Commentaires : Demande CV, lettre de motivation et réseaux sociaux

twitter
facebook
myspace
Tags: #<Tag:0x00007f920ab76a30> #<Tag:0x00007f920ab768f0> #<Tag:0x00007f920ab767b0>

#1

Ils étaient moins d'un quart il y a un an. Aujourd'hui, près de la moitié des employeurs américains reconnait avoir recours aux réseaux sociaux pour cerner la personnalité des candidats, et un tiers a déjà recalé des candidats sur la base des informations présentées.

Nous sommes souvent étonnés par la somme d'informations personnelles que peuvent laisser les internautes sur leurs comptes Facebook, Twitter, MySpace ou autres réseaux sociaux. Dans un monde qui passe de l'intimité à l'extimité, il faut prendre conscience que tout ce que l'on communique en ligne est non seulement lu, mais surtout archivé, indexé et plus tard recherché. Etaler toute sa vie privée sur une place publique accessible au moindre utilisateur de Google, c'est un risque qu'il faut bien mesurer. A commencer pour sa carrière professionnelle.
Aux Etats-Unis, selon un sondage de CareerBuilder, 45 % des employeurs consulteraient les profils et les contenus relatifs à leur short-list de candidats sur les réseaux sociaux. Ils consultent le plus souvent Facebook (29 %), LindekIn (26 %), MySpace (21 %), les blogs personnels (11 %), et Twitter (7 %). Le chiffre a plus que doublé en un an, puisque l'an dernier "seulement" 22 % des employeurs américains avaient recours aux réseaux sociaux pour mieux cerner la personnalité de leurs recrues.
Résultat, 35 % des employeurs avouent avoir déjà recalé des candidats suite aux informations trouvées sur les pages personnelles des réseaux sociaux. Les facteurs les plus éliminatoires sont les photos ou informatinons jugées inappropriées ou provocatrices (53 %), les contenus indiquant que le candidat consomme de l'alcool ou des drogues (44 %), les critiques à l'égard d'un ancien employeur ou d'un collègue de travail (35 %), et les candidats qui font preuve de peu d'aptitudes dans la communication (29 %).
C'est alors un véritable piège du prisonnier pour l'internaute. Ne livrer aucune information personnelle sur Internet est a priori la meilleure manière d'éviter toute information qui pourrait déplaire à un potentiel employeur. Mais l'entreprise pourrait alors juger, comme ce fut le cas pour 29 % des recalés, que le candidat n'est pas suffisamment communicatif, ou qu'il cherche à cacher des vices de sa personnalité. Il faudrait trouver l'équilibre entre transparence, vérité, mensonge et abstention, pour s'assurer les meilleures chances de trouver un emploi sans se faire recaler pour son activité sociale numérique.
Et vous, comment gérez-vous votre vie numérique ? Faites-vous attention aux informations que pourraient trouver vos futurs employeurs ?

Lire la suite


#2

Heureusement, j’ai plein d’homonymes :)


#3

moi ca m'a toujours fait rire de voir des gens se prendre en photo complettement torché pour les mettre en ligne par la suite

apres faut pas pleuré si ton employeur te refuse le poste ... c'est normal !
au contraire il faut se créer un compte facebook, twitter et co, et mettre des trucs que l'entreprise recherche
genre tu dis que tu bosse sur un projet complexe
que tu lis un livre sur ton metier
etc


#4

oui mai sde toute façon c’ets perdu d’avance car les patrons qui commencent à reluquer la vie privée de leurs postulants, ils peuvent aussi pousser la mauvaise foi à dire: celui là, si je le trouve pas sur un reseau social, c’est que c’est quelqu’un de louche qui a des chose sà cacher, donc j’embauche pas non plus

bref quoi que tu fasses, t’as perdu

moi je ne suis sur aucun reseau social, ni copain d’avants, ni rien, j’ai meme des camarades et amis irl de plus de 4 ans qui ne connaissent que mon surnom net/irl, et un numero de portable qu’est meme pas a mon nom (pret, famille), et qui ne connaissent ni mon identité, ni mon adresse…

bah j’suis sur que j’peux etre autant catalogué que celui qui met lui meme en ligne la derniere photo de lui a poil le calecon sur la tete lors de sa dernier ebitur eentre potes sur fesse bouc


