Commentaires : Une députée appelle à réprimer encore plus l'obsolescence programmée

imprimante
canon
epson
HP
modèle-économique
Tags: #<Tag:0x00007f920ce828d0> #<Tag:0x00007f920ce82790> #<Tag:0x00007f920ce82650> #<Tag:0x00007f920ce82510> #<Tag:0x00007f920ce823d0>

#1

Depuis 2015, la loi inclut des sanctions contre les entreprises qui se livreraient à de l’obsolescence programmée, une pratique définie par le législateur comme suit : un « ensemble des techniques par lesquelles [une société] vise à réduire délibérément la durée de vie d’un produit pour en augmenter le taux de remplacement ». Dans ce cas-là, la sanction est la suivante : Une peine de 2 ans d’enfermement et une amende de 300 000 euros, montant qui est susceptible de passer à 5 % du…. Publié sur https://www.numerama.com/politique/321963-une-deputee-appelle-a-reprimer-encore-plus-lobsolescence-programmee.html par Julien Lausson


#2

Elle a bien raison. “Heureux” de voir qu’il y a des Insoumis motivés par autre chose que le coup d’éclat médiatique ou le bon mot.


#3

Titillé, je suis allé faire un tour sur le lien de l’article. Ba j’en ai eu pour mon argent…

Comme il m’avait été recommandé par diverses personnes, je l’ai visionné. Ce documentaire est hélas d’une nullité intégrale. Parfois hilarant de bêtise, parfois nauséabond de complotisme, en tout cas, jamais informatif.

Ah ba ça commence bien : l’attaque ad-complotisme, histoire de bien vous dire que c’est vous le débile, et qu’Apple qui ralentit ses batteries ou les imprimantes qui se coupent au bout de x copies, ça n’existe pas ou alors c’est pour votre bien.

La première, c’est que l’idée du « c’était mieux avant, tout était solide, maintenant on ne fait plus que des produits de mauvaise qualité qui s’usent vite » est tellement intemporelle qu’on se demande bien quel a été cet âge d’or durant lequel on faisait des produits durables. (à l’époque de ma grand-mère bien entendu : sauf qu’à son époque, elle disait aussi que les produits de sa grand-mère étaient plus solides)

Personnellement, non, mes grands-parents ne disaient pas que les produits de leur grands-parents étaient plus résistants, et pour cause : quand on est né dans les années 30 voire bien avant, les voitures étaient loin d’être généralisées, les frigo et les machines à laver pareil, pas de gadget électronique à la con. Non, on allait au lavoir, on se promenait à pied, en vélo, en charrette pour certains, en bus ou en train, etc. Donc on peut décemment dire que l’âge d’or des produits c’était au sortir de la Seconde Guerre Mondiale. A partir des années 80, ça commence à se gâter.

vous avez peut-être déjà vu un frigo des années 50 en état de fonctionnement (j’en connais un, pour ma part); vous n’avez certainement jamais vu les dizaines de milliers de frigos des années 50 qui sont tombés en panne et ont terminé à la décharge.

En revanche, on aimerait bien voir un seul exemple des tout premiers Mac ou tout premiers iPhone qui fonctionnent encore, sans avoir eu a remplacer un seul composant. A mon avis, l’avantage est au frigo des années 50…

Je préfère de très loin les voitures actuelles et leurs pannes d’électronique récurrentes.

Ba t’es juste un gros pigeon : les innovations technologiques sont censées aller vers le positif, genre moins de pannes que les générations précédentes, qu’elles soient mécaniques ou électroniques. Mais non, mieux vaut une panne électronique due à un composant ou un programme qui est peut-être là pour t’obliger à aller faire réviser ta bagnole qu’une roue crevée que tu peux changer toi-même sur le bas coté de la route.

Place maintenant, à sa théorie économique :

Si un collant coûte 4€ et dure deux semaines, à l’issue desquelles les clientes en rachètent un, elles montrent à l’entreprise qu’elles sont disposées à dépenser 104€ par an en collants. Or, fabriquer un collant très solide coûte peut-être un peu plus cher à l’entreprise, mais certainement pas autant que de fabriquer 26 collants vendus 104 euros. Elle pourrait donc réaliser un profit largement supérieur, en vendant par exemple un collant garanti un an (avec remplacement gratuit s’il se file entretemps, pour rassurer les clientes) pour une centaine d’euros.

