Defund police


#21

La rumeur de démission a été propagée par Le Figaro.
Elle est démentie par l’Élysée.

“Partition” figure dans le livre “Un président ne devrait pas dire ça” de Gérard Davet et Fabrice Lhomme sur François Hollande.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Un_président_ne_devrait_pas_dire_ça...#Immigration

Yougoslavie c’est de moi, avec mon sens habituel de la mesure.


#22

Tu dramatises.

Malgré le fait que je sois partiellement d’accord avec ce qu’il dit (ce n’est pas LA faute des universitaires, mais c’est clair que certains d’entre eux n’aident pas) venant de la part d’un mec qui réhabilite Pétain, qui va pleurer au chevet de Zemmour quand il se prend un crachat dans la rue, et qui est un grand pote de De Villiers, il a vraiment pas honte de se foutre de la gueule du monde, notre bien aimé Président.

… et on sait que c’est du pipeau. Next.

Là encore, tu dramatises. Si des discours communautaristes se diffusent de plus en plus dans notre société française moderne (qui est née du jacobinisme, donc totalement opposée au communautarisme), c’est justement parce-que l’État est fort. La “non-intervention” de l’État n’est pas la preuve que ce dernier est faible : c’est la preuve qu’il laisse ces idéologies se diffuser. Parce-que, pendant que les Noirs et les Blancs s’affrontent, les femmes et les hommes se prennent le bec, les athées et les religieux s’étripent, ils ne le remettent pas en cause sur sa base. Et ça fait toute ses affaires. Quand il y a une ZAD de 150 pélos au fin fond de la Loire-Atlantique ou en Meurthe-et-Moselle, c’est le branle-bas de combat : des cars entiers de CRS qui déversent des millions d’euros de matos militaire, des cellules de renseignement sur le pied de grue jour et nuit, des ministres qui se sentent obliger d’intervenir régulièrement dans les médias pour tenter de conscrire le feu, etc. Et de l’autre côté, t’as des Rokhaya Diallo, des Maboula Soumahoro et des Houria Bouteldja qui font la tournée des plateaux télé et des chaînes de radio, sans être inquiétées le moins du monde (alors que Bouteldja par exemple a écrit un bouquin qui aurait dû la mener direct en taule pour son contenu).

Quel drama… Non, la France n’est pas du tout à l’heure actuelle au point de la Yougoslavie d’antan. Prends un Xanax, vraiment, ça ira mieux après.

Le sens de l’Histoire ? Toi qui parlais de Yougoslavie, la France elle part de là :

pour arriver à là aujourd’hui :

C’est quand même pas dégueu. Le sens de l’Histoire, c’est plutôt l’union, pas la division. Alors ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas ou qu’il n’y aura plus jamais de périodes rétrogrades mais la tendance c’est pas tellement que les peuples éclatent en une multitude de ptits groupes. Ça, au contraire, c’est de là où on part.


#23

J’ai toujours habité ce pays et il m’est cher. J’ai l’idéal universaliste républicain pour credo. Cependant, je le vois sombrer. Je ne pense pas qu’il soit possible de sauver les meubles.

“Assimilation” est maintenant un gros mot. “Multiculturalisme” un horizon imposé. Histoire et héritage sont soldés. Tout doit disparaître, comme on dit dans les braderies.

Sur le mouvement aggrégation / désaggrégation, il n’a rien d’uniforme. Ce qui a été construit peut se déconstruire. L’État peut sauter au profit de régions d’europe, par exemple. Parlons plutôt de reconfiguration.

C’est un jeu extrêmement dangereux. Un Ministre de l’Intérieur qui prend le parti des manifestants sur sa police, un Garde des Sceaux qui se propose de rencontrer des repris de Justice, pour moi c’est un pouvoir aux abois. Pas un pouvoir qui tire les ficelles.

Les Diallo, Soumahoro et Bouteldja, c’est pas le pouvoir politique qui les contrôle. Ce sont les forces d’opposition, avec l’aide des media.

Vous acceptez la carte Vitale, Docteur ?


#24

Tu le vois sombrer dans les médias. C’est-à-dire entre le Ve et XVe arrondissement de Paris. Le reste de la France se contre-fout de ces grandes valeurs creuses et de discours buzz pseudo-scientifiques. Regarde l’un des plus grands événements sociaux de ses 10 dernières années en France : les Gilets Jaunes. Des gens qui n’ont jamais manifesté et qui ne se connaissent pas, et qui sont venus de la France entière pour aller secouer les grilles de l’Élysée pour la revalorisation des salaires/allocations, la taxation des riches et plus de démocratie directe. Jamais tu ne pourras réunir des centaines de milliers de personnes à travers la France chaque samedi pendant 1 an et demi sur des slogans du style “Men are trash” ou “les Blancs sont tous racistes.” C’est cette réalité-là qu’il faut voir, elle crève les yeux (littéralement…). Pas l’espèce de distorsions molle du bulbe de 3 chaînes hertziennes et 2 chaînes TNT qui partagent toutes les mêmes bureaux dans le centre de Paris.

