Commentaires : De plus en plus d'entreprises choisissent de bloquer les réseaux socia

twitter
facebook
social
myspace
Tags: #<Tag:0x00007f920aef7c18> #<Tag:0x00007f920aef7ad8> #<Tag:0x00007f920aef7970> #<Tag:0x00007f920aef7830>

#1

Le web social prenant une place de plus en plus prépondérante dans les activités en ligne des internautes, certains employeurs choisissent de bloquer l'accès à ces sites, de peu que la productivités de leurs salariés ne finissent pas chuter. Et pour justifier cette décision, les risques de sécurité sont régulièrement mis en avant.

Alors que les recruteurs, et plus généralement les employeurs, se servent de plus en plus du web social pour en savoir toujours plus sur un candidat potentiel, les entreprises sont également de plus en plus réticentes à laisser leurs employés vagabonder trop librement sur le web... au lieu de travailler d'arrache-pied. Une étude fournie par ScanSage, une entreprise spécialisée dans la sécurité web, révèle que les sociétés américaines bloquant les réseaux sociaux ont augmenté de 20 % ces six derniers mois.
Pour mener à bien ce travail, ScanSage s'est basé sur les millions de requêtes web traitées chaque mois par l'entreprise. Au final, les réseaux sociaux sont devenus la première catégorie à être bloquée par les entreprises, dans plus de 3 cas sur 4 : "76 % des sociétés choisissent de bloquer les réseaux sociaux."
"De plus, les sites communautaires sont désormais devenus la première catégorie a être bloquée, devant le commerce électronique (52 %), les armes (75 %), l'alcool (64 %), le sport (51 %) et les services de webmail (58 %)".
La plupart du temps, la raison première des employeurs, parfois justifiée par l'actualité, est la menace que ces réseaux peuvent faire courir à l'entreprise. En effet, Facebook ou Twitter ont plusieurs fois été la cible de spam ou de logiciels malveillants.
Les employeurs ne veulent tout naturellement pas que cela compromette la sécurité du réseau informatique de la société.Néanmoins, il y a derrière une autre explication, parfois avouée à demi-mot : de plus en plus de chefs d'entreprise ont peur de voir la productivité de leurs employés se casser la figure en restant trop longtemps sur des sites sociaux.

Lire la suite


#2

Franchement je vois pas ce qui a de choquant, je suis moi même informaticien ET chef d’entreprise… Je comprend donc les besoins de l’un et de l’autre. Je peux vous dire, sans hypocrisie, que certains utilisateurs passent beaucoup plus de temps a surfer sur Facebook qu’a faire leur boulot… Et pour ne pas faire de cas par cas on bloque le tout.


#3

Est-ce que le fait de passer un peu de temps sur un réseau social nuit vraiment à la productivité ?

Et aussi, attention à l’idée reçue qui veut que si un employé passe 30 min/j sur Facebook, il les passera entièrement à bosser si on lui coupe l’accès du jour au lendemain.
C’est parfois le cas contraire : il passera plus de 30 minutes à faire autre chose…

Si vous voulez quelqu’un qui ne fasse que bosser de 8h à 18h, achetez un robot.

Pour le reste, la confiance marche tout aussi bien, et s’il y a des abus manifestes, le mieux serait encore d’en parler avec le concerné avant de prendre des sanctions, non ?


#4

C’est marrant, l’année derniere j’etais dans une entreprise qui bloquait juste la page de login.
J’avais reussi à outre passé avec la version de FireFox portable.


#5

Pour le reste, la confiance marche tout aussi bien

Malheureusement, non, tout le monde n'est pas discipliné...Il y a toujours des personnes pour profiter un peu, voir abuser de la confiance accordée. Le pire, c'est l'influence que ce genre de comportement peut avoir sur le reste des employés : quand on voit quelqu'un qui passe sa journée sur facebook ou autre (chez nous, le plus "chronophage" est d'assez loin Youtube), la tentation est d'autant plus forte de se distraire un peu plus que la "pause syndicale" tolérée...

et s'il y a des abus manifestes, le mieux serait encore d'en parler avec le concerné avant de prendre des sanctions, non ?

Mais à partir de quand définir un "abus manifeste"? c'est très subjectif, comme critère! et qui dit subjectivité dit inégalité et donc injustice...

Quant aux sanctions, le but d'un blocage est justement d'avoir a éviter d'en prendre. Le monde du travail, ce n'est pas le cercle familiale : bloquer un site, ce n'est pas une "sanction" comme on punirait quelqu'un parce qu'il n'a pas fait ses devoirs...
Une sanction dans le monde du travail, personne n'a envie d'avoir à en infliger une


#6

Pour le reste, la confiance marche tout aussi bien, et s’il y a des abus manifestes, le mieux serait encore d’en parler avec le concerné avant de prendre des sanctions, non ?

Pour pouvoir constater des abus manifestes il faut surveiller les employés, ce qui me semble plus néfaste que de couper l’accès aux réseaux sociaux…


#7

OU prenez un chinois.


#8

entre la sécurité (ce qui est normal) et le fait que pas mal d'emplyé passe plus de temps sur leur réseau sociaux a rien foutr mon coeur balance


#9

Ils ont qu'a sortir prendre l'air, les employés, pendant leurs pauses "syndicales". Sa leur fera pas de mal.