Hein ?! Je dois pas avoir compris la démonstration parce que pour moi c’est bien mieux de vendre 4€ toutes les 2 semaines que 104€ une fois par an. Histoire de cash flow, de marge, toussa toussa…

si faire 26 collants durant deux semaines coûte au total moins cher qu’un seul collant durant un an, alors, il est préférable de fabriquer les produits moins durables – et les consommatrices soucieuses de leur pouvoir d’achat pourront préférer ceux-ci.

Et en plus il se contredit lui-même dans le paragraphe suivant. Super démonstration. C’est même pire si on considère les produits Apple : peu chers à produire, avec un marge délirante et à changer tous les ans (ou 3-4 ans avec l’obsolescence programmée), y a que du positif pour la marque.

Comme nous sommes des enfants gâtés par la société de consommation, nous voudrions que tout soit à la fois durable, esthétique, pratique, et peu cher.

Non, celui qui a ne serait-ce que 2 de neurones sait très bien que ce qui est esthétique et durable est cher et sera prêt à payer le prix si le produit qu’il achète dure 10 ans. Tandis que l’autre sait très bien qu’un produit d’une qualité merdique ne fera que 2 semaines et bien-sur le voudra à pas cher. En revanche, il n’y a rien qui puisse justifier qu’un produit qui vaut un SMIC (suivez mon regard) soit ralenti ou cassable au bout d’1 an (si ce n’est l’obsolescence programmée).

Bref. C’est un long texte, mais ce n’est qu’une suite d’arguments comme ceux-ci. Avec de tel plaidoyers, l’obsolescence programmée n’a pas besoin d’ennemis…


#4

Bah je l'ai lu, y'a qu'un truc sur lequel je suis à peu près d'accord : les accusations systématiques envers Apple. Certes, l'article date de 2011 mais je trouve que les dernières attaques envers la pomme au sujet du patch qui sacrifie des performances pour économiser la batterie sur les vieux modèles sont injustes (je me fais l'avocat du diable, car en principe j'ai plutôt tendance à cracher sur les iMachin-poudre-aux-yeux). Il peut y avoir des raisons légitimes à cela (le temps passe, la loi de Moore et les apps sont plus gourmandes, aucun mystère) et je pense qu'Apple s'est juste vautré sur la comm, et surtout sur le fait que ce n'est pas une option. J'ai beau chercher, je n'y vois aucune stratégie flagrante d'obsolescence programmée (pourtant je rajouterais volontiers ça à mes arguments anti-pomme).

L'argument du "c'était mieux avant, c'est un truc de vieux réac" me fait doucement rigoler aussi. Clair que c'était plus robuste avant quand tout n'était pas en plastoc. J'ai autant de domaines où je dis que c'est mieux maintenant. Bref, ta gueule quoi.

Pour le reste, ça transpire l'argumentaire du fervent défenseur du consumérisme à outrance, de la hype et toute cette merde infâme. En bref, le gars cherche à démontrer que l'obsolescence programmée n'existe pas en 5 ou 6 pages.

Et puis faire remarquer à Arte le fait de notifier qu'un type soit juif, sans aucune raison autre que titiller la vieille légende urbaine comme quoi les juifs == pognon... bah voyons, limite Arte serait une chaîne antisémite, c'est à mourir de rire.

À part ça, le documentaire, je l'ai vu rediffusé sur Arte il y a quelques semaines mais j'ai pas suivi méticuleusement pour en juger la pertinence. Peut-être bien que tout n'est pas net, mais de là à dénoncer une mascarade, ça mérite une bonne séance de machine à claques (programmée pour durer).

Bref, et un blaireau, un.


#5

Pour les batteries d'Apple, je suis d'accord. Tout se serait parfaitement bien passé si Apple avait juste envoyé une notification push en informant qu'à partir de tel moment les performances de la batteries allaient diminuer + "Voulez-vous appliquer les paramètres ? Oui/Non" et basta.