Normal. Bien que le concept soit intéressant, il est mal appliqué en France.

La France a toujours été multi-culturelle, TOUJOURS (il suffit que tu regardes la 1re carte que j’ai partagée dans mon commentaire précédent pour le comprendre). Et non, le problème ne vient pas de la “culture” maghrébinne et des musulmans : les politiciens ont toujours manipulé l’opinion dans un sens ou dans l’autre pour diviser. Y a qu’à regarder la manière dont on traitait les Portugais, les Belges, les Italiens, les Polonais dans les années 50 alors qu’ils sont bien blancs et qu’ils ont la même “culture judéo-chrétiéno-européenne.” On en revient toujours au même dénominateur commun : c’est l’État et ses courroies de transmissions qui foutent la merde, qui font des effets de loupes débiles et toxiques, tout ça pour que les pauvres se battent entre eux, et avoir un semblant de paix. C’est eux qui doivent rendre des comptes, pas les universitaires ou des assos qui n’ont pas le pouvoir d’arracher le micro ou de forcer à lire leurs livres, ou je-ne-sais quels arabo-musulmans.

Oui, c’est pour ça, je ne suis pas en train de dire que l’Histoire est parfaitement linéaire mais qu’il y a une tendance et cette tendance c’est plutôt l’agrégation plutôt que la dislocation.

C’est déjà un peu le cas, à vrai dire : les GOPE c’est pas des tracts que tu peux jeter à la poubelle si t’es pas trop d’humeur. On n’a déjà plus la main sur nos orientations économiques et sur nos frontières donc bon… Mais je ne parie pas tellement sur l’avenir de l’UE : le Brexit a fait beaucoup d’émules et c’est un secret de polichinelle que les Français détestent l’UE.

Je te le fais pas dire ! Mais les politiciens s’en tapent le coquillard des conséquences de leurs politiques. Ils ne voient pas plus loin que le bout de leur mandat. Et en plus, la Constitution garantit le fait qu’il ne soient jamais tenus pour responsables a posteriori. Alors après, advienne que pourra… Ça se saurait si nos dirigeants étaient animés par une passion patriotique et l’amour de la France et des Français :sweat_smile:

Euh vu les “propositions” totalement molles de Castaner et le fait qu’il revienne dessus en plus de ça, t’as pas trop à t’inquiéter. “Soupçon avéré” et “systématiquement… envisageable”, c’est quel niveau de foutage de gueule ça ? :joy:

… dans un pur but politicien. La ministre aurait pu faire une belle photo sur le perron et les médias à 20h aurait pu dire “Assa Traoré est maintenant la grande copine de Belloubet. Circulez, y a plus rien à voir !”.

De la politique politicienne. Ni plus ni moins. Ça fait des siècles, que dis-je, des millénaires que c’est comme ça. Panem et circenses.

C’est tout l’inverse. Ce sont les partis politiques traditionnels et les médias qui sont à leur remorque. Mélenchon par exemple est complètement débordé à sa gauche par ce genre de mouvement. On dit que ses relations avec Obono et Autain sont exécrables, justement à cause des positions de ces dernières qui divergent frontalement de celles du leader de la FI qui est plutôt vieille gauche jacobine. Le NPA a carrément été “entré” par ces militants indigénistes : il est loin le temps de la LCR. Le PS est mort et enterré, pas besoin de s’étendre sur lui. Il n’y a bien que le PCF qui résiste encore mais il n’a plus d’influence sur la scène politique française et son obsession à retrouver ses scores de 25% vont sûrement le mener au point inclusif et toutes ces conneries. Quand aux partis de droite, n’en parlons pas : eux ils ont toujours été poreux avec les idées identitaires d’extrême-droite. J’ai pas du tout envie de choisir entre la peste et le choléra. Je pense qu’on est capable de bien mieux.

Vraiment, détends-toi. Même si la situation est loin d’être folichonne, elle est loin d’être celle que décrive les médias. Les ratonnades, par exemple, c’est-à-dire de la guérilla raciale, ça a existé en France et pourtant ça n’a pas mis le feu au pays. La guerre raciale a besoin de nombreux soutiens actifs dans les deux camps pour advenir. Et ce n’est clairement pas le cas actuellement. Ça peut changer, je dis pas. Mais on n’y est pas pour le moment.


#25

Ah c’est sûr que comme amplificateur à conneries, les media se posent là.

Sauf que les media ont aussi un effet sur le pouvoir politique qui se sent obligé de satisfaire l’opinion publique pour des raisons électorales. On pourrait discuter de la manière dont cette opinion publique est fabriquée, car ce n’est finalement qu’une création. Mais on va garder ça pour une autre occasion.

