Commentaires : Contre le piratage de Naruto, Kana persiste avec le "simultrad"

applications
japon
piratage
bandedessinée
Tags: #<Tag:0x00007f3d2b237840> #<Tag:0x00007f3d2b2376d8> #<Tag:0x00007f3d2b233f38> #<Tag:0x00007f3d2b233c40>

#1


Dans l'optique de limiter le piratage des séries TV, les chaînes de télévision et les sociétés de production ont décidé de changer leur fusil d'épaule : désormais, certaines séries TV américaines sont diffusées presque simultanément dans d'autres pays. C'est par exemple le cas de Game of Thrones, dont les épisodes sont proposés en version sous-titrée 24 heures après leur retransmission aux USA.

"Nous pensons que la clé pour combattre le piratage est de rendre les contenus comme Game of Thrones disponibles à l'international le plus rapidement possible", déclarait Jeff Cusson, l'un des cadres de HBO. Cet avis est partagé par Orange, qui propose le service US+24. Il s'agit, selon l'opérateur, "d'une alternative très attractive au piratage" puisqu'elle règle le problème de l'indisponibilité des programmes.

LES MANGAS ET LES SCANS

C'est cette logique que l'on retrouve aujourd'hui dans l'édition du manga. L'éditeur Kana, qui dispose des droits d'exploitation de Naruto pour la France, annonce que la série dérivée Naruto Gaiden sera proposée en "simultrad" chaque semaine à partir du 27 avril. Tous les lundis, un nouveau chapitre sera proposé, en collant au plus près de la publication japonaise dans le magazine Weekly Sh?nen Jump.

Chaque chapitre sera vendu 0,49 euro et sera disponible sur plusieurs plateformes légales de téléchargement (Amazon, Fnac et Izneo).

L'objectif derrière le simultrad est bien évidemment de contrer le travail bénévole effectué par les fans, qui traduisent et éditent des pages de mangas depuis le japonais ou l'anglais afin de les proposer gratuitement aux internautes francophones, en proposant une traduction professionnelle. Car il est vrai que la qualité des traductions des fans laisse parfois fortement à désirer.

UNE INITIATIVE QUI N'EST PAS ISOLÉE

Le principe du simultrad n'est pas nouveau. Comme le relève ActuaLitté, une application dédiée a été lancée l'été dernier par Kana sur iOS pour permettre aux fans de Naruto de suivre les aventures de Naruto et de ses amis au même rythme que la parution japonaise, tout en restant dans les clous de l'offre légale. Visiblement, le concept a été jugé suffisamment pertinent pour être poursuivi aujourd'hui.

La publication simultanée avec l'édition nipponne est testée par d'autres éditeurs, comme Pika. Également spécialisée dans le manga, la maison d'édition propose depuis le 9 mars de suivre L'Attaque des Titans au même rythme que les lecteurs japonais (avec un décalage de quelques jours, le temps de traduire, éditer et publier). Les chapitres sont vendus 0,99 euro.

Lire la suite


#2

Julien, si tu ne veux pas faire passer Numerama pour un media de vieillards ayant dépassé 25 ans, voire, immonde qualificatif, de trentenaires, tu devrais vraiment rajouter le "gaiden" dans le titre de l'article aussi <img src="/discussions/images/emoji/emoji_one/wink.png?v=3" title=":wink:" class="emoji" alt=":wink:"/>


#3

Ça contre le speed sub, mais ce n'est pas dit que les choix de traduction (et surtout d'adaptation / censure éventuelle) correspondent à tout le monde.

Et puis il reste toujours l'argument économique que zéro euros, c'est toujours moins chère... :biggrinthumb:

ColdFire <img src="/plugins/numerama-emoji/images/dehors.gif?v=3" title=":dehors:" class="emoji emoji-custom" alt=":dehors:"/>


#4

Je plussoi :smartass:


#5

C'est pratique pour ceux aimant lire des comics/manga sur leur tablette/pc ou autre. Je préfère toujours avoir en main le livre :)


#6

Oui, mais ça enlève un motif de piratage (on doit attendre 5 ans avant de voir l'épisode ... et puis il est en français alors que la VO c'est mieux ... ).
Moi, je trouve que c'est plutôt positif.


#7

C'est un bon début.

Maintenant il reste le deuxième problème : la traduction.

Si je lis des scans c'est avant tout pour avoir une traduction fidèle à l'original. Quand je vois la différence entre la version originale et française de One Piece (nom des attaques, des persos, des titres etc....) il y a du chemin à faire.


#8

Je pensais que Naruto c'était fini moi.


#9

On ne tue pas si facilement la poule aux œufs d'or :)


#10

oui enfin naruto c'est finit la publication est terminé


#11

Pour Mindo : tu vois, fallait rajouter "Gaiden" dans le titre.

Pour Laskov : on parle de la suite de Naruto, "Naruto Gaiden", il s'est écoulé quelque-chose comme une vingtaine d'années.


#12

C'est quoi du "simultrad gaiden" ?


#13

Cela vient de "simulpub", des traductions de qualité réalisées rapidement et lisibles en ligne dans son navigateur.

Un peu comme batoto ou mangastream, mais officiellement patroné, et soumis au paiement d'un abonnement pour la plupart des contenus (sinon tous) par l'éditeur. Je pense que le plus célèbre de tous serait crunchyroll.com (il propose aussi des anime)

Quant à Gaiden, c'est la suite de Naruto, même lieu, mêmes personnages, mais une vingtaine d'années plus tard à vue de nez, et ils ont fait des enfants.


#14

C'est très bien, plus il y en a et plus les traductions d'équipe de fans retrouveront de l'intérêt!
1 euros par ci, un euro par là... Pensent-t-ils vraiment que des jeunes pourront suivre le rythme au vu du nombre de lectures qu'ils écument chaque semaine?
A ce rythme, je leur donne deux mois avant que les équipes de trad. qui auront arrêté leur travail, soient remplacées ou poussées à reprendre leurs bons offices.


#15

Le problème de ça, que ce soit pour les mangas ou les animes, c'est la fragmentation des catalogues. Peu de gens ont envie, ou les moynes, de s'abonner à trois sites pour suivre trois séries différentes...


#16

Euh je suis pas sûr de bien comprendre.
1€ par ci par là ................. il faut bien rémunérer le travail réalisé il me semble.
Si après il y a encore des équipes qui persistent malgré tout, il ne faudra pas s'étonner si les éditeurs deviennent plus agressifs.


#17

Ce sujet a été automatiquement fermé après 60 jours. Aucune réponse n'est permise dorénavant.