Commentaires : Très contestée, la « loi Avia » contre la cyberhaine devient réalité

sexisme
racisme
Homophobie
Liberté d'expression
réseaux-sociaux
Tags: #<Tag:0x00007f3d28ed58e8> #<Tag:0x00007f3d28ed57a8> #<Tag:0x00007f3d28ed5668> #<Tag:0x00007f3d28ed5528> #<Tag:0x00007f3d28ed53e8>

#21

Pour appuyer sur le bouton ?


#22

Entre autres mais aussi pour voir ce qu’ils contiennent.
A chaque fois avec ce genre de loi, on a attendu une plombe les décrets, voire on les attend toujours pour certaines ^^ pour d’autres, les décrets étaient purement inapplicables.
Là encore, il risque d’y avoir un wagon de déçus.
Rajoutons que maintenant le temps législatif jour contre le gouvernement. Ils sont condamnés au one shot presque pour chaque loi. On peut aussi rajouter que les assocs vont être attaquées si elles ne remontent pas tous les signalements.
Ca ne peut qu’être croustillant si ça déroule jusqu’au bout.


#23

Le signalement est direct et ne passe pas par les assocs. Celles-ci se comportent en signaleurs et ne “remontent” pas.

Elles vont s’occuper chacune de leur fond de commerce : racisme à ma gauche, antisémitisme à ma droite, homophobie au centre, islamophobie ah non ça a giclé, trucs religieux à l’arrière, le 5.1 de la vertu. Elles ont les pépètes et les moyens humains (sinon automatiques) pour disséquer les R.S. à la loupe. Ça va dépoter du signalement industriel.

La LDH, seule asso qui garde un peu de dignité, est contre la loi. Sauvons Le Racisme, pardon, SOS Racisme déplore la déjudiciarisation, mais en même temps trouve le bouton vachement bien. Quand à la LICRA, elle trouve super la criminalisation des idées (qui ne sont pas des opinions, parce que).

On est quand-même bien équipés en autorités morales, avec ça on devrait aller au paradis. Au moins.

Il existe une clause pour signalement abusif (un an et 15 000€, comme même) dont je suis curieux de voir la première application.


#24

Avant d’être censuré: je hais macron.


#25

Oui j’ai vu ça.
D’un coté, on ne pourra l’invoquer car les signalements seront étayés, et de l’autre, on aura peur de victimiser certains en les dénonçant pour signalement abusif. On est tranquille ce coté là et y aller.


#26

Je crois que tu mélanges un peu les choses.

Les signalement ne seront pas étayés. Ils seront bruts, recueillis par le « dispositif de signalement facilement accessible et uniformisé ».

Par ailleurs, on ne peut pas « dénoncer pour signalement abusif ». Il n’y a pas de bouton pour ça, c’est les autorités qui en décident.

Ne t’inquiètes pas, la cancel culture ne tombera pas en de mauvaises mains.


#27

Je ne mélange rien. Quand je dis “étayé” cad que l’interprétation ne souffre d’aucune ambiguité (“Tuez les XXXX”).
Si des signalements ne sont pas pris en compte, certains ne se priveront pas pour aller vers la case justice.
De l’autre coté, je parlai bien sur de l’Etat qui n’allait pas victimiser certaines parties pour signalement abusif alors que la loi est faite pour elles.


#28

Le “manifestement illégal”, déjà bien difficile à juger par les hébergeurs. Qu’est-ce que ça va être entre les mains de Kevin ? Et la licence artistique, c’est qui qui l’apprécie ?

Disons que, du mécanisme d’équilibre voulu par les députés, ça peut en effet se retourner en deuxième lame s’ils sont classés ou suivis en fonction de règles aussi précises que l’offense originale.


#29

Même un “mais tuez le !” est soumis à plusieurs interprétation possible (soit un caractère “d’ordre”, soit un caractère imagé)

Si je dis “mais tel personnage politique, faut l’abattre à ce niveau de conneries”, y’a aucune menace de mort / haine en soit. C’est du discours imagé pour dire qu’il n’y a rien à attendre à lui, son inutilité, voir le bénéfice qu’aurait la société à ce qu’il arrête de parler.

