sait.

Regardez comment il salue la garde d'honneur de la Marine - TOTAL DISASTER - ce n'est pas un salut, c'est un petit yoo-hoo. Les uniformes sont un énorme plaisir pour lui. Et quand il salue le drapeau, il ne le regarde même pas. Un manque total de respect pour le drapeau. Et le salut est très faible dans les poignets. Tu sais pourquoi il n' y a ABSOLUMENT PAS de vidéo de lui frappant une balle de golf? Parce que (pardonnez-moi d'être politiquement incorrect) il balance comme une fille. Et quand il le coupe dans le parking, il te donne une autre balle. M. Mulligan. M. Multi-Mulligan.

Il s'assoit à ce petit bureau ridicule dans le Bureau ovale et signe une proclamation présidentielle comme s'il était Kim Jong Un ou quelque chose du genre et il le tient debout comme un gamin qui lève son projet d'école que sa maman a écrit pour lui. L'homme sait à peine lire, c'est pourquoi il déteste TelePrompter. Légèreté totale.

Il n'est PAS UNE BELLE PERSONNE et c'est pourquoi le nom Trump est aussi populaire que l'herpès de nos jours. Les trompettistes ont repris le cornet. Les joueurs de cartes appellent la combinaison de saut la combinaison de tête. Les clochards préfèrent être appelés des clochards, les dépotoirs municipaux sont maintenant des tas de déchets, et les filles du nom de Dawn deviennent des chéryls. Pour les résidents de son immeuble minable de la Cinquième Avenue, il est maintenant connu sous le nom de tour Chump parce qu'il a causé tant de chagrin et de tragédie pour les gens. Il n' a pas été construit - il a été fabriqué. FABRICATED. Les modules de contreplaqué expédiés du Canada et installés par des employés temporaires à salaire minimum de Hoboken. Je peux le prouver. J'ai de la documentation. Le vent siffle à travers la tour la nuit, empâte les rats. Demandez à n'importe qui.

Les gens qui ont voté pour lui sont humiliés. Donc ses notes ont chuté. Les mêmes personnes qui l'admirent ont tendance à conduire des fléchettes esquives et à porter des sweat-shirts dans les écoles qu'elles n'ont pas fréquentées. Personne ne reste dans ses hôtels, sauf les PDG étrangers et leurs potes. Il est faible. Faibles sur les #s, faibles sur le 1er amendement, pire président de l'histoire. Échec à l'immobilier et maintenant à la politique. Son dossier = MAUVAIS. Le premier président de ma vie qui ne connaît pas les mots de "La bannière étoilée". Les lèvres ne bougent même pas.

Il a arrêté de tenir des rassemblements dans les stades parce que personne ne veut entendre un perdant se vanter de sa virilité pendant une heure, on peut l'entendre dans n'importe quel bar. Seuls les endroits où il peut dessiner une foule sont des zones rurales où les panneaux d'affichage sont criblés de trous de balles, tirés par des hommes en colère parce qu'ils ne savent pas lire. Il est tellement fini. Complètement hors de propos, épuisé, évanoui. Les yeux somnolents, les cheveux la-di-da et le tweet-tweet-tweet-tweet en disent long. Les vrais hommes ne tweetent pas. Demandez à n'importe qui. Nous aboyons, nous protestons, nous tonnons, nous condamnons, nous dénonçons, nous leur donnons l'enfer, parfois nous postons. Wimps tweet. Et maintenant, les suspects vont commencer à marcher et à parler. Et la grosse dame attend dans les ailes.

Washington Post

Garrison Keillor est un auteur et une personnalité de la radio.


#467

Thank You, Donald Trump
April 9, 2016 / John Pavlovitz
https://johnpavlovitz.com/2016/04/09/thank-donald-trump/
Cher M. Trump,

J’ai mis du temps à m’en rendre compte et à l’admettre, mais je vous en suis reconnaissant.

Au cours des dix-huit derniers mois, j’ai passé beaucoup de temps à déplorer votre campagne et le poison qu’elle a engendré sans effort, ainsi que votre présidence, qui fait encore plus de dégâts. J’ai vu notre pays imploser, notre discours public se polluer, notre climat politique s’aggraver, et à tort, vous en êtes responsable.

