Commentaires : Un journaliste convoqué par la police à cause d'une blague sur Pôle Emploi publiée sur Twitter

police
Twitter
société
Tags: #<Tag:0x00007f920c76fea8> #<Tag:0x00007f920c76fd18> #<Tag:0x00007f920c76fb88>

#1

Le 23 janvier 2019, Olivier Cyran, journaliste, publie sur son compte Twitter une banale blague. Parodiant un article sur les formations au «  savoir-être » de Pôle Emploi, il écrit : « On aimerait mieux être formé au savoir-brûler son Pôle Emploi  ». Quelques semaines plus tard, il a appris qu’une enquête préliminaire avait été ouverte à cause de son tweet par le Parquet de Paris. Une procédure judiciaire est en cours. Le tweet de la discorde. // Source : Capture d’écran Twitter / Olivier Cyran Une blague « sans….

Par Perrine Signoret
Revenir à l’article


#2

Quel est le souci ? Le fait qu’il soit journaliste et qu’une plainte a été déposée contre lui ou le fait qu’on ne peut plus faire de blagues pourries ?

La même “blague” mais visant la maison de M.Cyran. Il laisserait passer ou il porterait plainte ?


#3

Le souci est que de plus en plus de gens sont imperméables à l’humour.


#4

Bonsoir @fastlink , du fait de ses prises de position passées, il a déjà été visé par de nombreuses “blagues” très douteuses suite à ses articles et a reçu menaces diverses et variées, et à ma connaissance concernant les blagues du type “on va venir lancer un cocktail molotov chez toi et on verra” il n’a pas porté plainte. Pour mes menaces je ne sais pas.


#5

Perso je comprends, même si ça m’attriste qu’on en soit là.
Si tout le monde sur Internet comprenais le second degré ça se saurait. C’est loin d’être le cas. Combien de fois on s’est tous retrouvé à devoir expliquer qu’on plaisantait suite à un commentaire ou un post ?

C’est d’ailleurs à mon avis le seul intérêt des emojis, c’est de contextualiser une phrase qui pourrait être mal interprétée.

Le gars, il n’est pas humoriste, il est journaliste. Et personne ne va croire qu’il ne connaît pas l’impact des mots, ou alors il faut qu’il change de branche.

En ces temps troublés, appeler à mettre le feu à des bâtiments publics alors que des nuisibles essayent de s’y adonner tous les samedis, on ne peut pas en vouloir aux gens d’être tendus sur le sujet.


#6

Les nuisibles sont ceux qui croient que les indemnités chômage sont un généreux cadeau de l’État et qu’à ce titre il est normal de fliquer avec tout le zèle nécessaire des chômeurs déjà précarisés jusqu’à les leur supprimer, alors qu’en fait elles sont un droit ouvert du fait d’avoir cotisé pour les recevoir en retour de richesses déjà créées par son bénéficiaire.

J’ai bien envie de vous faire une blague de second degré mais 1) je suis pas sûr qu’appeler quelqu’un à aller se pendre est une bonne blague et 2) dans le cas présent ce ne serait pas du second degré.


#7

Même en le prenant au premier degré, il n’incite personne à bruler des pole emploi, il dit qu’il préférerait une formation pour le faire plutôt que les formations pour modifier sa personne (et qu’il estime qu’il est pas le seul à le penser, avec le “on” à priori)

Sinon, y’a pas que les humoristes (professionnels) qui peuvent faire de l’humour, et les journalistes n’en sont pas dispensé


#8

Si vous pensez, comme cela semble être le cas (vous remarquerez que moi je vous laisse le bénéfice du doute) que les casseurs se mêlant aux manifestants légitimes tous les WE ne sont pas nuisibles alors en effet nous ne pourrons pas nous comprendre.

Moi je trouve que rien ne justifie la violence mais chacun voit midi à sa porte.


#9

Je n’ai jamais dit qu’il n’avait pas le droit de faire de l’humour.

Je dis que vu que quelqu’un qui tomberait sur son tweet, isolé, hors contexte, ne peut pas avoir la moindre idée de s’il est sérieux ou s’il plaisante (alors que si c’est un tweet d’un humoriste on est moins enclin au doute), il prend le risque de la mauvaise interprétation, surtout dans le contexte actuel.

C’est triste, mais ce n’est pas une surprise et ça ne va malheureusement pas aller en s’arrangeant.


#10

Il n’a pas à être tenu responsable de la connerie des autres… (encore une fois, même au premier degré, il dit pas qu’il va le faire, il incite personne à le faire, etc…)


#11

Certainement pas en effet. Et à aucun moment je dis qu’il faut qu’il le soit.

je dis juste que je comprends que, dans le contexte actuel, les gens (Pôle Emploi, le Parquet) soient tendus et interprète littéralement des choses qui n’ont pas à l’être, et comme je le dis au début de mon commentaire, ça m’attriste.

A aucun moment je ne dis que c’est bien qu’il soit dans cette situation (je ne le pense pas, au contraire). Je dis juste que je la comprends (la situation).


#12

Pole Emploi est un sketch en soit à tous les niveaux (organisation, communication, méthodes, cœur de métier, débilités administratives, …), ça me surprend même pas qu’ils réagissent de la sorte. Ce qui moi “m’attriste” , c’est que la justice les ai pas envoyé chier directement: y’a rien de caractérisé, au revoir… plutôt que de faire chier l’auteur du post…

En cas “classique”, y’a les querelles de voisinages, avec des menaces de mort directes et franches, avec des armes de chasse à la main,… qui vont pas plus loin que des mains courantes, ou une demande d’apaisement / retour au calme par la police / gendarmes locaux. Et lui on l’emmerde bien plus, à cause d’une personne chez pole emploi qui a son cerveau sur off…


#13

Ca c’est pas nouveau.
Sinon "les “gens” est une personne morale qui est une administration dans le contexte à qui on ne demande pas d’avoir de l’humour.
Après je reconnais quand même que s’ils ont le temps de lire les tweets, ils pourraient surement trouver un peu de temps pour réfléchir aussi. Mais ce n’est pas ce qui est demandé.
Si on lit son tweet on comprend au 1er degré Pole Emploi “forme” des personnes pour foutre le feu à des administrations publiques…Ca le fait moyen vu l’ambiance actuelle ^^

@mmastoc
Bonsoir, j’ai bien vu “l’historique” de cette personne mais comme je le dis au dessus, il n’a pas une personne physique en face.
Ca ne reste qu’une plainte pour un motif futile quand elle sera étudiée.