Ça devient très suspect à partir du moment où, dans leur armée d’ingés et de communicants, y en ait pas un qui se soit dit que ce serait une bonne idée de la jouer réglo. Donc pour moi, ça ressemble bel et bien à de l'obsolescence programmée qu'ils essayent de déguiser, après s’être fait prendre les doigts dans le pot de confiture, comme processus visant à sauvegarder la longévité de la batterie (c'est cela oui).

Pour le reste entièrement d'accord :

  • Oui, clairement c’était mieux avant. Il prend aussi l'exemple d'une casserole en cuivre et nous dit "ouais mais y a de la corrosion et c'est pas pratique." Ouais sauf que la corrosion tu peux la traiter sans produit chimique et, à moins que tu te fasses des marmites tous les jours, la casserole de base doit être légèrement plus lourde que celles de maintenant et bien plus durable dans le temps (je compte plus le nombre de poignées qui me sont reste dans les mains au bout de quelques semaines).
  • Même impression que toi sur le défenseur de l'ordre bien établi, notamment avec les allusions à Mao, la RDA et j'en passe. En gros, soit t'acceptes de te faire entuber, et du coup c'est le progrès, soit t'acceptes pas, du coup t'es un bolchevik complotiste...
  • Sur Arte aussi ça m'a fait marrer : j'ai pas encore vu le doc mais du coup ça m'a donné envie, et je jugerai le passage par moi-même. Mais c'est clair que faire un procès d'intention en antisémitisme à Arte, faut le faire. Et puis quoi ? On peut plus dire des Juifs qu'ils sont Juifs ? Le dire, c'est forcément vouloir les déporter ? Et eux-mêmes ne sont pas tout aussi communautaristes et tribaux que d'autres communautés ? Avec la pique sur le complotisme, là on a un combo de mauvaise foi.

Juste un énième gland qui défend bec et ongle la marque à la pomme juste parce-qu'on a critiqué son joujou, c'est pathétique.


#6

J’avoue que présenter la critique du concept d’obsolescence programmée sur un unique blog d’il y a 7 ans centré sur un documentaire d’arte unique également ne brille pas fort pour un choix …

Cet article https://www.commentreparer.com/pourquoi/obsolescence-programmee-un-complot de comment réparer est assez clair dans ses explications, je pense qu’il tient le bon bout.


#7

Sur Arte aussi ça m’a fait marrer : j’ai pas encore vu le doc mais du coup ça m’a donné envie, et je jugerai le passage par moi-même

Il se trouve ici : https://www.youtube.com/watch?v=iElYTqMvCTw


#8

Nickel, merci :wink:


#9

C’est mal connaître la secte Apple : on ennuie surtout pas le fanboy avec des choix techniques, on décide ce qu’on estime bon pour lui. Apple ne conçoit pas des produits pour qu’ils deviennent inutiles l’année suivante, c’est faux (d’ailleurs il ne me semble pas que le documentaire évoquait ça). Ils jouent essentiellement sur la comm et la hype pour inciter les gens à racheter. Culte de la personnalité, simple vs compliqué, marketing ultra ciblé, culture de l’appétence, fidélisation de la tribu… ça a toujours été leurs stratégies.

Cette polémique est ridicule parce que d’un côté on baisse les perfs (ce qui peut être vu comme une incitation à en acheter un neuf), de l’autre on rallonge la durée de la batterie (ce qui peut être vu comme une incitation à garder l’ancien). C’est du prêté pour du rendu, kif-kif. L’obsolescence technique à postériori chez la pomme, j’y crois pas plus que l’obsolescence programmée matérielle, c’est du procès d’intention.


#10

Il y a beaucoup de fantasmes dans l’obsolescence programmée. On entend souvent : la garantie de ma machine à laver s’est terminée il y a 15 jours et paf, elle est en panne. Comme si les ingénieurs étaient des devins et savaient quel jour la machine était vendue et combien de fois par semaine elle était utilisée.

Ce qu’il y a surtout, c’est une baisse générale de la qualité. Là où avant une machine à laver avait un axe et un support en acier, c’est maintenant en plastique. Là où elle avait 4 fonctions avec des composants électriques basiques, maintenant elle a 36 fonctions avec une carte électronique et un microprocesseur. Mais d’un autre côté, là où il te fallait 3 mois de salaire pour acheter une machine à laver, il faut maintenant simplement 15 jours (chiffres inventés, n’allez pas pinailler).