Sinon oui, gilets jaunes => je tabasse, Traoré => je me couche, ça dit quelque chose des priorités du corps politique.

Totalement mais que veux-tu, on ne trouve plus un Ministre présentable. En attendant, il a foutu un joli bronx dans la maison poulaga.

Multiculturalisme = juxtaposition de cultures “sans avoir à sacrifier leurs identités particulières”. (Wikipedia) L’exact contraire de la construction républicaine. Les cultures régionales ont été réduites à un folklore.

Là je me rends compte que je ne parlais pas des forces d’opposition mais des forces révolutionnaires. Les trotskistes, maoïstes, anarchistes qui pullulent dans les amphithéâtre de socio avec leurs études décoloniales, le racisme systémique, la blanchité. Et je crois que c’est à eux que pensait Macron en parlant d’universitaires.

Ces dignes descendants des bolchéviques n’ont pas abandonné leur projet de subversion de la société bourgeoise capitaliste. Et ils ont appris à instrumenter les minorités pour alimenter leur machine. Je dois saluer leur ténacité.


#26

Parce que ça s’appelle la solidarité nationale et que c’est sur ça qu’est basé notre modèle social. C’est certes imparfait, mais c’est ce qui permet que ça ne coûte pas plus cher d’envoyer une lettre depuis Saint-Brieuc que depuis Bobigny, que la TVA sur les produits alimentaires soit la même à Saint-Brieux qu’à Bobigny, que les habitants de Saint-Brieuc puisse accéder gratuitement aux hôpitaux parisiens spécialisés en cas de problème, que les élèves brillants de Saint-Brieuc puisse aller faire des classes prépa dans les grand lycées parisiens, …

Ca marche dans tous les sens la solidarité nationale. C’est pas parfait, mais c’est mieux que dans certains pays.

Exemple : il y a une dizaine d’années, je visite Los Angeles et on fait un tour dans Bervely Hills : le quartier des stars. Les routes sont défoncées, des nids de poule pire que dans un bled paumé au fin fond de la brousse. La raison : les riches de Bervely Hills veulent leur indépendance et ne payent plus leurs impôts pour les pauvres de Los Angeles. D’où rétorsion de la municipalité qui du coup, n’entretient plus les rues.

Mais putain, les femmes de ménage, les chauffeurs, les jardiniers de toutes ces stars, heureusement que Los Angeles leur verse des allocs, leur fournir des soins, leur met en place des lignes de bus,…


#27

Les paroles n’engagent que ceux qui les prononcent. C’est comme tout, c’est cyclique. En 2005 on en parlait, en 2020 on en reparle, la prochaine ce sera en 2033 ? Il n’y a aucne raison que ça s’arrête puisque l’Histoire est figée et non-correctible donc ça peut durer une éternité mais on peut aussi remonter l’Histoire et pas s’arrêter au 17/18eme par exemple; tlm sera coupable de quelque chose.

Il faut concéder que sur ce point il a au tiers raison quand même. On ne peut pas être fonctionnaire et faire en douce sa propagande.


#28

Il serait délicat, pour le pouvoir, de limiter la liberté académique pour des motifs politiques. Bien qu’il n’en ait pas été question.

Le mieux pour jauger les idéologies est de les mettre au feu de la réalité. On en a un exemple vivant à Seattle. C’était super en amphi mais ça devient sordide dans le réel.

Je suis plutôt favorables aux expériences politiques grandeur nature. Bien sûr, ça fait quelques victimes collatérales. C’est pourquoi il vaut mieux les mener sur un territoire réduit que sur un pays tout entier.

Osons le laboratoire politique.


#29

A condition de ne pas être une victime collatérale qui n’a rien demandé à personne.


#30

Il ne s’agit pas de liberté académique mais plutôt de confusion des genres.
Quand c’est pas les personnes de la socio ou philo qui font leur propagande, c’est les scientifiques qui trainent avec les verts au conseil municipal.

Tu peux présenter (et non pas développer son idéologie) des idéologies en cours, mais il faut être exhaustif et après laisser libre court aux étudiants pour qu’ils cheminent eux-mêmes et se fassent un jugement.


#31

Mais quand la chose est devenue l’objet de l’enseignement, par exemple “Etudes décoloniales, Université de Limoges”, tu ne peux plus parler de propagande. C’est toute un enseignement critique / déconstructeur / revendicateur qui est devenu cursus universitaire.

C’est pas de la propagande, c’est le programme.

L’étudiant qui s’inscrit en études décoloniales ou en études de genre, son jugement est déjà fait.