Quand tu vois la complexité des jugements, avec du personnel dont c’est le métier et des devoirs d’impartialité / neutralité, le “manifestement illégal” par une entreprise privée, ça n’existe pas…


#30

La classe politique n’est pas une ethnie ou une orientation sexuelle ou dans le style. Par contre si tu sors un “A mort Castaner” publiquement, je ne parierai pas sur la suite quand même.
C’est comme: “tous les patrons sont des batards” ou “les fonctionnaires sont vraiment cons” ça représente une groupe d’invididus mais non basé sur un des critères répréhensibles.


#31

Cette loi n’est pas une loi “contre les propos sur l’éthnie ou l’orientation sexuelle” (même si une grande partie concerne ces sujets), mais sur les contenus considéré comme “haineux” (sans avoir de définition précise de la)

Sont concernés et cités notamment toutes les provocations aux atteintes à l’intégrité d’une personne (sans aucune spécificité d’ethnie ou de sexe)

Donc ça concerne aussi les politique ou les patrons, et n’importe quel individu ou groupe d’invidus


Ce genre de chanson entre largement dans la définition très large de la haine concerné par le texte par exemple

#32

La loi porte sur l’incitation à la haine et les injures à caractère discriminatoire.
C’est le “et” du milieu qui fausse la lecture. On aurait pu écrire “sur les propos à caractère discriminatoire tels que l’incitation à la haine ou les injures”.
Là on croit que les deux sont séparés (et c’est bien joué de leur part).


#33

Ca fausse pas du tout la lecture, ça précise bien que ça concerne les 2 (même si le coté “race / religion / orientation sexuelle” est le très gros morceau du truc).

D’ailleurs, c’est tellement vague comme “couverture”, que y’a eu tout et n’importe quoi qui avaient commençait a être suggérer de bien préciser pour être sur que ça soit bien en compte… avant de reculer (après avoir démontrer leur incompétence sur le sujet, du style le délire sur la *glottophobie"…)

A et B, ça veut pas du tout dire la même chose que B avec A comme exemple.


#34

L’incitation à la haine n’existe pas. Elle est toujours couplée à un motif.


#35

Ou non-race.

Ou non-religion.

Ou non-orientation sexuelle.


#36

Si tu reconnais l’existence de l’incitation à la haine en fonction de l’appartenance (réelle, supposée, imaginée, ou non appartenance) , mécaniquement, tu reconnais que l’incitation à la haine existe (hors de ces cas particuliers, qui en sont des sous catégories)


#37

Je suis pas convaincu.
On parlait à la base de l’incitation à la haine envers des catégories socioprofessionnelles ou basée sur un “critère social ou de classe” on va dire.
Si ce n’est pas mentionné quelque part que l’incitation à la haine envers un groupe de personnes dont l’appartenance est basée sur la profession exercée ou autre est interdite, je ne vois pas comment ça peut être réprimé.


#38

http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/textes/l15b1785_proposition-loi

Le projet englobe bien toutes les incitations à la haine (et plus spécifiquement ceux sur les races / religions / orientation sexuelles). Mais bon, quand on demande au CRIF ce qu’il en pense et faire le projet, forcement, faut pas s’attendre à grand chose d’autres qu’il défend sa “paroisse”…

Pour rappel, au départ, c’était “vendu” comme un moyen de retirer les contenus terroristes et pédophiles plus rapidement. Puis au fur à mesure, tout et n’importe quoi c’est greffé dessus, à cout d’associations victimaires: moi aussi moi aussi faut me mettre dans la liste des choses à protéger

On remarquera aussi un projet de loi digne de BFMTV, avec la rengaine habituelle: oulala la situation devient intolérable la loi suffit pas à coup de sondage et non de faits, ou encore la présentation à coté de la plaque d’internet comme soit disant zone de non droit, les méconnaissances (volontaires ?) sur le fait qu’un hébergeur n’a pas à agir contre du contenu sauf décision de justice, ou encore que c’est honteux que des sites étrangers respectent la loi… de leur pays plutôt que les notre.