Autre exemple : il y a pas mal d’années, les ordinateurs Compaq étaient connus pour être de meilleure qualité que beaucoup d’autres PC. C’est vrai parce qu’en bout de chaîne, le contrôle qualité en testait 1 sur 10 alors que les autres en testaient 1 sur 100 (chiffres inventés, n’allez pas pinailler). C’était de meilleure qualité, mais c’était plus cher. Et au bout d’un moment, quand le PC a quitté le monde de l’entreprise pour arriver dans le grand public, cette stratégie n’a plus fonctionné. Parce que le consommateur moyen ne voit pas pourquoi il achèterait un PC 2 fois plus cher que celui du rayon d’à côté.

Donc, avant de gueuler contre l’obsolescence programmée (qui doit exister dans quelques cas, je ne le nie pas), regardons d’abord NOTRE manière de consommer en voulant absolument des produits moins chers, donc obligatoirement de moins bonne qualité. Et je dis ça en étant le premier : je dois faire un trou dans les murs une fois tous les 3 ans, donc je ne vais sûrement pas m’acheter une perceuse Hilti de gamme professionnelle, mais une perceuse Lidl. Par contre, je n’irais pas gueuler non plus si au bout de 200 trous, son moteur crame.


#11

Je pense que c'est un peu des deux : et la hype qui fonctionne très bien et bidouillage technique pour que le téléphone n'en fasse pas trop non-plus (ou en tout cas pas trop longtemps).

La polémique en revanche n'est pas si ridicule : je me demande toujours pourquoi Apple n'a pas tout simplement communiqué autour de ça AVANT qu'on les prenne. Ca aurait été tout bénef : ils auraient montré à ceux qui dénigrent qu'il n'y a pas d'obsolescence programmée, que c'est bien par soucis du client qu'ils brident les batteries, et ça aurait montré aux clients qu'effectivement on ne les prends pas (juste) pour des pigeons, on pense aussi à l'optimisation de leur porte-monnaie en leur évitant de racheter des batteries tous les 4 matins.

C'est pour ça que je ne crois pas en leur histoire : on peut reprocher plein de choses à Apple mais pas leur doigté en termes de marketing/communication. Alors soit ils ont voulu se mettre une balle dans le pied avec cette affaire (ce dont je doute) soit leur explication est bidon et ils ralentissent leurs batteries pour des raisons bien moins avouables. Quant à la gestion de la crise, n'en parlons pas...


#12

toutafé, c’est ce que dit également l’article de commentréparer.

Aspirateur Nilfisk, aucun problème en 15 ou 20 ans.
Aspirateur bas de gamme : filtres encrassés, sacs à changer, plastique qui se barre de partout par exemple


#13

J’viens de t’expliquer que chez Apple, on ne donne pas ce genre de choix au client, c’est pas dans sa culture d’entreprise. On fait ce qu’on estime bon pour lui et encore une fois, c’est du prêté pour du rendu et les haters ne mettent en avant que le coté négatif. Ensuite la polémique a gonflé et la pomme s’est fait prendre à son propre jeu, stou. Bref bon…


#14

En high tech, l’obsolescence n’a pas besoin d’être programmée. Elle a été suffisamment portée par la loi de Moore pendant des décennies, qui est maintenant relayée par les mises-à-jour de sécurité.
On devrait plutôt parler d’usure programmée : les batteries, les consommables, les SSD…
Et çà, c’était pas mieux dans le bon vieux temps.
Les voitures, par exemple sont beaucoup moins chères et beaucoup plus durables qu’il y a 40ans.
Lorsqu’il fallait changer tous les deux ans le pot d’échappement qui, bizarrement est devenu increvable, au sens littéral , lorsque le pot catalytique a rendu financièrement insupportable pour le consommateur le changement tous les 2 ou 3 ans.
L’obsolescence programmée, c’est plutôt une prérogative des gouvernements, avec les changements de normes :
Diesel/pas diesel, NFC15-100, TV analogique/ mpeg2/mpeg4/bientôt HEVC, isolation des bâtiments…


#15

Les fabricants vendant leurs imprimantes à perte (à peu de chose près, au prix des cartouches qui sont dedans), elles n’ont aucun intérêt à réduire volontairement la durée de vie de leur produit.