En revanche, la propagande elle est au niveau du lycée. Parce que

Vous vous vous êtes engagé au mouvement BLM. Vous devez expliquer pourquoi vous avez rejoint ce mouvement en illustrant vos dires avec des exemples et parler de votre future action/ manifestation.

en cours d’anglais, la neutralité politique de l’enseignant, on s’est torché avec.

Et ce n’est qu’un exemple parmi probablement des centaines.


#32

Ces séminaires ont provoqué un tollé en France. Même le ministère s’en est mêlé et ça a fini par quelque(s) prof(s) “licencié(s)” mais evidemment pas celui/ceux qu’on croit.
J’ai envie de dire que le pb n’est pas ce type de séminaire.
Le pb est que ce soit un établissement public d’enseignement qui les accueille. Je mettrai plus en cause l’administration et la gouvernance de l’université. Mais quiconque saura que dans les universités, la partie très haute de la gouvernance est composée de…professeurs, ballot hein ^^
Le même type de séminaire devait avoir lieu par chez moi. L’affiche n’a pas fait la matinée dans le hall vu que c’est un établissement public. On bennait déjà tous les prospectus commerciaux déposés; c’est le même argument qui a été utilisé. C’est passé comme une lettre à La Poste.

Le droit de se syndiquer est fixé à 15/16a en France il me semble; de la propagande peut donc s’adresser à ce type de population.


#33

Je sais pas si y’a un age minimum vraiment fixé, mais en tout cas un apprenti a la possibilité de le faire (donc à 16 ans sans soucis). Mais quasiment toute communication est interdites au sein des établissements, ça peut se faire qu’en dehors (typiquement ceux qui guettent devant les sorties ^^)

Après, sur le papier, pour les écoliers / collégiens / lycéens, leur prof a un devoir de réserve, une neutralité, que les enseignants chercheurs en université n’ont pas à respecter (de part leur status et celui de l’université, l’administration ne peut leur imposer de limite à la liberté d’expression, seuls les propos illégaux, devant un tribunal “classique” sont interdits)

Mais en général, a cet age, la propagande a déjà eu lieu, et on se retrouve avec des cursus “politiquement orientés”, avec un prof qui peut faire sa propagande devant un public déjà acquis souvent, car qui s’y inscrit justement pour partager les mêmes idées / valeurs (et le peu de vilains petits canards sont gentillement mis de coté)


#34

C’est pourtant ce qu’on leur demande de faire depuis toujours sans que ça n’émeuve qui que ce soit. Les profs d’histoire et de philo par exemple ne sont pas libres d’explorer des sujets comme ils le souhaitent : ils doivent le faire selon le programme (qui EST politique, et on le voit régulièrement), le tout soutenu par les Éditions Nathan, qui sont tout sauf neutres.

Il ne s’agirait pas de dénoncer la propagande des uns tout en fermant les yeux sur celle des autres.

Dans la pratique, ce serait impossible de faire la liste exhaustive de tous les avantages et de tous les inconvénients de toutes les théories possibles et imaginables. Et d’ailleurs, pourquoi se limiter aux seuls étudiants ? C’est toute la société qui est concernée. Dans l’idéal, on donnerait toutes les armes intellectuelles à tout le monde pour que chacun puisse se faire son propre avis de la manière la plus éclairée. On peut essayer de tendre vers cet objectif mais là encore en pratique ce n’est pas possible de l’atteindre (chacun a aussi le droit de ne pas être intéressé par un sujet, on va pas commencer à forcer les gens à se renseigner sur tout et n’importe quoi). À mon humble avis, le levier le plus intéressant à actionner se situerait plutôt du côté des médias. Mais dans l’ordre actuel des choses, il n’y a aucun espoir que la connaissance, la sagesse soit délivrée par des médias comme BFM, TF1 et leurs pendants plus ou moins importants du net. La philo, l’histoire, la socio, faits de manière sérieuse, c’est chiant, c’est pas bankable. C’est beaucoup mieux d’exciter les gens sur des sujets bien controversés : ça, ça fait de l’audience et c’est tout ce qui compte, l’audience.


#35

Ah voila. On avance !


#36

C’est beau
image


#37

Parce-que tu croyais vraiment que le slogan “Abolish The Police” ça voulait dire “On n’a plus du tout besoin d’une force publique pour faire appliquer la loi” ?


#38

Lis toi-même : Exiger la baisse du budget de la police jusqu’à ce qu’il soit de zéro.


#39

Et tu t’es seulement arrêté à la première phrase ? Pour la comprendre, faut lire le reste :

Y aurait comme une contradiction à dire que la police (ou une certaine forme de force publique) ne doit plus exister et enchaîner juste après avec un truc du style “exiger que la police soit responsable des fautes et des recours à la violence.”

Spoiler : c’est pas une contradiction. Ça s’appelle une purge, en bonne et due forme.


#40

En effet, j’avais remarqué. Une fois la première proposition réalisée, les suivantes tombent d’elles-mêmes.