Commentaires : Wikipédia organise une consultation sur l'utilisation de l'écriture inclusive

femmes
langues
Wikipedia
féminisme
Tags: #<Tag:0x00007f920b27e008> #<Tag:0x00007f920b27dec8> #<Tag:0x00007f920b27dd88> #<Tag:0x00007f920b27dc48>

#1

L’utilisation ou non de l’écriture inclusive est un débat récurrents au sein de la communauté de Wikipédia. La page d’aide « Marronniers » de l’encyclopédie en ligne en atteste, toute une section y référence les dizaines de discussions autour du thème de la « féminisation » ou de l’écriture inclusive. Aucune consigne ni recommandation n’a jamais été émise par Wikipédia, d’où un flou persistant qui débouche parfois sur des « guerres d’édition ». Depuis le 1er décembre 2019, un sondage consultatif a été ouvert à ce….

Par Marcus Dupont-Besnard
Revenir à l’article


#2

« les nouveaux » par « les novices » ; « les lecteurs » par « le lectorat ».

Vu que nouveau ne veut absolument pas dire la même chose que novice, si tout est du même acabit ça va commencer à être difficile de comprendre les choses.
Ensuite, pourquoi remplacer “les lecteurs” (mots masculin comprenant les lecteurs et les lectrices), par “le lectorat”, autre mot masculin comprenant les lecteurs et les lectrices ?
Bon je sais, c’était 2 exemples, mais toute cette histoire d’écriture inclusive commence a me les briser menues.


#3

Il y a des jours où j’envie terriblement les anglophones, même si je met ma main à couper que les féminazis ont trouvé plein d’autres moyens de leur casser les noix.


#4

Quelle idiotie !!!

Où va-t-on avec de tels questionnement ??? Je vous le demande…


#5

Après les jeux pour filles qui fabriquent les stéréotypes qu’on voulait combattre, voici Wikipedia binaire qui détruit le travail des études de genre. Ça donne de sacrés torticolis, le féminisme.


#6

Je propose que l’on remplace la cervelle de certain.e.s par le cervelet, vu le niveau reptilien du sondage.


#7

à remplacer « les nouveaux » par « les novices »

Je veux pas être négatif mais on remplace un adjectif par un nom commun après pourquoi pas.

« les lecteurs » par « le lectorat »

Si on regarde les définitions de lecteurs, chacune commence par “personne”; un mot féminin tiens ^^
Le dico est moins obtus que certains (individus bien sur) et la langue française a des mots comme “personne” ou “individu” pour désigner n’importe qui quelque soit son genre.
On a pas attendu la génération XYZ123.


#8

Et effectivement, même les langues qui ne s’accordent pas en genre sont emmerdées :sweat_smile:

Par exemple, les nouveaux identitaires 2.0 anglophones promeuvent maintenant le they à la place du he/him et she/her, car they est le seul pronom derrière lequel le sexe de la personne est masqué a priori.

Je te laisse imaginer le bordel dans une conversation tout ce qu’il y a de plus banale :

— “Hi! They is not with you?
— No, they preferred to stay at home with they because they is sick.
— Who is sick: they or they?
— I’ve just told you: it’s they.
— …”

Ça promet de beaux quiproquos :joy:


#9

Je me demande si certains connaissent le japonais, dont l’usage de certains mots / structure / tournure de phrases peuvent varier énormément en fonction des marques de respect, de la hiérarchie, de l’age mais aussi si ce sont des hommes ou femmes


#10

Exact. Pour le japonnais, je connais pas trop, mais en Coréen par exemple, tous les pronoms et les tournures de phrases changent en fonction du sexe, de l’âge ou du statut social de la personne à qui tu t’adresses. C’est une société très hiérarchisée et évidemment le non-respect de ces règles très strictes de communication interpersonnelle est vu comme un véritable affront.

Je souhaite bien du courage à nos chevaliers blancs pour aller reformer la grammaire asiatique. Mais ils ont encore un peu de répit : dans ces contrées lointaines, le féminisme de bas étage on s’en tape sévèrement le coquillage.


#11

Iels sont désopilant·e·s.


#12

Dans un pays ou l’on paye moins les femmes que les hommes, ou on les agresse ou les insulte dans la rue, voire même ou on laisse des filles repartir “dans leur pays” pour être mariées de force ou excisées, je suis consterné de l’énérgie qu’investissent les gens dans ce combat qu’est l’ecriture inclusive. A mes yeux, la langue francaise n’a d’anti-feminisme que celui qu’on veut bien lui prêter.


#13

Les femmes ne sont pas moins payés que les hommes. Cependant je suis d’accord que le reste, à lire cet article on a l’impression que le langage est un combat plus important que le statut, la violence ou les actions forcées.


#14

Les femmes ne sont pas moins payés que les hommes.

C’est pourtant ce qui ressort de cet article sur wikipedia. Selon l’article l’écart moyen en france tourne aux allentours de 15%:

Vous avez lu une étude mesurant une tendance différente?


#15

Ceci est l’écart moyen entre le salaire de tous les hommes et de toutes les femmes. Ce qui signifie que ce chiffre n’indique rien de plus que les femmes font des métiers moins payés (ce qui est logique puisqu’on sait que les femmes font bien plus de temps partiel) . Selon l’institut Korn Ferry publié Dan TheEconomist, plus on prends de paramètres dans la comparaison plus l’écart diminue (comme le remarquent la totalité des études sur le sujet) . Avec le plus de paramètres mesurables,l’institut tombe sur un chiffre en France de 2.8% d’écart (même formation, même entreprise et même poste). En recoupant avec d’autres chiffres comme l’insee ou d’autres, on remarque que les hommes négocient mieux leur salaire, sont souvent plus productifs et sacrifient plus volontiers leur temps personnel pour le travail (heures sup non payés par ex). Les employeurs ne sont pas des robots qui appuient sur un bouton magique avec écrit “femme = salaire-X%” c’est ridicule. Surtout que chaque individu est différent, il y a un savoir être et un savoir faire, ce n’est pas parce que deux personne viennent de la même école avec le même diplôme qu’ils sont identiques.


#16

C’est un peu le même principe pour le japonais, le langage est très mouvent selon la politesse / respect / place social. Un “touriste”, ils diront pas forcement quelques choses “en face à face” mais le penseront.
Un “local”, ça peut être très mal pris.