Commentaires : Vous avez eu chaud en juin ? Ces vagues de chaleur seront 4 fois plus fréquentes dans 20 ans

météo
Etude
Environnement
climat
canicule
Tags: #<Tag:0x00007f921195eb60> #<Tag:0x00007f921195e6d8> #<Tag:0x00007f921195de68> #<Tag:0x00007f921195dbe8> #<Tag:0x00007f921195d878>

#1

La fréquence et l’intensité des vagues de chaleur risquent d’augmenter d’ici deux décennies. « Les canicules comme celle de juin 2019 seront 4 fois plus fréquentes en 2040 », prévient Aurélien Ribes, chercheur de Météo-France au Centre National de Recherches Météorologiques (CNRM), dans un communiqué publié par l’établissement public le 10 juillet. Le scientifique fait partie de l’équipe de Météo-France qui a travaillé avec le groupe de recherche World Weather Attribution pour rédiger un rapport sur la récente vague de chaleur dans….

Par Nelly Lesage
Revenir à l’article


#2

Pour votre information les humains ont commencé à influencer le climat au moment ou ils se sont mis à l’agriculture soit environ 10 000 ans avant notre ère.
C’est à cette époque qu’ils ont commencé à défricher de de grands zone, pour en faire des champs et donc changer le climat de type forêt vers type plaine.
La révolution industrielle n’a été qu’un coup d’accélérateur par le relâchement du CO2 stocké sous forme d’hydrocarbure.


#4

Pour ton info, la terre n’a pas attendu les humains pour avoir des changements climatiques.


#5

C’est vrai mais on en était alors pas responsable :wink:


#6

Et ? En quoi ça change le fait qu’il faudra adapter nos comportements ?


#7

Est-ce que tu ne confondrais pas la cause avec la conséquence ?

Au Néolithique, le climat se réchauffe après la dernière glaciation. La conséquence, c’est que des terres glacées impropres à la sédentarisation et à la culture apparaissent, et les températures plus douces favorisent la croissance des plantes.

Quant au défrichement des “grandes zones” faut pas déconner. Une petite parcelle demandait déjà beaucoup de main-d’oeuvre du fait de l’inexistence des machines et de peu d’outils vraiment efficaces pour aider au maintien et à la récolte des cultures et à l’entretien du bétail. Et on sait que les “villages” de l’époque étaient très réduits et distants les uns des autres. Ils auraient été purement et simplement incapables de cultiver un champ de la taille moyenne de ceux qu’on a aujourd’hui en France, même aidés de leurs bœufs (pendant longtemps les premières populations d’agriculteurs sont de taille plus petite et semblent en moins bonne santé que les chasseurs-cueilleurs de la même époque parce-que la production agricole nécessitait une dépense d’énergie supérieure à la cueillette). De plus, ces changements se sont opérés lentement, de manière complexe et non-uniforme. Il est peu probable que si impact environnemental il y a eu, il ait été significatif.

Et quand bien même, je rejoins @tass_, en quoi ça devrait nous empêcher d’essayer de changer les choses au lieu d’attendre gentiment notre extinction ?


#8

Tu sais, pour défricher et amender le sol depuis plusieurs millénaires tout autour du monde et encore aujourd’hui, tu as la technique des brûlis.

Pendant longtemps, tu avais trop de bois et le faire brûler pour déficher ne posait pas de problèmes particulier en faisant derrière une rotation des champs pour brûler une autre parcelle au bout d’un certain temps.