Ce n’est que récemment que j’ai compris que vous n’avez pas fabriqué nos lignes de conduite nationales actuelles - vous l’avez simplement révélée et exploitée.

En disant les choses irresponsables, mesquines, ignorantes et méchantes que vous dites si librement et si souvent, vous avez donné à d’autres personnes de même mentalité le droit de faire la même chose. Vous avez ouvert les vannes pour que nos eaux usées coulent à fond. Les gens ne cachent plus leur désordre, ils s’en réjouissent, ils le diffusent et le retweetent.

Vous avez rendu à nouveau le sectarisme, la misogynie et le racisme socialement acceptables et cela a été une sorte de don tordu parce que cela m’ a permis de vraiment voir les gens, non pas comme ils prétendent être à la surface, mais au plus profond de leur cœur blessé et armé.

Au fur et à mesure que votre campagne persévérait, vos partisans me disaient qu’ils vous aimaient parce que vous " parlez votre opinion ". Ce n’est que récemment que j’ai réalisé que tu leur parlais. Vous avez donné foi à leurs préjugés et les avez généralisés. C’est la voix que tu leur as donnée. Tu es devenu leur mégaphone toxique.

Grâce à la terrible terre que vous avez brisée, les politiciens, les pasteurs, les pasteurs, les amis et les étrangers, en personne et sur les médias sociaux, se montrent maintenant régulièrement haineux, intolérants et malveillants - et ils me rappellent à quel point ils sont proches de moi, à quel point la maladie en nous est profonde et jusqu’où nous devons aller ensemble.

Vous avez encouragé les gens à faire preuve d’ouverture au sujet des choses qu’ils cachaient pour des raisons de décorum, et même si cela me retourne l’estomac, je sais que c’est la seule façon d’aller de l’avant, d’exposer complètement ces choses cancéreuses pour qu’on puisse s’en occuper. Notre progrès en tant que nation repose sur un dialogue authentique, aussi brutal et décourageant soit-il.

En d’autres termes, vous nous avez fait savoir de quoi il s’agit vraiment et, bien que cela ait été à juste titre dérangeant, cela a aussi été révélateur. C’est le truc avec ce genre de lumière dure: on est forcé de tout voir. Beauté et monstruosité s’illuminent également.

Ne vous méprenez pas, je pense que vous êtes le président le moins qualifié, le moins bien informé et le plus horrible que nous ayons jamais eu, et je crains beaucoup pour le monde dont mes enfants hériteront s’il devait survivre à votre présidence. Je crois que vous êtes insouciant, amer et complètement répréhensible; c’est le pire des tyrans.

Mais quoi qu’il arrive maintenant, vous m’avez déjà accordé la bénédiction de la Vérité; sur moi, sur vous, sur notre nation.

Et vous m’avez aussi montré que je ne suis pas le seul à vous résister et à vous résister à cette horrible chose que vous nous avez révélée.

Vous avez suscité une réponse tout aussi forte et passionnée, et c’est là que je trouve mon espoir ces jours-ci.

Je le trouve chez ceux pour qui l’égalité n’est pas seulement un mot à la mode, c’est la plus précieuse des collines pour mourir.

Je le trouve chez ces gens qui refusent de se taire face à notre régression commune imminente.

Je le trouve chez ceux qui sont prêts à être plus audacieux en défendant la valeur inhérente de tous les gens.

Je le trouve dans l’armée grandissante de ceux qui ne toléreront pas la haine comme une valeur américaine fondamentale.

Je le trouve chez ceux qui rejettent la violence comme réponse par défaut à la dissension.

Je le trouve dans la voix toujours plus forte des gens qui ne laisseront pas la méchanceté et l’amertume les représenter dans le monde.

Aujourd’hui, je trouve mon espoir dans ceux qui, comme moi, ne seront pas complices de l’intolérance et du sectarisme comme source de fierté nationale, parce que nous avons vu où cela mène.

Oui, M. Trump,