Démonstration ?

C’était évidemment une présentation du biais du survivant, pas un exemple à prendre au pied de la lettre…

Ben justement c’est le cas. Les voitures actuelles sont moins chères, tant à l’achat qu’à l’usage, et plus fiables (d’où leur durée de vie plus longue) que les voitures d’avant.


#16

C’est clair, les ampoules LED durent aujourd’hui bien moins longtemps que celles à filament.


#17

Très bon billet.
Pas étonnant qu’à ma connaissance aucun cas d’obsolescence programmée n’ait été démontrée : c’est effectivement un mythe (et le docu d’arte, de la vraie désinformation - encore l’ampoule de Livermore, sérieux ?).


#18

Par contre, ils ont intérêt à vendre un max de cartouches.


#19

Ba en fait, je t’invite à visionner le documentaire d’Arte (que je viens de finir de regarder et qui est loin de la caricature qu’en fait l’article que je critique. D’ailleurs j’ai entendu nul part de mention à un quelconque juif…). Suite à ce documentaire et pour te répondre :

  • Le documentaire suit un informaticien espagnol dont l’imprimante lui indique qu’il doit remplacer une pièce pour pouvoir continuer à imprimer. Or, après quelques recherches sur internet et des entretiens avec d’autres informaticiens qui se sont aussi penchés sur le problème, on apprend que l’imprimante en question embarque une puce électronique préprogrammée pour faire arrêter l’imprimante à un moment donné. Suite à cette découverte et avec l’aide d’un informaticien russe, l’Espagnol télécharge un logiciel qui bloque l’effet de la puce, et il peut alors continuer à imprimer. Le fabricant a bel et bien fait de l’obsolescence programmée.
  • Sur l’âge d’or des produits, en effet je me suis trompé : on apprend aussi dans le documentaire que ce n’est pas à partir des années 80 mais bien à partir des années 20 que le concept d’obsolescence programmée se répand partout dans la société de consommation. L’un des cas les plus frappants sont les bas nylon. Conçus au départ pour être ultra-résistants, il a été demandé aux ingénieurs de les rendre moins résistants pour inciter à la consommation. On a un autre exemple avec un frigo de la RDA qui, au moment du tournage, fonctionne encore, plus de 25 ans après sa fabrication (et la lampe à l’intérieur jamais changée en 25 ans aussi !)
  • Pour le “biais du survivant”, on peut parfaitement prendre cet exemple au pied de la lettre pour certains produits avant l’époque de la généralisation du concept d’osbolescence programmée. On ne peut juste pas le prendre au pied de la lettre avec des produits issus d’entreprises qui prennent leurs clients pour des pigeons (le documentaire s’attarde aussi sur l’iPod d’Apple, qui a été poursuivi aux États-Unis, et (ah tiens !) Apple a dû indemniser la partie civile, étendre la garantie de 2 ans et proposer de changer les batteries au SAV (ça vous rappelle rien ?)
  • Les voitures de maintenant sont sûrement moins chers qu’avant certes, mais elles ne tombent pas forcément moins en panne. Disons que maintenant les pannes sont moins mécaniques qu’électroniques, on a juste déplacé le problème, et c’est particulièrement gênant quand on sait que nos bagnoles sont bourrées de capteurs, de calculateurs et d’actuateurs. De plus, là où avant le garagiste proposait des pièces d’occasions pour réparer les pannes mécaniques, aujourd’hui il propose systématiquement de l’électronique neuf, parce-qu’il n’est pas expert en la matière et les composants d’occasions ont aussi des chances d’être infectés par les mêmes pannes. Ce n’est peut-être pas de l’obsolescence programmée, j’en conviens, en revanche le résultat est le même : au final on doit racheter la pièce plein pot, ce qui produit des déchets inutilement tout en maximisant les revenus du constructeur (qui n’oublie pas de faire une marge sur son fournisseur).

#20

Exactement, et donc à faire durer leurs imprimantes le plus longtemps possible.