#5

Pour ma part la seul référénce qu'on peut trouver sur moi c'est une commentaire sur un livre d'or datant de l'epoque ou j'etait jeune et ne faisait pas attention a mes infos ... , que google bot ne semble pas avoir envi d'effacer (ca fait 2 moi que j'ai fait modifier la page avec un faux nom et la cach est tjrs la :p )

Sinon ben je ne laisse strictement rien sur moi ... a la base parce que j'ai pas envie et que je trovue que c uen perte de temps mais c'est vrai qu'on pourrais croire que j'ai des truc a caché lol


#6

En parlant de copain d’avant, faudra m’expliquer comment s’en désinscrire !! :(


#7

@Djaron Euh des amis IRL qui ne te connaissent que par ton nick et un portable pas à ton nom, c'est vraiment des amis ??


#8

[quote]Juste le strict nécessaire sur Copains D'avant (vacances, quelques films et livres préférés -éclectisme affiché-) et un rapide résumé de mon taf sur Viadeo.
éleveur de marmottes


#9

dans le meme sens les recruteurs ont souvent une partie de leur vie étalée sur le net, c’est bien utile parfois pour préparer un entretien d’embauche !


#10

Je croyais qu’il fallait être accepté comme ami pour accéder à un profil Facebook.


#11

Et vous, comment gérez-vous votre vie numérique ? Faites-vous attention aux informations que pourraient trouver vos futurs employeurs ?

J’ai pas la chance d’avoir des homonymes, et si je met pas d’infos en ligne, certains dans mon entourage ne s’en privent pas. Oh joie.


#12

boarf, je pense que cette situation est transitoire, dans 15 ans, les employeurs aussi auront des photos d'eux en train de gerber dans le caniveau


#13

Je croyais qu'il fallait être accepté comme ami pour accéder à un profil Facebook.

C'est relativement facile de piéger un utilisateur, voir l'article du tigre sur le sujet.


#14

@Djaron Euh des amis IRL qui ne te connaissent que par ton nick et un portable pas à ton nom, c’est vraiment des amis ??

aussi paradoxal que ca puisse paraitre, oui; mais rassure toi j’ai aussi des amis irl qui connaissent mon nom et certaines de mes coordonnées

sur le net je suis juste “discret”/prudent, c’tout, car deja irl j’ai tendance à l’etre :)


#15

En même temps un patron qui te recale parce que tu fais la fête le weekend... moi je trouve ça plutôt moyen. Il ne faut pas mélanger professionnel et personnel: un patron n'a pas à savoir si tu es du genre déluré en dehors du travail ou sado-maso ou je ne sais quoi d'autre; ce qui compte ce sont les compétences professionnelles.


#16

ahem Discrimination à l’embauche ??

Voilà pourquoi je n’ai toujours pas de profil Facebook depuis des années.
Hors de question de voir ma vie privée étalée au monde entier.

Ca gène un recruteur ? Je lui cache des choses ? Il a peur de moi ? Qu’il me convoque, et on en parle. Promis, je ne mords pas.


#17

maisjustement si il sent que tu lui cache des choses et/ou a peur de toi, c clair que jamais il te convoquera


#18

je suis certain d’etre recalé ! j’ai un homonyme (meme age en plus) qui a laissé de sales traces sur le net. je risque pas de retrouver du boulot avec ca :-\


#19

Les gens sont stupides... quand j'aurais besoin d'un profil facebook, je changerais simplement mon nom sur Facebook, et j'en ferais un autre plus... professionnel.


#20

Je suis toujours étonnée de voir des gens avec des profils FaceBook publics qui laissent à la vue de tout le monde des photos assez perso de leur entourage… C’est pourtant vraiment simple de contrôler la confidentialité de certains éléments.
(les albums photo par exemple + les tags … sur ma page, j’ai réglé un paramètre pour que mes “amis” ne puissent pas être prévenus qu’une personne avec laquelle ils ne sont pas “amis” m’a tagguée sur une photo. Exemple tout bête)