#10

On va faire simple. Selon le code du travail l'usage d'Internet à des fins privés est interdit et peut constitué un motif de licenciement. C'est une tolérance de pouvoir aller sur Facebook par un droit. Le problème de la confiance c'est que ce genre de réseau aide à l'addiction et certains salariés ne s'en rendent même pas compte. En tant que chef d'entreprise j'ai tout bloqué récement et j'ai eu une levée de bouclier pendant quelques jour qui me faisait passer pour le pire des régimes dictatoriaux. Et au bout de quelques jours j'ai remis sans rien dire, les gens pensant que c'était toujours bloqué continue de faire comme si ce n'a l'était pas.
Quelqu'un qui passe 1/2 heure par jour sur facebook coute une fortune à une boite.
car 0,5 heure par jour = 2,5h par semaine = 12,5h par mois= 150h par an. Donc un mec qui fait ça pendant un an il coute aussi cher que s'il était en congé.


#11

Pour finir d’illustrer ma pensée, le fait que ce genre de pratique puisse choquer montre à quelle point notre société a perdu sur ses valeurs. Autant je suis pour le partage de la culture à tous, et j’ai toujours considéré le piratage comme un outil marketing qu’une perte sèche, autant le fait que les gens font la confusion entre ce qui est toléré et ce qui est du me fait très peur.


#12

Pour ma part , jpense qu'il peuvent bien attendre la pose dejeuner ou de rentrer chez eux le soir ... ca me viendrais pas a l'idée d'aller sur des site comme ca dans mon boulot ...

Enfin bon mon futur poste c'est celui qui blockera tout alors ... :p


#13

Voilà, les routeurs sont configurés pour laissé une plage horaire “libre” ente 12h-14 et après 19h.

Un calcul simple pour une société de 20 employés qui passent, aller jouons petit, 10 min par jour sur facebook, donc sur 1 mois de travail: 20 (employés) x 10 (minutes) x 20 (jours ouvrés)= 4 000 minutes = 66h de manque a gagner pour l’entreprise

@AxS/Natsume: maintenant fait le calcul pour 30 minutes par jours…


#14

On va faire simple. Selon le code du travail l’usage d’Internet à des fins privés est interdit et peut constitué un motif de licenciement. C’est une tolérance de pouvoir aller sur Facebook par un droit. Le problème de la confiance c’est que ce genre de réseau aide à l’addiction et certains salariés ne s’en rendent même pas compte. En tant que chef d’entreprise j’ai tout bloqué récement et j’ai eu une levée de bouclier pendant quelques jour qui me faisait passer pour le pire des régimes dictatoriaux. Et au bout de quelques jours j’ai remis sans rien dire, les gens pensant que c’était toujours bloqué continue de faire comme si ce n’a l’était pas.
Quelqu’un qui passe 1/2 heure par jour sur facebook coute une fortune à une boite.
car 0,5 heure par jour = 2,5h par semaine = 12,5h par mois= 150h par an. Donc un mec qui fait ça pendant un an il coute aussi cher que s’il était en congé.

C’est vrai que les pauvres patrons perdent une fortune pendant que leurs employés ne triment pas pour une misère.
Sincèrement, même si je suis ok avec le fait qu’au boulot on est là pour travailler, faut que les chefs d’entreprises arrête un peu de voir le mauvais partout, surtout quand ils sont les premiers à toujours faire dans l’abus!!!


#15

12000 ?


#16

Il ne connaissent pas la version portable de tor ?
Tiens ça me rappelle la censure au CDI dans mon lycée tout le monde était content quand j’ai parler de tor en version portable pour clef USB.


#17

“de peu que la productivités de leurs salariés ne finissent pas chuter.” o_O


#18

punez et moi qui passe des fois des semaines entieres a glander au bureau lol

pauvre patron que j'ai !

ah mais non lui il est moins con, il sait et il voit que le boulot est correctement fait dans les temps et qu'on est content detre libres au boulot et que donc on est contents d'y venir tous les jours sans rechigner !

mais c'est un inconscient surement, lui qui force pas ses employes a bosser comme des esclaves 8h par jour ! Dire qu'avec ça il pourrait être plus riche ! quel malade !


#19

Voilà, les routeurs sont configurés pour laissé une plage horaire "libre" ente 12h-14 et après 19h.

Un calcul simple pour une société de 20 employés qui passent, aller jouons petit, 10 min par jour sur facebook, donc sur 1 mois de travail: 20 (employés) x 10 (minutes) x 20 (jours ouvrés)= 4 000 minutes = 66h de manque a gagner pour l'entreprise

@AxS/Natsume: maintenant fait le calcul pour 30 minutes par jours...

a l'opposé moi mo patron est jamais sur mon dos a me fliquer, reszultat je bosse comme je l'entends et tout est toujours rendu clean et dans les temps !

Avec votre discours reactionnaire, c'est les patrons tels que vous qui reactivent la lutte des classes en considérant leurs employes comme des gamins à l'école

les pauvres patrons, les pauvres patrons ... on en pleurerait presque ! Salauds d'ouvriers qui veulent pas se tuer ç la tache pour le smic !


#20

Moi tant qui me bloque pas adult finder :D