Commentaires : Un militant se présente à des élections uniquement pour publier des fake news sur Facebook

désinformation
politique
Facebook
fake-news
réseaux-sociaux
Tags: #<Tag:0x00007f9209e51b20> #<Tag:0x00007f9209e519b8> #<Tag:0x00007f9209e51800> #<Tag:0x00007f9209e516c0> #<Tag:0x00007f9209e51530>

#1

Le prochain cauchemar de Mark Zuckerberg s’appelle peut-être Adriel Hampton. Cet activiste a décidé de se présenter comme candidat au poste de gouverneur de Californie. Son but n’est pas de se faire élire. Il souhaite juste faire tourner la tête du fondateur de Facebook, en inondant sa plateforme de fake news, raconte CNN ce lundi 28 octobre. Facebook sous le feu des critiques Adriel Hampton est un habitant de San Francisco, où il gère une entreprise de marketing. Il s’est….

Par Perrine Signoret
Revenir à l’article


#3

Encore un jusqu’au-boutiste qui en devient tout autant contre-productif que pathétique. A vouloir défendre le point de vue de la censure en confiant les 2 rôles d’évaluer et de couper les contenus sur Facebook, il ne va créer qu’un compte parodique au final.


#4

Si je dis que tu es con et sans doute lié à des terroristes, dans une pub politique, tu ne voudrais pas que ce soit supprimé ?

Et ne nuance pas, c est exactement ce que fait Trump, et Facebook le tolère.

Pour info, Fox News, la chaîne pro Trump, a refusé de passer sur ses ondes la pub en question


#5

Ces histoires de chasse aux fake news vont décidément beaucoup trop loin.

On est quand même dans une situation délirante dans laquelle on demande à Facebook de cacher les bobards des politiciens.

AOC, en auditionnant Zuckerberg au Congrès, a montré toute son incompétence et sa démagogie sur la question. On aurait pu résumer le douloureux interrogatoire par “Monsieur Zuckerberg, quelles mesures allez-vous prendre pour empêcher les politiciens de mentir ?”

Surtout que la situation a été assez cocasse : en accusant Facebook d’avoir contribué à l’élection de Trump, AOC a elle-même diffusé une fake news. À ce jour, aucun lien entre les deux n’a pu être solidement établi. Pas de pot. Pourtant, la vidéo de l’échange entre la démocrate et le cyborg Zucky tourne en boucle sur la plateforme. Eût-il fallu la retirer pour ne pas propager la fake news ? :face_with_raised_eyebrow:

Et les mensonges des politicards malhonnêtes en font partie. Exposer un politicien qui ment, expliquer toutes les raisons pour lesquelles il ment et pointer les faits qui démontent son argumentaire mensonger, ça fait partie de l’information, et de l’éducation politique. Et ça, c’est notamment le taff des journalistes (et pas que). Les “médias du Progrès” ont juste peur de ne pas être crus quand il leur arrive de faire le job (de temps à autre) parce-qu’une part toujours plus importante de la population ne donne plus de crédit à leurs papelards biaisés. Étonnant, non ? Et ça, Facebook n’y est pour rien.

On demande à une plateforme sociale de mâcher le travail des commentateurs, des décrypteurs, des critiques. Ça en dit long sur la société dans laquelle on vit : “Ça fait tellement chier de pondre des contre-argumentaires sérieux et de les présenter de manière abordable, pédagogique, voire attractive, qu’on exige maintenant que vous nous fournissiez directement la bouilli formatée et que vos algorithmes filtrent tout le reste qui ne nous plait pas. Qu’est-ce qui ne nous plait pas ? On ne sait pas : on le saura quand on le verra.”

Mais qu’AOC et ses disciples prennent garde : quand on joue avec le feu de la censure, on finit souvent par se brûler.


#6

Et ne nuance pas, c est exactement ce que fait Trump, et Facebook le tolère.

A priori ça n’a pas l’air illégal là bas. Ici tu peux attaquer en justice pour ça.
La gauche n’existe pas aux USA donc si on contextualise: ils se tapent dessus entre eux tous donc qu’ils fassent ^^


#7

Non. Je porte plainte, tu perds en crédibilité, je gagne, tu disparais endetté et dans l’ignorance. Injure publique + diffamation + fake news + apologie du terrorisme, j’exagère si peu.
Vu que ton commentaire est outrancier, il devrait être effacé avant que je le lise. Comme çà, tu seras épargné de toute réponse et tu ne seras pas rembarré par le réel, j’ai bon ?
Bonne nuit.


#8

Ce n était qu une hypothèse au cas où tu n avais pas compris (et effectivement, tu n as pas compris, donc t es sentis concerné)
Hypothèse que si je faisais une pub politique disant que tu es con et lié au terrorisme, fake news ou pas, Facebook l accepterait :wink:


#9

Je crois que ton post précédent illustre parfaitement ton arrogance et ton simplisme. Tu mélanges le fait qu’un post insultant et mensonger puisse être supprimé et que ce serait équivalent à souhaiter qu’il soit filtré en amont par la plateforme. Non, pour ma part, je reste cohérent en souhaitant que tu puisses m’insulter et que je puisse te faire sanctionner pour cela. Tout comme un rappeur, même avec quelques centaines de vues seulement, a le droit de dire des grosses conneries, mais par contre, je veux qu’il soit condamné à une forte amende sans sursis voire expulsé ensuite.
Tu es convaincu que les critiques ne t’ont pas compris mais ton postulat manque déjà de clarté et mélange les notions de liberté d’expression encadrée et de censure préventive par un tiers technique.


#10

Une seule solution pour lutter contre les fake news : que comme dans certaines démocraties populaires, faire en sorte que seul le gouvernement ait le droit de publier de l’information.

Et que tous ceux qui ont la tentation de donner une information non autorisée (donc forcément obligatoirement fausse) soit considérés comme un ennemi du peuple, donc mis hors d’état de nuire.

Et comme le dit @unMarxetcarepart si c’est le taff des journalistes de dénoncer les politiciens qui mentent, on constatera que dans ces démocraties populaires, le travail des journalistes est grandement facilité puisqu’il leur suffit de recevoir les informations du Ministère de l’information pour savoir qui dénoncer et sur quel sujet. Il s’agit bien évidemment d’une avancée majeure qui prouve la supériorité des systèmes communistes sur les systèmes capitalistes où les journalistes doivent eux-même investiguer et risquent de se tromper en dénonçant des amis du gouvernement.

Gloire aux vaillants journalistes chinois qui vantent les talents du premier ministre chinois, du plus haut conseiller politique, d’un haut responsable du PC chinois, du porte-parole de l’assemblée populaire de Chine, du président chinois et du vice-président chinois ! Cinq articles et strictement aucune fake news !